mardi 19 septembre 2017

Comme une pierre que l'on jette, Hayat El Yamani
En retrouvant par hasard son amour d’étudiante sur Facebook, Frida n’imaginait pas
 que tant de souvenirs remonteraient à la surface. Les photos et les actualités qui défilent
 font ressurgir dans sa tête admiration, frustration, et quantité de sentiments enfouis. Elle
 ressent à nouveau l’intimité partagée vingt ans plus tôt, le doute, la jalousie, le renoncement.
 Alors elle rédige un message qui, comme une bouteille lancée à la mer, ramènera dans son
sillage bien des surprises.
AVIS 
Reçu par les éditons Persée que je remercie, Comme une pierre que l'on jette ne m'aura malheureusement pas convaincu. Le résumé m'intriguait pourtant pas mal, loin de ce que je lis habituellement. Un amour retrouvé par le biais des réseaux sociaux, notamment ici par Facebook, était une bonne idée de départ. Je me suis alors laissée portée par les premières pages de ce roman, ressentant rapidement une gêne. J'ai vite compris que le style d'écriture ne me convenait pas. L'auteur maroco-française Hayat Al Yamani n'en est pas à son premier roman, Comme une pierre que l'on jette étant son cinquième. Mais dès les premières pages, je n'ai pas réussi à être transportée par cette écriture que je ressentais comme trop simpliste, constituant en majorité des phrases simples qui se succèdent. Et lorsque le lecteur n'accroche pas avec la plume d'un auteur, il lui est difficile, voire insurmontable, de réussir à dépasser cette gêne afin d'apprécier le fond de l'histoire. Mais en contre point, si j'étais au départ désenchantée face au récit écrit à la première personne, j'ai vite compris le choix de l'auteure. Frida, cette mère et femme mariée, s'adresse directement à ce Clark qu'elle avait presque oublié et qu'elle a eu du mal à reconnaître sur cette photo de profil. C'est directement à lui qu'elle écrit et qu'elle clame son amour passé d'étudiante. Le lecteur, en plus d'être à la place du spectateur, est personnellement concerné par l'histoire prenant la peau de Clark. 

Et qu'en est-il de cet amour lointain ? Et bien, on pourrait déjà l'indiquer comme unilatéral. Car dès lors que Frida s'emploie à raconter sa rencontre puis son quotidien avec Clark, on comprend que ce jeune homme est loin d'en pincer pour cette jeune étudiante de vingt ans qu'il considère davantage comme une petite sœur. Ses pensées totalement accaparées par sa relation longue distance avec sa petite amie plus sauvage et irrésistible, Clark ne remarque même pas la naissance de l'amour qui se crée dans le cœur de Frida. Celle-ci jouera alors le rôle parfois de spectatrice dans la grande pièce de théâtre qu'est la vie de Clark, homme charismatique et inspirant, tantôt celui de confidente face aux épanchements de cœur et lamentations de ce dernier. Une réelle amitié va se former entre ses deux personnes qui s'apprécient tout en étant très différentes et Frida décrit très bien ce qu'elle a pu ressentir à tel ou tel moment aux côtés de Clark. Et toutes ces émotions qui ressurgissent en elle après toutes ces années, cela fait beaucoup pour Frida. 

Même si j'ai eu du mal au départ à réellement la comprendre lors de ses jeunes années, on peut être vite transporté par sa douceur et par ce qu'elle écrit dans cette lettre pour Clark mais surtout pour elle-même. Une lettre qui va l'aider à revivre avec plus de sérénité les événements passés. Car amour, amitié, doutes et trahisons s'entrelacent dans ce passage à la vie adulte. L'auteure exploite très bien les thèmes amenés avec douceur et souvent finesse, mais ça n'aura pas suffit malheureusement à me convaincre. J'ai été dès le début dérangée par le style d'écriture qui ne m'aura pas permis d'apprécier pleinement ce récit qui se révèle bon et intéressant si on arrive à aimer le fond et la forme. Je recommanderai donc principalement cet ouvrage aux lecteurs/lectrices qui souhaitent passer un moment de détente ou découvrir un roman avec des émotions et réflexions positives et qui peuvent apprécier une écriture simple mais pour certains entraînante.



CONCLUSION
Je m'attendais au récit d'un amour déçu ou qui s'était mal
 terminé mais je suis tombée sur l'amour tu d'une jeune fille à
 son meilleur ami. L'histoire recèle beaucoup de douceur mais
 je n'ai malheureusement pas réussi à me faire au style
 d'écriture, ce qui a quelque peu gâché ma lecture.

lundi 18 septembre 2017

Mégavore, Brice Milan
Un jeune homme ordinaire Tom, se balade dans une cité futuriste . Plus il s'enfonce dans
 le cœur de la mégapole, plus il a l'impression d'être épié, suivi. Peu à peu, il a la sensation
 que la ville se referme sur lui, cherche à l'ingérer. Est-ce sa raison qui défaille ? Récemment,
 il a fait une dépression après la perte de son amie, Amy, qui a été retrouvée morte au pied de
 la plus haute tour de la mégapole. Attiré irrésistiblement vers le lieu de la tragédie, Tom espère
comprendre pourquoi la femme qu'il aimait s'est suicidée.
 
 
 
AVIS
 
 
Ayant déjà eu l'opportunité de lire La Belle Assise de Brice Milan, je n'ai pas hésité lorsque celui-ci m'a proposé, et je l'en remercie, de découvrir cette nouvelle de science-fiction, Mégavore. Cette nouvelle de quelques pages transporte le lecteur dans un monde futuriste où la technologie a pris réellement le pas sur la société. Alors que les robots sont acceptés dans le quotidien, Tom lui, va chercher à comprendre ce qui a déclenché l'insurmontable, l'impossible dans sa vie. Depuis la perte d'Amy, il ne sait comment avancer sans elle dans cette ville qui semble l'emprisonner, le retenir. Il ne comprend pas le geste de détresse de la femme qu'il aimait, les raisons pour lesquelles Amy a sauté de la plus haute tour de la ville. N'ayant jamais osé se rendre sur les lieux de l'incident, Tom décide finalement de venir au pied de cette tour et projette de comprendre l'inimaginable. Il va alors y faire une rencontre inattendue qui va l'aider malgré elle à trouver les réponses à ses questions. 
 
Il faut savoir que je suis férue de récits fantastiques ou fantasy, beaucoup moins de science-fiction. En tout cas, j'essaye toujours de privilégier certains thèmes ou au contraire d'en fuir le plus possible, notamment les robots. Je ne suis absolument pas cliente des histoires sur les nouvelles technologies ou de robots/cyborgs qui se retournent contre son Créateur, l'être humain. Mais j'ai été réellement surprise d'entrer aussi facilement et sans complications dans cette cité du futur. Une sensation de grandeur et d'immensité qui tout à la fois nous enveloppe ou nous comprime se ressent sensiblement. Il est dur de parler d'une nouvelle s'en trop en dévoiler mais je dois dire que l'écriture de l'auteur m'a davantage convaincue ici que dans La Belle Assise. J'ai trouvé que les descriptions amenées s'accordaient davantage à la science-fiction où il est toujours préférable d'apporter divers approfondissements et esquisses afin de s'immerger complètement dans l'univers proposé. Je suis alors contente d'avoir pu découvrir Brice Milan dans un tout autre genre et je vous invite si ce n'est pas déjà fait, à s'épancher sur sa bibliographie dont vous pouvez retrouver quelques récits sur son compte Wattpad. 




Et ce n’est pas fini ! Le concours de la nouvelle en ligne de Nolim parrainé par Franck Thilliez, auteur français reconnu pour ses nombreux thrillers, a retenu la nouvelle Frappe au coeur ! de Brice Milan. Jusqu'au 27 septembre, vous pouvez découvrir ce huit-clos oppressant et voter pour lui en cliquant ici. N'hésitez pas à lire cette courte nouvelle qui le mérite ! 



« le voyage risque de n'être qu'un aller simple. Mais qu'est-ce que j'en ai à foutre, finalement ?
 Je suis venu pour honorer la mémoire d'une morte, moi-même à la croisée des mondes. »
 
 
 
AUTRE AVIS SUR CET AUTEUR
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/06/la-belle-assise-brice-milan-jean-yves.html

dimanche 17 septembre 2017



Les livres :
        
  • Sans issue : Les Ombres tome 3 (2017) de Svetlana Kirilina : Si on avait demandé à Dimitri ce l’avait mis dans cet état, il aurait sûrement accusé les photos. Les photos et ce « truc » qui n’allait pas dessus. Ce truc qui semblait clocher. Ce truc qu’il n’arrivait même pas à nommer. Pas grand-chose, vraiment. Juste un truc.
Et encore un épisode court mais captivant. Dimitri et Anna sont à la recherche de la vérité, une quête qui peut paraître vaine face aux embûches sur leur chemin. Mais on apprécie suivre leurs péripéties au sein de cette atmosphère lourde sous la tempête presque perpétuelle.
--> 19/20 (chronique)


  • Mégavore (2017) de Brice Milan : Un jeune homme ordinaire Tom, se balade dans une cité futuriste. Plus il s'enfonce dans le coeur de la mégapole, plus il a l'impression d'être épié, suivi. Peu à peu, il a la sensation que la ville se referme sur lui, cherche à l'ingérer. Est-ce sa raison qui défaille ?
Après La Belle Assise, je découvre Mégavore de l'auteur, une nouvelle de science-fiction intéressante, où le danger de l'homme peut être aussi bien les technologies que lui-même.
--> 17/20


  • Comme une pierre que l'on jette (2016) de Hayat El Yamani : En retrouvant par hasard son amour d’étudiante sur Facebook, Frida n’imaginait pas que tant de souvenirs remonteraient à la surface. Les photos et les actualités qui défilent font ressurgir dans sa tête admiration, frustration, et quantité de sentiments enfouis. Elle ressent à nouveau l’intimité partagée vingt ans plus tôt, le doute, la jalousie, le renoncement. Alors elle rédige un message qui, comme une bouteille lancée à la mer, ramènera dans son sillage bien des surprises.
Le résumé m'intéressait pas mal mais finalement, je me suis vite ennuyée de cet amour unilatéral. Je pense que ma lassitude est premièrement venue dû au style d'écriture de l'auteure auquel je n'ai malheureusement pas accroché.
--> 12/20



La chronique :
L'Ombre du papillon (2016) de Marilyse Trecourt



Les acquisitions :
         



Les films :
    
  • La French (2014) de Cédric Jimenez : Marseille. 1975. Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec femme et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Il décide de s’attaquer à la French Connection, organisation mafieuse qui exporte l’héroïne dans le monde entier. N’écoutant aucune mise en garde, le juge Michel part seul en croisade contre Gaëtan Zampa, figure emblématique du milieu et parrain intouchable. Mais il va rapidement comprendre que, pour obtenir des résultats, il doit changer ses méthodes.
J'en avais entendu beaucoup de bien et je n'ai pas été déçue. J'ai trouvé Jean Dujardin et Gilles Lelouche très convaincants dans leur rôle respectif et l'histoire ne traîne pas en longueur. J'ai apprécié en apprendre davantage sur la French connection qui sévissait principalement à Marseille, surtout avec un film comme celui-ci.
--> 16/20


  • Café society (2016) de Woody Allen : Dans les années 1930, un jeune homme se rend à Hollywood dans l'espoir de travailler dans l'industrie du cinéma. Il tombe amoureux et se retrouve plongé dans l’effervescence de la Café Society qui a marqué cette époque.
Avec ce casting 5 étoiles, je ne pouvais pas passer à côté de ce film. Alors, je ne suis pas très fan de Woody Allen, ayant vu je crois qu'un seul film de lui, Minuit à Paris, et je ne suis pas sûre d'avoir envie de le découvrir davantage. La photographie, les couleurs et le montage sont magnifiques, les acteurs incarnent parfaitement leurs personnages, découvrant en plus une nouvelle facette de Kristen Stewart, mais l'histoire ne vole pas très haut. Du déjà vu et du très prévisible, l'histoire d'amour entre Bobby et Vonnie m'a partiellement intéressé car on sait comment va se dérouler leur idylle. Pour finir, je n'ai pas apprécié la fin ouverte qui ne nous laisse malgré tout sur notre faim.
--> 14/20



Les séries télé :
    
  • The Handmaid's tale saison 1 (2017) épisodes 1 à : Dans un monde dystopique où la femme est au centre du pouvoir car elle est en voie de disparition, chaque femme est séparée en trois classes : les Épouses qui ont le pouvoir, les Marthas qui s’occupent de la Maison et enfin les Servantes écarlates dont l’unique rôle est la reproduction. Dans ce futur où la reproduction se fait rare à cause de la pollution, la religion prend le pas sur la politique dans une sorte de gouvernement totalitaire.
Après le succès qu'elle remporte, j'ai voulu moi aussi découvrir cette nouvelle série adaptée du roman La Servante Écarlate. Les deux premiers épisodes sont rapidement oppressants et arrivent parfaitement à retranscrire cette société totalitaire où l'horreur, notamment pour les femmes, est présente à chaque instant. J'aime beaucoup la dose d'humour proposée par les commentaires du personnage principal, cette servante très forte et captivante. J'ai très hâte de continuer !
--> 17,5/20


  • White gold saison 1 (2017) épisodes 1 à 6 : En 1983, dans l'Essex, Vincent, un jeune vendeur charismatique, dirige une petite entreprise de vente de double vitrage. Avec un seul mot d'ordre pour lui et son équipe de vendeurs : ne pas hésiter à user de tous les stratagèmes pour assurer une vente auprès des clients potentiels...
Si la série n'avait pas atterri sur Netflix, je ne l'aurais sûrement pas vu alors que c'est assez sympathique. Le résumé n'est pas fou mais cette première saison est assez décalé et j'aime beaucoup l'humour qui s'insère facilement dans chacune des scènes. Six épisodes de trente minutes, c'est très rapide à regarder. Le seul bémol pour moi est que j'ai eu l'impression de retrouver Chuck Bass de Gossip Girl dans les années 80 avec un sens de la dérision beaucoup plus présent. Mais l'acteur joue très bien son rôle de commercial arrogant, prêt à tout pour vendre son produit, et parfois vulgaire.
--> 15/20
  

Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ?

vendredi 15 septembre 2017

L'Ombre du papillon, Marilyse Trecourt
Avez-vous déjà eu envie de remonter le temps pour réparer vos erreurs, effacer la parole
 malencontreuse que vous n’auriez pas dû prononcer, oser aborder cet inconnu que vous ne
 reverrez plus, reposer ce verre qui vous a fait perdre le contrôle de votre voiture, accorder plus
 d’attention aux êtres que vous aimiez avant qu’ils ne disparaissent ? C’est malheureusement
 impossible. Pas dans la réalité telle que nous la connaissons. Mais n’existe-t-il pas une
 dimension parallèle à la nôtre dans laquelle d’autres choix sont possibles ? Thomas a eu
 cette opportunité. De l’autre côté du ciel, sa grand-mère lui a accordé vingt ans pour
 revivre le cours de son existence. Aura-t-il le courage de bouleverser le cours de sa
 vie ? Oubliera-t-il son passé, sa femme et ses enfants ? Saura-t-il éviter le chaos provoqué
 par le battement d’ailes du papillon ? Parviendra-t-il à déjouer le drame qui a causé sa perte ?
 Cette histoire vous invite dans un voyage dans le temps, dans une existence trépidante, faisant
 rimer bonheur et douleur, victoires et désespoir. Elle nous amène à comprendre que si nous
 ne pouvons remonter le le temps, nous pouvons néanmoins être l’acteur de notre vie, et non 
plus un simple figurant.
 
 
 
AVIS


Thomas a beau avoir une femme et deux enfants qu'il aime et un emploi stable, lorsqu'il lui ait donné la possibilité de recommencer sa vie, il n'hésite pas longtemps. Alors qu'il retourne dans la crique où se situe la maison de ses défunts grands-parents, il va mystérieusement perdre la vie. Alors, tel que dans un rêve, il va lui être possible de revoir sa grand-mère Héloïse au sein de sa maison. Elle va lui proposer de revenir à ses dix-huit ans et de changer ou non ses actions afin de modifier son avenir. Quand Thomas regarde en face son existence, il comprend qu'il n'est pas complètement heureux, que sa relation avec sa femme est devenue assez superficielle. Alors il accepte la suggestion d'Héloïse et le revoilà donc à dix-huit ans en 1995, chez ses parents avec ses deux sœurs. Thomas va devoir réussir à appréhender cette époque révolue pour lui, cette dernière ne connaissant pas encore les technologies et les avancées scientifiques d'aujourd'hui. Il doit faire alors attention à ne pas dévoiler des informations du futur, de peur qu'on le prenne pour un fou. 

Thomas va avoir vingt ans pour décider de ses choix de carrière, sentimentaux, amicaux. Car lorsqu'il arrivera dans cette seconde vie à l'âge de trente-huit ans en 2015, il lui faudra faire un choix : garder cette seconde existence ou l'effacer pour revenir à la première. Il est intéressant de suivre ce personnage doté d'une expérience de la vie dans un corps de jeune adulte. Il remarque qu'il est plus réfléchi et que surtout il ose davantage affirmer ses choix, notamment face à son père. Il se dirige alors vers le journalisme et la photographie, ce qui l'amène après le bac à partir de Toulon pour Paris avec sa meilleure amie Mylène. Il œuvre à s'épanouir dans cette deuxième jeunesse loin de ses parents pour le brider. Mais déjà avec son départ pour Paris, Thomas va comprendre une chose fondamentale qui va régir sa deuxième vie : l'effet papillon. Un seul changement peut avoir de fortes conséquences sur lui-même mais aussi sur ses proches. 

Thomas va alors entreprendre un long périple où il va tenter de faire les meilleurs choix pour lui. Il influence donc ses choix personnels en fonction de ce qu'il a déjà vécu et de ce qu'il connaît des événements à venir, mais influence également la vie de ses proches, ce qui est d'autant plus intéressant à suivre. La notion du destin est très bien employée dans certains cas, nous présentant la fatalité de certaines choses. Thomas ne cesse donc de se surprendre face aux différences entre ses deux existences. J'ai apprécié que l'auteure prenne le temps de s'intéresser avec maintes passages à la vie de la mère de Thomas, de sa soeur Bénédicte, mais également à celle de Mylène et de Gaël, ses meilleures amis. Il n'est pas difficile de s'attacher à tous ces personnages dont on découvre les épreuves, les hauts et les bas, et leurs manières de surmonter le malheur et parfois l'impossible. Même si je n'étais pas complètement convaincue par le début de cette histoire, je n'ai pu qu'être rassurée par la suite profondément émouvante et humaine.  

Certains protagonistes se révèlent plus forts qu'ils ne le laissaient paraître de prime abord et avec cette vie parallèle, il est drôle de voir qu'il n'y a pas que Thomas qui arrive à s'améliorer et à s'épanouir pleinement. En dehors de nombreuses nouvelles expériences, cette seconde vie va être également l'occasion pour Thomas d'en découvrir davantage sur lui même et sur ses origines. Une véritable quête vers la vérité va être entrepris, semée certes d'embûches mais qui ne va que renforcer l'acharnement de cet homme à arriver jusqu'au bout. Le lecteur aura parfois envie de le secouer, de le ménager, de l'encourager, de le féliciter,etc... Thomas se révèle être un personnage principal très intéressant à découvrir à travers ses nombreuses facettes. Et après ces vingt ans que nous découvrons de manière morcelée, que va-t-il décider ? Restera-t-il dans cette seconde vie ou choisira-t-il de revenir vers sa "première" famille ? Je remercie donc Librinova et la plateforme NettGalley pour m'avoir permis découvrir ce roman fort émouvant et inspirant.



CONCLUSION
Un roman profondément émouvant par les épreuves que
doivent surmonter les personnages, ces derniers se révélant
forts face à la vie. Thomas va-t-il réussir à davantage
s'épanouir dans cette seconde existence ? En tout cas, il est
 très intéressant de découvrir ses nouveaux choix de vie.

mercredi 13 septembre 2017

Sans issue : Les Ombres tome 3, Svetlana Kirilina
Si on avait demandé à Dimitri ce l’avait mis dans cet état, il aurait sûrement accusé les photos.
Les photos et ce « truc » qui n’allait pas dessus. Ce truc qui semblait clocher. Ce truc
 qu’il n’arrivait même pas à nommer.
Pas grand-chose, vraiment.
Juste un truc.
 
 
 
AVIS 
 
 
Après une pause de quelques mois avec Sans issue, je reviens vous parler aujourd'hui du troisième épisode de cette saga, Les Ombres, tout aussi court que les précédents mais également tout aussi intéressant. Comme toujours, cet épisode est totalement indépendant des deux premiers et de ceux qui suivront et malgré tout, il n'est jamais difficile de se plonger dans cette nouvelle histoire dont on ne connaît rien. Au contraire, Svetlana Kirilina arrive dès le début à dompter notre intérêt et à nous distiller à sa guise des informations sur l'univers et les personnages afin que le lecteur soit toujours envieux de connaitre la suite. L'auteure s'emploie souvent à créer dès le début de son histoire une atmosphère particulière, qui m'a personnellement accroché au premier "coup d'oeil".

Après une séance au cinéma, Dimitri se retrouve coincé au côté d'Anna dans un café, se réfugiant de la tempête. C'est alors que cette rencontre entre ces deux personnages qui aurait pu se révéler éphémère se prolonge finalement dans le temps autour d'un intérêt commun : le mystère autour de photos particulières. Il ne sait pourquoi mais Dimitri ne peut s'empêcher de regarder ces photos, de leur trouver une aura singulière. Pour lui, quelque chose a disparu à l'intérieur de ces photos, et avec l'aide d'Anna, il va persévérer dans sa recherche de la vérité. Dans cet après futuriste qui est souvent lié aux nouvelles technologies et surtout à la mémoire, Dimitri et Anna vont devoir faire face aux révélations parfois difficiles à comprendre, parfois durs à accepter.  

J'ai encore davantage apprécié cet épisode grâce vraiment à cette atmosphère pesante dû cette tempête continuelle qui ne fait que se rapprocher plus rapidement les deux protagonistes. Leurs recherches sont intéressantes même si j'ai trouvé que cette fois-ci, c'était vraiment trop court ! Je suis toujours convaincue par le style d'écriture et par les récits que nous propose Svetlana Kirilina que je remercie pour m'avoir permis de découvrir ce troisième épisode.


« Elle ravala ses larmes et lui prit le visage entre les mains. Elle voulait croiser son regard encore
 une fois, elle voulait sentir leurs cœurs battre à l’unisson. Elle ne voulait pas que ça s’arrête.
 Mais elle ne pouvait pas le retenir de force. »



CONCLUSION
Un nouvel épisode très réussi par l'atmosphère qu'il propose
 plus subtil que le premier pour ce qui est des actions du
 gouvernement sur cette société future.



AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/sans-issue-le-silence-tome-1-svetlana.html   http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/sans-issue-le-lac-tome-2-svetlana.html

AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/les-pates-froides-svetlana-kirilina-des.html   http://entournantlespages.blogspot.fr/2016/02/la-septieme-face-et-la-grande-coasseuse.html