mercredi 30 juillet 2014


Dôme tome 2
Stephen King
Le Livre de Poche
6 Mars 2013
1ère parution : 2 Mars 2011
744 pages
Science-Fiction

Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort.

A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible.

Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient.
Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe.




Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu le premier livre. 
Quatre mois après avoir lu et grandement apprécié le premier tome, je me suis lancée dans la suite de Dôme. Livre avec lequel j'avais peur de me perdre dû aux nombreux personnages et le temps entre les deux livres. Mais non, j'ai tout autant aimé cette suite, toujours aussi intelligente et dotée d'une ambiance noire.

Les habitants de Chester's Mill sont toujours enfermés sous ce mystérieux dôme. Entre certains qui recherchent à tout prix la clé de la fuite, d'autres (surtout un) au contraire veulent encore et toujours utiliser cet matérialisation pour contrôler la ville.

Dale Barbara, qui reste néanmoins un des personnages principaux, laisse un peu la place à d'autres personnages dans cette suite comme Linda et Rusty Everett, les trois adolescents,etc... Julia Shumway, Jim Rennie et Junior sont toujours aussi présents et pour les deux derniers encore plus approfondis. Même si il y a toujours autant de personnages, je ne me suis pas perdue, et j'ai pris plaisir à les retrouver (même les plus sadiques).

Stephen King nous dépeint la noirceur et la cupidité des hommes qui ne recherchent que la survie. Il y a notre monde et il y a le leur. On ressent parfaitement cette idée de coupure et de non-retour face aux agissements des différents personnages. L'ambiance reste la même que dans le précédant tome, à mon grand soulagement. Néanmoins j'ai trouvé quelques longueurs superflues vers la fin.

L'écriture est toujours aussi fluide et nous plonge directement dans l'histoire. J'aime l'ironie que Stephen King installe pour présenter ses personnages tout au long du livre, et les détails qui nous aident à nous faire une idée très claire de ce dôme et de cette ville qui se déchire en moins de dix jours. 


CONCLUSION
Encore un très bon livre, où est mêlé peur, espoir, et pouvoir. 
Malgré quelques longueurs, il reste à la hauteur du premier
 tome.
18/20 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR
Salem

Rage

lundi 21 juillet 2014

La Sélection tome 1

Kiera Cass
Robert Laffont, Collection R
12 Avril 2012
343 pages
Dystopie, Jeunesse



ELLES SONT TRENTE-CINQ JEUNES FILLES : la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras...
Puis America rencontre le Prince.Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...






Après toute cette effervescence sur cette trilogie, je ne pouvais plus passer à côté. Je me suis lancée et malgré quelques imperfections, ça y est, je suis accro...


Après la Quatrième Guerre Mondiale, née des décombres Illéà, construite en castes et gouvernée par une monarchie. Le prince Maxon, cherche la femme qu'il épousera. De là, la Sélection : trente cinq participantes, venant de toutes parts du territoire, et de différentes castes, qui vont vivre au château. Elles vont devoir séduire le prince pour avoir une place dans la famille royale. America est la seule à ne pas vouloir de son sort, partagée entre le confort pour sa famille et son amour interdit pour Aspen, d'une caste inférieure.

America est une jeune fille généreuse, franche et a parfois mauvais caractère. Elle a donné au récit une certaine fraîcheur même si elle peut aussi être quelque fois agaçante. Être modeste, c'est une belle qualité, mais trop de modestie devient vite lassant. Pour le prince Maxon, j'ai eu un petit coup de coeur. D'une bonté rare pour une personne de son rang, naïf, et très protecteur. J'ai adoré les dialogues entre lui et America. (Pour Aspen je me laisse le tome 2 pour vraiment me faire un avis). Et pour ce qui est des autres participantes, je m'attendais à un peu plus de crêpages de chignons, mais non c'est assez passif même si quelques jalousies surviennent.
L'univers dystopique n'est pas assez approfondi à mon goût, même si on en apprend un peu grâce aux événements qui se déroulent au château et des cours d'histoire que les participantes suivent.


Ou sinon c'est vrai que ce n'est pas vraiment original. Certains points importants de l'histoire sont du déjà vu, par exemple pour l'histoire de castes, vous pouvez retrouver dans le même genre la trilogie Hunger Games de Suzanne Collins (beaucoup ont fait une comparaison entre ces deux trilogies), ou dans Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley. Après pour le triangle amoureux et l'intrigue en elle-même, plusieurs dystopies Young Adult reprennent le même schéma.

Pour l'écriture, il y a quelques incohérences et des fautes grammaticales (À cause de la traduction ?). Elle reste simple, donc accessible à tous sans vraiment approfondir des points très intéressants dans l'intrigue. Cette dernière est d'ailleurs parfois assez prévisible (mais ça ne va pas vraiment dérangée tellement j'étais plongée dans le récit)



CONCLUSION
Malgré quelques incohérences, l'écriture qui n'est pas à tomber
 par terre, et la ressemblance avec d'autres séries du genre, je
 n'ai pas pu décrocher de ce livre. Donc pas un coup de cœur
 mais c'est vraiment pas passé loin. Lu d'une traite, je n'ai
 qu'une hâte, lire la suite le mois prochain !
18/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

 
Merci à Chroniques Lunaires pour cette lecture commune sur Livraddict ! Voici le lien pour les autres chroniques.

mardi 15 juillet 2014

The Lying game tome 3
Action ou vérité
 
Sarah Shepard
Fleuve noir, Territoires
3 Janvier 2013
312 pages
Jeunesse, Thriller

Qui a tué ma soeur Sutton ?

Le beau Thayer, soudain de retour parmi nous ?

Laurel, notre petite soeur, si sage en apparence ?

Ma nouvelle vie est une énigme.

Les reines du mensonge poursuivent leur jeu.

Mais je peux compter sur Ethan, toujours à mes côtés.
Enfin, je crois...








Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu les deux premiers tomes.
 
Après un deuxième tome plaisant mais où de nombreuses questions n'ont pas trouvé de réponses, j'ai voulu me plonger dans ce troisième tome. Malheureusement j'ai moins apprécié m'aventurer dans cette lecture comparé aux deux premiers livres.

Nous retrouvons Emma et Ethan dans leur enquête pour retrouver l'assassin de Sutton, la jumelle disparue d'Emma, qu'elle n'a pas eu la chance de connaître et dont elle est obligée d'usurper l'identité si elle ne veut pas rencontrer le même sort. On est donc encore au même point que le deuxième tome : trouver un suspect et essayer de trouver une preuve de sa culpabilité. Mais comme toujours, ce n'est jamais le bon coupable.

J'ai trouvé qu'Emma partait moins dans tous les sens par rapport au deuxième tome. Elle réfléchit davantage, et peut vraiment avoir des raisons de penser à la culpabilité du présumé meurtrier. Ethan, lui, est toujours aussi effacé de l'intrigue. À part pour la romance entre lui et Emma, il ne sert pas à grand chose. Et pour ce qui est des amies de Sutton, rien à dire par rapport aux tomes précédents, pas de changements dans leur comportement. Laurel, par contre, m'a quelques fois énervé dû à ces gamineries.

Toujours aussi peu d'éléments de réponses. Même si la dernière journée en vie de Sutton se dessine peu à peu, il reste encore trop de questions en suspens. De plus, on peut remarquer que l'auteur utilise toujours le même schéma : Emma soupçonne une personne de son entourage, n'en démords pas, fait tout pour trouver des preuves, puis voit qu'au final elle doit la rayer de sa liste. La série compte six tomes. Est-ce que les trois derniers tomes vont tenir ce même registre ou est-ce qu'il va y avoir un peu d'originalité et du suspens ?

Pour ce qui est de la construction du récit, j'ai trouvé ça moyen que le peu d'action n'arrive qu'au dernier tiers du roman. Avant cette partie je me suis passablement ennuyée, dû à la trop grande importance des questionnements complètement grotesques de l'héroïne (pour le Jeu du Mensonge) ou au calme plat pendant toute l'histoire.


CONCLUSION
Un tome en-dessous des deux premiers pour moi, même si je
 prends néanmoins plaisir à lire les aventures d'Emma pour
 connaître le meurtrier de sa sœur. J'espère davantage de
 profondeurs pour les personnages et un peu plus d'action pour
 les prochains tomes.
12/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

lundi 14 juillet 2014

Enclave tome 2
 
Ann Aguirre
Hachette, Blackmoon
14 Août 2013
351 pages
Dystopie, Jeunesse






La vie de Trèfle a bien changé. Dans l’enclave, elle était une chasseuse, forte et combattive, indispensable à la survie de la communauté. Pourtant, à Salvation où elle s’est réfugiée avec Del, son partenaire de chasse, elle n’est plus qu’un fardeau. Elle ne sait ni coudre, ni cuisiner. Elle n’aime pas aller à l’école. Et pour ne rien arranger, Del prend ses distances. Mais aux alentours de la petite ville tranquille, le danger rôde toujours. Les Monstres ne sont pas loin. Et ils sont de plus en plus intelligents. Ils observent. Ils attendent. Ils ont un plan. Le combat approche. Bientôt, Trèfle va retrouver une raison de vivre.
 







 
Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu le premier tome.

Avec le premier tome, j'avais été totalement conquise par l'univers et les personnages proposés par l'auteur. Donc j'espérais avec celui-ici l'être tout autant, en essayant tout de même de ne pas en attendre trop pour ne pas être déçue. Je n'avais pas besoin de m'en faire, car c'est encore une réussite pour moi. On retrouve dans ce deuxième tome nos quatre personnages dans un nouveau lieu, où certains d'entre eux auront du mal à s'adapter. Ils devront continuer à tenter de survivre dans ce monde post-apocalyptique contre des Monstres qui deviennent de plus en plus intelligents et redoutables. Et nos jeunes héros ne seront pas bien aidés avec leurs nouveaux alliés (pour la majorité).

Trèfle, l'héroïne principale, revient ici plus désorientée sur son destin de Chasseuse face aux nouvelles règles qu'elle doit suivre, opposées à celle d'En-Dessous. On la découvre plus humaine et sentimentale par rapport au premier tome. Néanmoins elle continue à savoir ou sont ses priorités. Elle est toujours aussi forte et courageuse. Pour Del, pas beaucoup d'évolutions, il reste assez mystérieux, mais il est néanmoins toujours derrière Trèfle quoi qu'il arrive (où on le découvre vraiment romantique), tout comme Bandit (attention au "triangle amoureux" qui s'installe, j'aime pas ça !)

Les batailles sont nombreuses et très intéressantes. Et connaitre la vie à Salvation m'a beaucoup plu. Voir ces habitants vivre de ce qu'ils produisent de leur main, vivre simplement de peur de se retrouver dans une nouvelle guerre (une des causes de l'apocalypse) en utilisant des technologies supérieures. L'écriture reste fluide et addictive, ce qui est parfait pour un livre Young Adult. L'auteur allie action et romance (bien dosé), ce qui donne pour moi un coup de cœur !


CONCLUSION
Un deuxième tome totalement addictif, de l'action, un peu de
 romance et une réflexion subtile sur notre monde actuel. Seule
 envie maintenant ? Lire la suite !
20/20




Merci à merryfantasy pour cette lecture commune sur Livraddict !


AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

samedi 12 juillet 2014

Je l'aimais
 

Anna Gavalda
J'ai lu, Roman
9 Février 2004
1ère parution : 5 Février 2002
154 pages
Contemporain
 
"On biaise, on s'arrange, on a notre petite lacheté dans les pattes comme un animal familier. On la caresse, on la dresse, on s'y attache. C'est la vie. Il y a les courageux et puis ceux qui s'accomodent. C'est tellement moins fatiguant de s'accomoder ..."
A-t-on le droit de tout quitter, femme et enfants, simplement parce que l'on se rend compte que l'on s'est peut-être trompé ? Adrien est parti. Chloé et leurs deux filles sont sous le choc. Le père d'Adrien apporte à la jeune femme son réconfort. A sa manière : plutôt que d'accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n'en a pas été capable.


Ayant lu et adoré Ensemble, c'est tout d'Anna Gavalda, je n'ai pas pas pu refuser quand une de mes amies a voulu me prêter Je l'aimais du même auteur. Je n'en savais rien, je me suis laissée complètement guider, et je n'ai nullement été déçue par ce roman.


Chloé, mère de deux petites filles, voit sa vie chamboulée après le départ de son mari pour une autre femme. Déboussolée, déprimée, c'est là que son beau-père, Pierre, va l'emmener dans la maison de famille. Il va alors lui raconter pendant ce week-end, sa vie, ses opportunités manqués, sa lâcheté qui lui a coûté le bonheur. Ici est le récit d'un homme qui ne croyait pas en l'amour, et qui, lorsqu'il le trouve, lui file entre les doigts. Le récit d'un homme qui a préféré se contenter de ce qu'il a et de ne blesser personne au lieu de "vivre" pleinement sa vie.

L'auteur réussit toujours aussi bien à allier des personnes très distinctes, et aussi à nous présenter des caractères qui ont leur tort, leur culpabilité méritée, mais qui sont très attachants et fragiles. Ce vieil homme qui a vécu sa vie maritale et familiale par devoir, et cette femme brisée qui ne sait plus comment continuer sans ce bonheur essoufflé depuis longtemps sans s'en rendre compte...

Anna Gavalda arrive, avec pour point de départ une situation que nous pourrions définir de malheureuse, de triste, à en faire quelque chose de beau, un dialogue entre deux personnes percé de doutes, d'ironie, de charme.

Le style de l'auteur est fluide, elle n'en fait pas trop, mais sait créer un bon récit rempli de tendresse. Alors, oui l'histoire est banale (peut-être pour certains pas assez approfondi pour certaines scènes), et le style simple, mais il arrive parfois à en devenir poétique grâce aux questions que beaucoup d'êtres humains se posent tout au long de leur vie. 


CONCLUSION
Un court roman tout en simplicité et finesse, qui devrait plaire
 aux adeptes de l'auteur. Court mais efficace, ce livre nous
 donne une bonne leçon de morale, essayer toujours d'aller de
 l'avant, malgré les regrets et remords. Je vous recommande
 néanmoins Ensemble, c'est tout que j'ai trouvé vraiment
 meilleur, qui est fantastique, avec 400 pages de plus.
19/20
 
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE

mercredi 9 juillet 2014

Derrière la haine
 
Barbara Abel
Pocket
14 Mars 2013
1ère parution : 12 Avril 2012
344 pages
Thriller



D'un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l'autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu'au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s'appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine...







Je me doutais que j'allais aimer l'univers noir de ce livre, mais j'avais quand même peur d'être déçue. Et j'avais vu juste... Ce livre a été une bonne lecture, mais pas à tomber par terre de mon point de vue.


Deux couples, Laeticia et David, Tiphaine et Sylvain, sont amis depuis 7 ans, liés comme par les liens du sang jusqu'à ce qu'un drame arrive dans un des deux foyers. Et là le cauchemar commence... Cette intrigue tout de suite révélée dans la quatrième de couverture m'avait donné très envie et pour le coup je n'ai pas été déçue par les choix de l'auteur. Elle sait faire frissonner le lecteur (pas de la manière dont on le penserait aux premiers abords), et les événements arrivent au bon moment les uns après les autres.

Pour les personnages, je suis un peu mitigée. J'ai bien apprécié l'évolution des personnages qui au départ sont aimants et heureux, puis qui deviennent par la suite paranoïaques et remplis de haine. Le problème que j'ai rencontré, c'est que certains personnages principaux sont plus impliqués que d'autres, et il y en a qui ne sont pas vraiment approfondis (je pense notamment à Sylvain). J'aurais apprécié plus de psychologie pour TOUS les personnages principaux.

Après le petit point négatif sur les personnages, vient celui sur mon ressenti global : L'auteur arrive bien à nous mettre dans le malaise et dans la "peur", mais je m'attendais tout simplement à plus. Plus noir, plus de suspens, plus dans la psychologie. Mais mon ressenti est peut-être dû au trop grand nombre d'avis positifs que j'ai pu lire sur ce livre... L'écriture elle, est bonne, simple. Les chapitres sont courts, ce qui ne nous donne nullement le temps de s'ennuyer. L'auteur maîtrise son sujet, même si des fois les indices laissent facilement présager certains événements.


CONCLUSION
Derrière la haine est un bon thriller psychologique, mais je
 m'attendais à davantage de noirceur et certains personnages
 ne sont pas assez poussés par rapport à d'autres.
15/20

samedi 5 juillet 2014

L'Éducation sentimentale
 
Gustave Flaubert
GF Flammarion
28 Aôut 2003
1ère parution : 17 Novembre 1869
601 pages
Classique


En septembre 1840, à bord de la Ville-de-Montereau qui glisse sur la Seine, Frédéric Moreau, fraîchement reçu bachelier, rêve à sa vie future dans la capitale et aux succès qui l'attendent. Soudain, il aperçoit la belle Mme Arnoux... L'Éducation sentimentale (1869) retrace l'histoire d'un jeune homme qui n'aspire qu'à l'amour, à la richesse et à la gloire, mais qui, dans une époque de profonds bouleversements dont l'apogée est la révolution de 1848, se révélera incapable de s'engager pour une cause. À travers le parcours de ce héros velléitaire, Flaubert propose, dans un souci constant de perfection formelle, une réflexion subtile sur le politique et sur la nature humaine.








Ayant été subjuguée par l'écriture de Flaubert dans Madame Bovary que j'ai lu l'année dernière, j'avais vraiment envie de me laisser tenter par ce livre dont on m'a dit beaucoup de bien. Et je n'ai pas été déçue, retrouvant l'écriture belle et travaillée de l'auteur, et découvrant l'histoire d'un personnage presque aussi complexe qu'Emma Bovary.

Frédéric, jeune bachelier à Paris, va rentrer dans un nouveau cercle bourgeois, spécifique à l'art, où il va rencontrer le couple Arnoux, l'homme qui va devenir son mentor, et la femme qui va devenir son inaccessible désir. Il va alors mettre tout en œuvre pour se rapprocher de cette femme tout en se faisant un nom et une richesse dans la capitale.

J'ai retrouvé en Frédéric beaucoup d'Emma Bovary : ne rêvant uniquement de ce qu'il n'a pas, égoïste quelques fois, gagné aussi par la passion qui devient de temps à autre de la haine, de la rage, une mauvaise foi consternante. Mais comme sa "grande sœur" il n'en reste pas moins très intriguant et en devient pour ça emblématique. Même s'il est agaçant, on veut savoir la suite de ses aventures sentimentales, sociales et politiques.

Car l'histoire se déroule aux prémices de la Révolution de 1848. L'auteur maîtrise parfaitement le sujet dans le roman, qu'il connait d'expérience. Il crée une fresque d'une époque et de la fin du romantisme. Les différentes opinions politiques sont ici énoncées par les nombreux personnages. Frédéric va devoir choisir son camp et choisir comment il va vivre cette bataille.

L'écriture est minutieusement travaillée, quelques longueurs tout de même (comme souvent dans la majorité des classiques) mais je ne me suis pas ennuyée un seul instant dans cette histoire d'amour, d'amitié et de position sociale.


CONCLUSION
Très bon classique si vous êtes adepte du genre, et/ou pour ceux
 qui veulent en connaitre plus sur les mœurs sociales,
 économiques et politiques du XIXème, avec une écriture fluide
 et très belle.
16/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR
Hantée tome 2
Un mal souterrain



Maureen Johnson
Michel Laffon
7 Mai 2013
335 pages
Fantastique, Jeunesse

Londres est hantée par les fantômes. Une brigade spéciale, les Ombres, constituée de membres ayant frôlé la mort, est chargée de les empêcher de nuire. Réchappée des griffes de l’Éventreur, Aurora en garde une terrible cicatrice. À peine remise de cet affrontement, la jeune fille est de nouveau appelée par les Ombres. Elle seule est capable – d’un simple toucher – d’exorciser les esprits maléfiques. Face à la nouvelle vague de meurtres qui agite la ville, l’adolescente est leur unique espoir.
Aurora se lance alors à la poursuite de ceux qui sèment le chaos avec l’aide de son équipe et tout particulièrement de l’intrigant Stephen. Mais bientôt elle réalise qu’elle aussi est une cible. Car son don est une arme convoitée… Une arme pour laquelle on est prêt à tuer.




Attention risque de SPOILER si vous n'avez pas lu le premier tome, vous êtes prévenus.

Après un premier tome mitigé, j'ai voulu laisser une chance à cette trilogie avec ce deuxième opus. Et je dois dire que j'ai retrouvé les mêmes points positifs, comme négatifs du premier livre.
 

Londres, rempli de fantômes, dont seuls les personnes ayant frôlé la mort peuvent les voir,comme Rory, une adolescente qui a survécu aux attaques d'un fantôme imitant les meurtres de Jack l'Éventreur. Voilà ce qui m'avait donné envie dans le premier tome : Londres (pays que je ne connais pas tellement), et Jack L'Éventreur, meurtrier célèbre du XIXème siècle. Alors, autant prévenir, l'histoire sur ce serial killer s'arrête dans la fin du premier livre. Ici nous retrouvons Rory qui essaye de reprendre sa vie en main et comprendre son nouveau don, en prenant part à une nouvelle enquête avec les Ombres.

Parlons-en de Rory : Oui, elle est assez drôle et peut être quelques fois attachante, mais mon dieu ! Quelle naïveté... Les événements sont souvent prévisibles et Rory ne voit rien venir. Tout passe sous son nez, mais il faudra qu'elle attende le dernier moment pour enfin comprendre. Pour les autres personnages, même problème que dans le premier opus : ils ne sont pas approndis. Il y a Rory, puis derrière ses amis qui l'aident dans son enquête. Malgré l'apparition plus prononcée de Boo, Callum est surtout de Stephan, ça reste maigre et on en veut davantage.

On se retrouve donc plongé dans une enquête mené par la jeune lycéenne et la brigade des Ombres, un des seuls points positifs que j'ai trouvé à ce livre. Une enquête policière avec du fantastique dans le genre jeunesse, très bonne idée. Mais comme précédemment dans la trilogie, l'intrigue et partagée entre cette course poursuite avec le tueur, et les moments où Rory est au lycée, qui ne sont en rien intéressants. L'auteur met trop de temps à lancer l'intrigue et laisse trop de place à la vie lycéenne de l'héroïne. Mais j'ai aussi apprécié son parti pris sur la romance : il ne prend pas du tout le pas sur l'intrigue, et des fois ça fait vraiment du bien !





CONCLUSION
Un deuxième tome toujours aussi mitigé. Je me suis ennuyée la
 moitié du roman (lors des passages au lycée), mais je me suis quand
 même laissée prendre par l'enquête et aux rebondissements
 quelques peu prévisibles.
13/20