dimanche 21 mai 2017




Les livres :

 

Sans issue : Le Silence tome 1 (2017) de Svetlana Kirilina : Un court récit sur la question de la liberté individuelle au sein d'une société qui régie la vie de ses habitants jusqu'à les rendre complètement indépendants d'elle. Seulement, il reste des personnes qui osent s'interroger et qui veulent agir pour une vie différente. C'est donc un premier épisode réussi dans lequel on rentre facilement et qu'on ne voudrait pas quitter aussi rapidement, mais qui peut également se suffire à lui-même.
--> 16/20 (chronique)




La Saga des Enchanteurs : Le Codex d'Altura tome 1 (2014) de James Maxwell : J'ai découvert un univers très bien travaillé autour de la magie des runes et des enchanteurs dans ces différentes maisons qui gouvernent les différentes villes dans lesquelles les protagonistes vont véhiculer. Si la plupart de l'intrigue ne s'intéresse qu'à deux personnages en particulier dans deux récits complètement différents, les deux cent dernières pages livrent également et plus en profondeur un approfondissement de plusieurs autres personnages très intéressants apportant une nouvelle dynamique et qui rend la fin de ce premier tome captivant avec de véritables enjeux.
--> 17/20



Les chroniques
Mes 7 ex (2017) de S.N Lemoing
La Voie des oracles : Thya tome 1 (2014) d'Estelle Faye



Les acquisitions :
         



Les films :



Welcome back (2015) de Cameron Crowe : J'ai trouvé qu'Emma Stone était toujours magnifique, encore plus rayonnante que dans les autres films dans lesquels je l'ai vu. L'alchimie entre elle et Bradley Cooper est palpable. Rebecca McAdams est également bien, mais ce n'est pas dans rôle que je l'ai préféré. Il m'a été par contre parfois difficile de suivre clairement l'intrigue. J'ai trouvé le tout un peu brouillon et je ne retiens réellement de ce film que le duo Stone/Cooper très convaincant.
--> 11/20









L'Interview qui tue ! (2014) d'Evan Goldberg et de Seth Rogen : Mais qu'est-ce que c'est que ce film ?! Dès le début j'ai adoré avec toute l'autodérision dont est capable Eminem dans sa courte apparition. Et ensuite, plus on avance dans ce film, plus l'histoire et les personnages deviennent déjantés ! J'ai eu un attachement particulier pour le personnage de James Franco que j'ai adoré, et son duo avec Seth Rogen fonctionne parfaitement. L'image de Kim Jong-Un est juste folle et les dialogues sont parfois complètement délirants mais tellement drôles.
--> 17/20



Les séries télé :

 

Jessica Jones saison 1 (2015) épisodes 1 à 6 :  Je reconnais que les plans et les couleurs sont belles mais j'ai eu le même problème qu'avec Daredevil : la lenteur de l'histoire. Ce n'est pas très dynamique et contrairement à Daredevil, j'ai un peu de mal avec le personnage principal. J'ai l'habitude de rencontrer l'actrice de Jessica Jones dans des rôles comiques, et ici, je ne la trouve pas toujours convaincantes. D'autres personnages sont pour moi insignifiants. Seul Kilgrave m'intéresse vraiment et j'ai bien envie de voir jusqu'où son obessession pour Jessica Jones va mener l'héroïne. 
--> 14,5/20








Santa Clarita diet saison 1 (2017) épisodes 3 à 10 : Cette série est rééllement à part. Il m'a été au début difficile d'accepter le ton complètement absurde de cette série mais j'ai réussi à m'attacher aux personnages, surtout à Joël que j'ai adoré dès le premier épisode. Après la surprise passée des deux premiers épisodes, j'ai passé un bon moment devant les huit autres épisodes même si j'ai trouvé que l'humour était parfois moins drôle et l'intrigue redondante. 
--> 15/20



Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ?

vendredi 19 mai 2017

La Voie des oracles : Thya tome 1, Estelle Faye
Thya est la fille de Gnaeus Sertor, général romain et héros de l'Empire. Mais Thya
 est aussi une Oracle, peut-être la dernière élue capable de démêler les fils de l'avenir. Elle
 est donc contrainte de se cacher en Gaule, au fin fond de la forêt d'Aquitania car, à Rome,
 comme partout ailleurs dans l'Empire, les chrétiens règnent en maîtres et font
 impitoyablement la chasse aux adorateurs des dieux anciens. Mais lorsque son père est
 laissé pour mort par des Pictes, Thya n'a plus d'autre solution que de fuir vers le nord pour
 suivre une étrange vision dans laquelle son père est toujours en vie.



AVIS


Une jeune oracle contrainte de taire sa véritable identité au sein de l'Empire romain où le christianisme tente par tous les moyens de faire disparaître les anciennes religions et cultes païens. Sur le papier, c'était fait pour me plaire. Seulement, j'ai toujours retardé le moment de me procurer ce premier tome, ce qui au final était peut-être un signe. Car le premier tome de La Voie des oracles a été une déception. J'ai eu vraiment du mal à continuer ma lecture au-delà des cent premières pages et ensuite de la conclure. Je ne remets absolument pas en cause l'univers de cette histoire qui est la seule chose qui m'aura poussé à poursuivre ce premier tome. J'ai apprécié me plonger au sein de la Gaule à l'époque antique tiraillée entre ses anciennes croyances et coutumes liées à la magie et la culture romaine et chrétienne qui prend le pas sur cette terre empreinte de nombreuses histoires. L'auteure nous plonge dans cette époque pleine de mystères et de mythes en n'oubliant pas tout le vocabulaire propre aux objets ou aux titres des protagonistes.  

Thya est la fille d'un éminent seigneur romain envoyée depuis sa tendre enfance sur les terres d'Aquitania afin de ne pas révéler au monde ses dons d'oracle et d'être condamnée à mort pour sorcellerie. Mais alors que son père se fait attaquer et se révèle proche de la mort, Thya a une vision de lui en pleine santé et à Brog, le lieu d'une de ses glorieuses victoires militaires qu'il a raconté maintes fois à sa fille. En proie à devenir la prisonnière de son frère Aedion, Thya décide de partir pour Brog où elle espère trouver des réponses. Seulement, je n'ai pas réussi à me faire à cette décision. Le lecteur doit suivre aveuglément cette jeune femme qui ne sait même pas ce qu'elle poursuit et ce qui l'attend, ce qui m'a fortement dérangé. Trop de mystères et pas assez d'enjeu selon moi. 

Lors de son voyage, Thya va rapidement faire la connaissance d'Enoch, un maquilleur volage et séducteur, et Mettius, un ancien soldat de son père. Ensemble, ils vont tenter d'atteindre Brog sans que les hommes d'Aedion ne réussissent à les arrêter. Les personnages ne m'ont pas laissé de fortes impressions, étant déçue de tant de prévisibilité dans leurs choix et actions et de tant de confiance sans fondement concernant les deux hommes pour Thya. Seuls ceux restés dans l'ombre tels que les anciens dieux et leurs seconds qui aident la jeune oracle dans sa quête m'ont fortement intrigué. Mais si je n'ai pas réussi à rentrer dans ce livre, c'est bien dû au manque parfois flagrant d'originalité au sein de l'intrigue, même si certains passages sont néanmoins surprenants, mais surtout dû au style assez particulier de l'auteure auxquels je n'ai pas accroché. J'ai été plus d'une fois déstabilisée par le choix assez original de la ponctuation qui m'a fait bloqué plus dune fois sur certaines fois et qui a donné une lecture parfois hachée. Je ne sais donc pas encore si je vais continuer cette aventure même si je trouve que la fin se détache du reste du récit, étant assez surprenante. L'époque dans lequel évoluent les personnages me donne envie de continuer mais j'aimerais être sûre que l'intrigue se montre beaucoup plus originale.



CONCLUSION
Une déception pour ce premier tome où tout ce que je
 retiendrai est l'univers bien fourni et détaillé au sein de cette
 Gaule en pleine transformation mais qui tient également à son
 héritage magique.

mercredi 17 mai 2017

Mes 7 ex, S.N Lemoing
À 32 ans, Juliette est toujours célibataire. Pour elle, qui aimerait fonder une famille,
 le temps presse. Elle a toujours eu comme principe de ne jamais donner de deuxième
 chance à un ex. Mais n'ayant rencontré personne d'intéressant depuis longtemps, c'est
 peut-être le moment de briser cette règle.
Aurait-elle déjà rencontré l'homme de sa vie ? Que sont devenus ses ex ? Avec l'aide de
 ses amies, elle va faire le point sur sa vie amoureuse.



AVIS


Après de la fantasy avec Powerful et du fantastique avec Shewolf, je découvre S.N Lemoing, que je remercie pour l'envoi de son livre, dans un tout autre genre : la romance. Je l'avais prévenu, ce n'est pas un genre qui m'est familier ou que j'apprécie beaucoup. Dès le début de ma lecture, j'avais donc peur de ne pas accrocher. Malgré tout, j'ai été plutôt étonnée d'apprécier autant cette histoire. Parce qu'elle a réussi à me parler et parce qu'elle réussira, je pense, à parler à une majorité d'individus dans notre société contemporaine. Juliette a trente-deux ans et souhaite enfin trouver un homme avec qui elle vivra une histoire d'amour durable et épanouissante. Malheureusement, depuis quelque temps, c'est le calme plat. Elle décide alors de déroger à sa première règle : ne pas ressortir avec un ex. Mais Juliette est une femme qui sait ce qu'elle veut et qui ne fait jamais les choses à moitié. Donc elle ne va pas se contenter de retrouver un de ses anciens petit-ami. Non, la jeune femme choisit de tous les revoir un par un afin de savoir si un de ces sept hommes pourrait être finalement l'homme de sa vie ou s'il est finalement complètement irrécupérable. Cette idée singulière et audacieuse va lui permettre de redécouvrir certains de ses ex sous un nouveau jour ou au contraire de se rendre compte que certains n'ont pas changé. 

Juliette va alors contacter ses hommes selon un ordre chronologique de rencontre en commençant par son premier copain au lycée jusqu’au dernier il y a déjà quelques temps. Le récit expose le contexte de l'époque, expliquant la manière dont a commencé puis fini chaque idylle. Il est vrai que le premier récit ne m'a pas beaucoup intéressé. On ressent bien tout le côté éphémère de cette relation qui n'aurait pas pu aller plus loin à l'époque du lycée et qui n'est naturellement pas vraiment approfondi côté sentiment. J'ai été plus attentive par la suite avec Thomas qui, sans trop savoir pourquoi, m'a beaucoup attendrie et touchée. Il est très pertinent de comprendre des années plus tard la raison parfois floue de la rupture entre Juliette et ses différents hommes. On comprend rapidement, même elle le fait souvent remarqué, que Juliette se coltine souvent le plus gros du travail face à des hommes timides ou indécis. Tout le profil d'une femme forte et moderne !

Plus les rencontres avec ces différents hommes avancent et plus l'histoire devient intéressante. Alors que certains personnages restent en retrait, d'autres sont exploités au maximum tel que Guillaume et Achille. Chaque homme a le droit à son chapitre personnel même si parfois l'un deux revient dans la vie de Juliette, ce qui peut casser cette idée de redondance et apporter un surplus de fluidité et de dynamisme. C'est étonnant la façon avec laquelle j'ai pu parfois me retrouver moi-même dans certaines de ces histoires amoureuses sans forcément réagir tel que Juliette qui n'a jamais peur de dire ce qu'elle pense ou d'agir en conséquence. Certaines situations sont délicates, voire quelques fois cauchemardesques. L'auteure laisse place à toutes sortes de relations, de la plus mignonne à la plus farfelue et destructrice. Donc, même en étant loin d'être une fan de ce genre de lecture, Mes 7 ex a été pour moi une bonne dose de fraîcheur entre deux de mes lectures fantastique ou de science-fiction. Mêlé de moments drôles, touchants, crispants et humains, le combo final est convaincant et ne manque pas de réalisme.



CONCLUSION
Une romance contemporaine et extrêmement moderne du point
 de vue de la femme et de ses interrogations lorsqu'il s'agit de sa
 vie amoureuse. Juliette est une femme forte qui n'a pas peur de
 faire des choix et de redécouvrir ses ex en espérant trouver
 parmi eux le bon.



AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2015/10/powerful-le-royaume-dharcilor-tome-1-s.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/shewolf-lapprivoisement-tome-1-s.html

mardi 16 mai 2017

Sans issue : Le Silence tome 1, Svetlana Kirilina
La guerre a laissé des traces. Des traces qu'on a tenté d'effacer. Des
 traces qu'on a tenté de camoufler. Avec succès.
La vie est devenue meilleure. La vie est devenue simple.
Mais tout le monde ne semble pas de cet avis.




AVIS 


Il est très difficile de juger une histoire sur un si petit nombre de pages. N'étant pas fan des nouvelles dû le plus souvent à l'absence d'approfondissement des personnages et de l'univers, j'ai pourtant eu très envie de lire ce court texte qui s'inscrit comme le premier épisode d'une nouvelle saga. Et c'est bien pour cela que j'ai souhaité tenter le coup, et je remercie Svetlana Kirilina pour m'avoir une nouvelle fois fait confiance, m'imaginant que le manque d'informations que je pourrais ressentir dans ce premier épisode serait compenser par la suite. Le défi de l'auteur est simple : produire une nouvelle pour chaque premier du mois sur des thèmes similaires telles que la recherche de liberté, la dictature ou les mouvements autoritaires. Chacune est par contre indépendante, ce qui m'a surprise à la fin de ma lecture. Je suis directement rentrée dans l'histoire, dans cette ville où la société materne réellement ses habitants jusqu'à devenir indispensable pour eux. Par l'intermédiaire de la radio allumée continuellement, Gul, comme tout autre membre de la ville, vit en fonction de ce que lui enseigne cette voix étrangère devenue néanmoins familière depuis la fin de la guerre quelques années auparavant. Elle prend réellement le pas sur sa vie en l'éloignant des autres pour lesquels ils ne portent aucune attention. Mais un jour, Gul et les autres habitants sont réveillés par le silence. Et lorsque le bruit s'efface, les interrogations commencent à naître jusqu'à ne plus réussir à partir avant d'avoir réussi à résoudre ce casse-tête. Comment continuer à vivre de la même manière lorsque la chose qui nous aidait à avancer a disparu ? Comment ne pas craindre sa perte définitive ? Comment réagir lorsque l'on se rend compte qu'on aurait pu réfléchir par nous mêmes et faire un pas vers l'autre depuis le début ? 

Par l'intermédiaire de Gul mais également de Jo et Tal qui se posent différentes questions et dont j'ai apprécié la dynamique, l'auteur nous met face à des protagonistes qui réagissent différemment à la société mise en place. Soit endormis, soit envieux d'action ou de renouvellement, ils avancent jour après jour en se questionnant sur ceux qui les dirigent. Sur cette société où une élite est toujours privilégiée, où la blancheur des murs et de son environnement ne réussit pas à convaincre tout le monde sur la pureté de ce monde après la guerre, où la peur reste toujours le meilleur moyen de garder entre ses mains l'avenir de toute une ville. Je ne suis donc pas déçue de cette nouvelle tout en sachant que la prochaine racontera l'histoire de nouveaux personnages dans un nouvel environnement. Je n'ai pas réellement ressenti de frustrations après la fin de cette histoire qui se clôt très bien, ne nous laissant comme questions que celles que l'on pourrait également se poser au sein de notre réalité. J'ai retrouvé avec plaisir quelques thèmes communs avec Les Pâtes froides avec des protagonistes tout aussi intéressants même si évidemment moins fournis. Ce texte peut aider à réfléchir sur ce qui nous entoure et la relation que l'on entretient avec autrui, ce qui m'a particulièrement frappé lors de la scène du métro qui pourrait très bien se retranscrire dans notre quotidien actuel. 


« Dans la rue, les gens étaient silencieux. Gul ne savait pas si c’était normal.
 En général, le trajet jusqu’au travail se faisait avec la radio. Il ne savait pas si
 les gens parlaient. Il n’y avait jamais fait gaffe. Mais maintenant, ils
 se regardaient et ils n’osaient rien dire. »



CONCLUSION
Une nouvelle convaincante qui dispose de réflexions
 intéressantes sur la liberté de chacun au sein d'une
 communauté plus ou moins réfractaire à l'individualisme
 ou à une quelconque forme de protestation.
 
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/les-pates-froides-svetlana-kirilina-des.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2016/02/la-septieme-face-et-la-grande-coasseuse.html

dimanche 14 mai 2017




Les livres :

 



La Voie des oracles : Thya tome 1 (2014) d'Estelle Faye : J'ai apprécié l'univers empreint de magie et d’histoire à cette époque qui me plait particulièrement mais je n'ai pas réussi à me faire à l'écriture de l'auteure qui m'a plus d'une fois bloqué. Ma lecture a été alors saccadée, surtout que je ne voyais pas où l'intrigue voulait me mener. De plus, je n'ai pas été intéressée par les personnages principaux, étant davantage intriguée par ceux dans l'ombre, les dieux et leurs seconds.
--> 12/20



Les chroniques :
Corps d'État (2016) de Christophe Martinolli
Shewolf : L'Apprivoisement tome 1 (2016) de S.N Lemoing



Les acquisitions :



Les films :

 


Insaisissables (2013) de Louis Leterrier : J'ai revu ce film avec un autre ressenti. Lors de ma première diffusion, j'avais adoré les premières aventures des Quatre cavaliers, des magiciens capables de braquer des banques pendant leur spectacle. Mais en ayant vu le deuxième film à sa sortie cinéma, revoir le premier m'a fait voir toutes les incohérences et invraisemblances. Parfois, je me disais que ces magiciens étaient prêts pour Poudlard ! Ça reste un bon divertissement dont j'ai hâte de voir le troisième film.
--> 16/20


 






Zodiac (2007) de David Fincher : J'avais beaucoup entendu parler de ce film et le trio Gyllenhaal/Ruffalo/Downey m'a donné très envie de le regarder. Au final, c'est un film bien ficelé, qui gère bien les ellipses tout au long de cette enquête policière qui prend le pas sur la vie privée de ceux qui s'y intéressent. J'ai ressenti un bon moment de flottement et de lenteur à la moitié du film, mais celui-ci se rattrape par la suite grâce à ses acteurs et à l'intrigue qui arrive à se renouveler.
--> 16/20



Les séries télé :





Girlboss saison 1 (2017) épisode 1 : Cette série m'a été recommandée par ma meilleure amie qui l'a beaucoup apprécié. Pour moi, ça n'a pas été une réussite. Une scène en particulier m'a plu par son côté un peu absurde, mais à part ça, je n'ai pas accroché. Britt Robertson ne m'a pas convaincue dans ce pilot, son rôle ayant l'air d'être vraiment exaspérant et le peu qu'on voit de cette série avec le premier épisode ne m'a pas donné forcément envie de continuer.
--> 11/20





 
Santa Clarita diet saison 1 (2017) épisodes 1 et 2 : Avec le premier épisode de cette nouvelle série, je me suis vraiment demandée où j'avais débarqué. C'est complètement absurde, irréaliste, très loin d'être crédible. Mais j'ai voulu voir le deuxième épisode parce que les acteurs et la production s'éclatent réellement et ça se ressent. Voir Drew Barrimore dans ce rôle est assez rafraichissant et j'ai adoré dès le début Timothy Olyphant qui joue son mari. La suite promet des dialogues et des scènes complètement surréalistes et souvent à mourir de rire. C'est clairement un ovni décalé et déjanté. Après, je ne sais pas si ça va tenir sur la longueur, mais pour le moment, j'ai bien envie de continuer même si j’espère accepter davantage le contrat de base.
--> 14/20


 
Riverdale saison 1 (2017) épisodes 9 à 13 : Je ne sais pas si c'est moi ou la série mais j'ai trouvé la deuxième partie de celle-ci moins bonne. En même temps, j'ai repris Riverdale après avoir regardé 13 reasons why, et j'ai donc pu remarqué la différence de jeu d'acteurs dans ces deux séries qui mettent en scène des adolescents. Tout d'un coup, je me suis rendue compte de tout le côté théâtral qu'utilise certains personnages. Le meurtre de Jason est réellement au second plan pendant plusieurs épisodes où c'est le calme plat. Il faut attendre les deux derniers pour qu'il se passe une multitude de choses et de rebondissements. Je regarderai la suite avec plaisir en espérant que les nouvelles intrigues ne seront pas forcément que centrées sur des problèmes d'ados.
--> 14,520


13 reasons why saison 1 (2017) épisodes 1 à 13 : Je n'ai pas pu m'arrêter avant la fin. Au départ, on peut penser que les raisons pour lesquelles Hannah décide de se suicider sont minces et sa décision extrême. Mais au fil de la saison, les problèmes s'intensifient et progressent jusqu'au point de non retour pour cette jeune fille qui ne trouve plus de bouée de sauvetage. Assez étonnamment, tous les acteurs sont bien choisis et jouent très bien leur rôle. Beaucoup de personnages sont vraiment exaspérants, même Hannah a réussi à la longue à me gonfler, mais on ne peut pas, je pense, rester de marbre avec tout ce qui lui arrive, surtout avec cette réalisation qui ne cache rien aux téléspectateurs. Je me suis par contre profondément attachée aux parents d'Hannah qui sont complètement désœuvrés et qui tentent de comprendre, et à Clay qui m'a fait de la peine tout au long de la saison. Comme lui, on doit faire face à la fatalité, ne pouvant rien changer au passé lorsque l'on sait déjà la finalité pour Hannah. Les épisodes sont parfois inégaux mais je suis contente d'avoir découverte cette série triste mais très bien réalisée. Avant de finir, je n'étais pas du tout pour une deuxième saison mais c’est vrai que le final laisse des ouvertures, des interrogations sur certains personnages qui m'intriguent.
--> 16,5/20



 Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ?