dimanche 31 août 2014

Bilan du mois (2)

Voici le moment de faire un récapitulatif de mes lectures du mois :

                  Des fleurs pour Algernon                         Maeve Regan tome 4


                        Rebecca Kean tome 1                                 La Sélection tome 2                                 La maison d'à côté
             La Belle et la Bête et autres contes                        Le joueur d'échecs                              Ne le dis à personne...





vendredi 29 août 2014

Le Joueur d'échecs
 
Stefan Zweig
Le Livre de Poche
Octobre 2011
1ère publication : 1944
125 pages
Classique, Nouvelle

Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi frustre qu'antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ?
Les circonstances dans lesquelles l'homme a acquis cette science sont terribles. Elles nous renvoient aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.
Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit un personnage avec une ironie douloureuse, << pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons >>.






Ça faisait un moment que je n'avais pas lu une nouvelle de mon auteur préféré, et on peut dire que ça m'avait manqué. Étant assez reconnue, j'ai voulu me laisser tenter pas Le Joueur d'échecs. Malheureusement ça ne l'a pas totalement fait...


Sur un paquebot, un homme, novice aux échecs, va faire face avec d'autres voyageurs au champion mondial des échecs. Très sûr de lui et antipathique, ce dernier ne perd jamais un match. Il ne pensait pas trouver ici adversaire à la hauteur, mais à la surprise de tous, un homme s'interpose dans la partie et montre ses talents pour ce jeu. Il expliquera alors à notre narrateur les conditions dans lesquelles il a appris ce sport.

J'aime toujours autant le procédé de Stefan Zweig, qui est de prendre un narrateur qui va raconter l'histoire d'une autre personne. Ici, c'est l'inconnu qui va se confier sur une année où il a été isolé du monde pour divulguer des informations aux nazis. Ne distinguant plus vraiment la réalité, il va tomber par inadvertance sur un manuel d'échecs. À ce moment revient peu à peu sa lucidité, pour ensuite laisser place à la folie des échecs. Ce jeu met alors en péril son équilibre mental et devient contagieux.

Ce point m'a fait repenser à une autre de ses nouvelles, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (pour la passion pour le jeu) ou encore Amok, où j'avais trouvé le procédés mieux amenés. Ici, je n'ai pas vraiment été touchée par ce qui se passe. L'histoire met du temps à arriver, et l'explication du jeu est préféré aux émotions. Je n'ai pas l'habitude de ce procédé venant de Zweig, et oui, j'ai été un peu déroutée. La plume est toujours aussi belle, mais m'a moins touché que précédemment. Ça doit être ceci qui m'a le plus manqué, l'absence d'émotions fortes qui se rencontrent et se superposent. Le dernier écrit de Stefan Zweig, et celui qui m'a le moins surpris. Cette nouvelle est tout de même à lire, car le récit reste bon.


CONCLUSION
Loin d'être ma nouvelle préférée de l'auteur. Ici les sentiments
 et émotions ne sont pas au centre du récit mais davantage une
 analyse des expérimentations nazies pendant la guerre.
15/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

mercredi 27 août 2014

Rebecca Kean tome 1
Traquée
 
 


Cassandra O'Donnell
J'ai Lu
12 Mars 2011
474 pages
Bit-Lit, Urban Fantasy



Burlington...nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...






Depuis le temps qu'il trainait dans ma PAL celui-là, je me suis enfin décidée à l'en sortir, et je n'ai pas été déçue de mon choix !

Rebecca Kean, puissante sorcière condamnée à mort par son clan, est en cavale depuis 10 ans. Ce qu'elle souhaite ? Pouvoir vivre une vie normale avec sa fille et son amie Beth dans la paisible ville de Burlington. Malheureusement, les choses ne se passent pas comme elle l'espérait... Découvrant son identité, le conseil des créatures surnaturelles du pays va lui confier une mission qui s'avère dangereuse et pleine de rebondissements.


Rebecca est une femme indépendante, drôle, et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. En gros, elle ressemble à beaucoup d'héroïnes bit-lit mais arrive à sortir son épingle du jeu. On arrive facilement à s'attacher aux différents personnages (qui, on s'en doute, auront une place plus importante dans la saga pour certains). Le seul point qui m'a dérangé, c'est l'espèce de triangle amoureux entre Raphael et Marc. Alors au début c'est drôle, touchant, mais à la longue ça devient vraiment pathétique (on dirait des ados !)

Ici, nous entrons dans le monde des vampires, loups-garous, métamorphes, potionneuses, chamans, et démons. Rebecca doit réussir à être l'intermédiaire entre tous ses clans qui se voient toujours comme ennemis depuis la fin de la guerre entre les êtres fantastiques. Et, ce qu'on peut dire, c'est que Rebecca va devoir s'accrocher. Mais avec son caractère en béton, ce n'est pas trop difficile pour elle. L'action est au rendez-vous, l'intrigue est intéressante, mais je pensais qu'elle serait plus addictive. Et puis que l'héroïne arrive à se dépétrer de toutes les situations comme la nouvelle "super-woman" m'a un peu dérangé, et le fait aussi qu'elle ne soit pas très "humaine". L'écriture est simple mais prenante. On ne s'ennuie pas, et même à certains moments j'avais du mal à le lâcher. L'auteur s'est crée son univers avec de multiples créatures, et j'espère qu'elles seront encore plus approfondies dans les autres tomes.





CONCLUSION
Un premier tome avec de l'action et qui met l'accent sur la suite
 de la saga qui a l'air d'être juste géniale, avec ses personnages
 construits et ses intrigues intéressantes.
19/20




AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

dimanche 24 août 2014

La Belle et la Bête et autres contes
 
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont
Librio, Littérature
Octobre 2013
78 pages
Conte, Jeunesse


 
Il aura suffi d'une simple rose pour sceller le sort de la Belle. Prête à tout pour sauver son père d'une mort certaine, la voilà contrainte de vivre dans le château de la Bête. Mais la laideur du monstre révèle peu à peu une âme pure et, dans ce pays enchanté, les élans du coeur et de la beauté intérieure triomphent toujours... 
Ce recueil rassemble les contes les plus célèbres de Mme Leprince de Beaumont : La Belle et la Bête, Aurore et Aimée, Belote et Laidronette, Conte du pêcheur et du voyageur, Joliette, La Curiosité, La Veuve et ses deux filles, Le Prince Charmant, Le Prince Chéri et Le prince Fatal et le Prince Fortuné.




Acheté un peu par hasard (même si je voulais lire depuis un moment une histoire de la Belle et la Bête), je peux dire que j'ai apprécié ces différents contes, même si j'ai remarqué une certaine redondance. Ce recueil compte 10 contes. Nous connaissons tous le fond de l'histoire de La Belle et la Bête, mais c'est vrai que je n'avais aucune connaissance des autres histoires. Ces dernières étant aussi bonnes que la première plus connue.

J'ai aimé tous les contes que j'ai pu lire dans ce recueil, je les ai trouvé bien construits et racontés, mais certains points m'ont dérangés (particulier dans l'aspect global). Dire que le dénouement ou même toute l'histoire est trop facile ne serait tout simplement pas fortuit, car c'est une des spécificités du conte, que ce ne soit pas compliqué pour les plus jeunes, et qu'il est une morale qui soit bien sous-entendue. Mais si j'avais lu ce livre d'un coup je pense que j'en aurais fait une indigestion. L'avoir lu de temps à autre en parallèle m'a aidé à apprécier ces différentes petites histoires. Ce qui m'a le plus dérangé c'est la franche similitude entre tous les contes. Ils ont à peu près tous la même morale, ce qui fait qu'au long de ce recueil, j'avais l'impression de lire la même histoire mais avec des personnages et caractéristiques différentes.

Alors oui la vertu est quelque chose de beau, d'important. Mais Mme de Beaumont le lance à toute les sauces, et on pourrait avoir l'impression avec ces textes qu'il est le seul accomplissement pour une vie heureuse. Je suis à peu près d'accord avec la morale, qui est d'aider son prochain et de ne pas toujours en à vouloir plus et à envier la personne qui a plus de richesse que nous, etc... Mais j'ai trouvé que ça faisait trop et avais donc l'impression que l'auteur essayait de faire la morale au lecteur de manière trop lourde. Malgré les points négatifs cités, j'ai vraiment apprécié ma lecture. Je suis toujours envieuse de connaitre de nouveaux contes, et ce livre m'a permise d'augmenter cette envie.


CONCLUSION
Un beau recueil de conte constitué de très bonnes histoires mais
 si le tout est assez répétitif.
16/20

mercredi 20 août 2014

La Sélection tome 2
L'Élite
 
Kierra Cass
Robert Laffont, Collection R
17 Avril 2013
308 pages
Dystopie, Jeunesse

La Sélection de 35 candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Élite restante n'est plus composée que de 6 prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
Pour America, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d'enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales... Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie..








Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu le premier tome !

J'avais passé un très bon moment avec le premier tome malgré quelques imperfections, et espérais avec ce deuxième opus être tout aussi conquise. Et ça a été le cas, je peux dire que j'aime vraiment cette saga !

La Sélection se réduit à l'Élite composée de six jeunes filles qui doivent séduire le prince pour prétendre au trône. Et ici America est plus indécise que jamais. Maxon ou Aspen ? La vie de princesse ou celle plus prolétaire avec le garde ? Romance mélangée avec la politique de cette monarchie composée de castes et qui est toujours l'objet de rébellion par les renégats.

Il est vrai qu'America a été dans ce tome plus agaçante. Elle retourne sa veste dans tous les sens quand il s'agit de choisir entre les deux hommes. Et quand l'un d'eux osent se rapprocher d'une autre jeune fille, Mademoiselle est jalouse. (Nous connaissons tous le dicton "Fais ce que dis, pas ce que je fais", hein ?) Elle fait souvent les mauvais choix mais reste toujours égale à elle-même. Maxon me plait encore plus après ce deuxième tome. Pour ce qui est Aspen, j'ai vraiment du mal, je trouve ses attentions nobles à certains moments, mais je n'y arrive tout simplement pas...

La politique est davantage expliquée ici, mais pas encore assez impliquée à mon goût. Ici, il est vraiment question de la Sélection. Et j'ai même eu l'impression qu'il y avait deux sélections en jeu : Celle officielle de Maxon avec ses six prétendantes, et celle plus officieuse entre America, Aspen et Maxon (je commence à en avoir marre des triangles amoureux...) Donc j'espère que dans le dernier tome, America fera VRAIMENT son choix, et s'y tiendra.

J'ai trouvé moins d'incohérences dans ce deuxième livre qu'ultérieurement. L'écriture reste simple (très accessible et centrée jeunesse), en rendant néanmoins l'histoire très addictive. Je n'ai pas pu (encore une fois) lâcher ce bouquin, il fallait que je sache la fin tout de suite


CONCLUSION
Un tome tout aussi addictif, qui peut paraître agaçant par
 moments dû à l'héroïne qui est une vraie girouette, mais on
 retrouve les mêmes ingrédients que dans le premier tome, et
 l'envie de lire le dernier tome est irrémédiable.
16/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

Merci à Chroniques Aléatoires pour cette lecture commune ! Pour lire toutes les autres chroniques, cliquez ici.

mardi 19 août 2014

Ne le dis à personne
 
Harlan Coben
Pocket
1er Août 2011
1ère parution : Janvier 2002
448 pages
Thriller




Imaginez...
Votre femme a été tuée par un serial killer.
Huit ans plus tard, vous recevez un e-mail anonyme.
Vous cliquez : une image...
C'est son visage, au milieu d'une foule, filmé en temps réel.
Impossible, pensez-vous ?
Et si vous lisiez Ne le dis à personne...?








Un autre policier que je voulais sortir de ma PAL pour les vacances, et je n'ai pas été déçue même si j'ai quelques points "négatifs" à partager. David Beck, pédiatre, a connu huit ans plus tôt un cauchemar : sa femme, avec qui il était proche depuis leur sept ans, est assassinée par un tueur en série. Pour lui, la vie est maintenant synonyme de survie, n'alliant que compagnie avec sa soeur et son amie, et le travail. Mais huit ans plus tard il reçoie des messages codés et une vidéo qui lui fait croire à une réalité qu'il ne pensait pas possible. Sa femme est peut-être en vie.

Beck va alors coûte que coûte tenter de retrouver la trace de la prétendue Elizabeth. Bon pour vous dire la vérité, j'ai du rouvrir le livre pour me rappeler des noms des personnages. Non il ne m'ont pas donné une grande impression. Ce thriller met plus l'accent sur l'action et sur les péripéties des personnages que sur leur psychologie (ce qui m'a manqué). Néanmoins on trouve des personnages assez sympathiques comme son amie mannequin, ou d'autres de milieux difficiles comme Tyrese (celui-là je m'en suis souvenue !)

Nous voilà donc plongés dans une course poursuite entre un mari ne voulant croire à la mort de sa femme et des personnes qui veulent à tout prix taire un lourd secret au monde et vont tout tenter pour mettre la main sur Beck. J'ai trouvé que certains passages étaient un peu faciles. Ils donnent une avancée rapide de "l'enquête" de Beck, ce qui m'a un peu chiffonnée par moments. Néanmoins le tout est assez fluide et plaisant à lire. Pour l'écriture, je dirais que Harlan Coben est dans la même veine que Guillaume Musso. Le manque de description des personnages par moments, la façon d'amener l'intrigue, les dialogues,etc... Alors je dirais que c'est un style agréable, facile à lire. Mais justement j'aurais préféré qu'il soit plus approfondi, avec un écriture plus riche.


CONCLUSION
Un thriller qui se lit très rapidement, qui est loin d'être
 mauvais, mais qui ne restera pas longtemps dans ma mémoire.
 Romance, course poursuite : si vous aimez ce genre de "livres
 de gare", lancez vous.
14/20


   

lundi 18 août 2014

La maison d'à côté
 
 
Lisa Gardner
Le Livre de Poche
29 Août 2012
1ère parution : Septembre 2010
528 pages
Policier



Un fait divers dans une banlieue résidentielle de Boston passionne les médias. Sandra Jones, jeune maîtresse d'école et mère modèle, a disparu.
Seul témoin : sa petite fille de quatres ans.
Suspect n°1 : son mari Jason.
Tente-t-il de brouiller les pistes ou cherche-t-il à protéger sa fille ?
Mais de qui ?






 


Je n'avais pas vraiment d'avis avant de commencer cette lecture, ne connaissant pas la plume et le genre de l'auteur. Au final, j'ai vraiment apprécié ce polar avec cette enquêtrice assez sympathique et des personnages mystérieux.


La disparition d'une jeune femme avec pour seul témoin sa fille de quatre ans, et avec plusieurs suspects probables dont son mari : voilà l'enquête que prend en main l'inspectrice D.D Warren. Entre le peu d'indices et le manque d'aide du conjoint Jones, D.D et son acolyte vont avoir beaucoup de mal à trouver le fin mot de cette histoire. Plongez dans une traque sur le passé de nos multiples suspects, sur les tréfonds d'Internet, et les vices cachés.

Jason Jones, le mari, est au centre de l'histoire. Il est le suspect n°1 et ne va pas vraiment essayer de faire penser le contraire aux enquêteurs. Beaucoup de mystères derrière ce personnage, et même un peu trop à mon goût. Il est trop froid, trop maître de lui-même pour faire vrai, ou en tout cas pour que je sois entièrement happée par la psychologie du personnage. C'est D.D qui va renvoyer la touche d'humour qui donne à ce livre une ampleur un peu plus grande (par rapport à d'autres livres qui se ressemblent beaucoup dans le genre).

L'intrigue est très bien ficelée, le rythme constant. Des sujets comme la pédophilie et l'appartenance familiale sont bien développés et recherchés. J'ai attendu longtemps (voire jusqu'à la fin) pour avoir certaines réponses que je pensais être amenées plus tôt dans le livre. Mais justement ça ne fait qu'augmenter l'envie de poursuivre l'histoire et d'en connaître davantage sur le passé des personnages et l'évolution de l'enquête. La plume de Lisa Gardner m'a été agréable. Alors même si j'étais plus intéressée par le passé et la tournure des personnages plutôt qu'à l'enquête, ce policier m'a donné envie de retenter l'expérience avec une autre enquête de D.D Warren.


CONCLUSION
Un policier qui m'a vraiment plu, même si pour moi l'enquête
 est passée au second plan, pour laisser la place aux
 personnages, à leur histoire et à leurs démons.
16/20
 

jeudi 7 août 2014

Des fleurs pour Algernon
 
Daniel Keyes
France Loisirs
Avril 2013
1ère parution : Janvier 1972
444 pages
Science-Fiction


Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie.
C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser.
Mais un jour les facultés supérieures d'Algernon commencent à décliner...








Après l'avoir laissé un bon moment dans ma PAL, je me suis enfin décidée à lire ce livre. Et tout ce que je peux dire c'est que je ne regrette absolument pas !

Charlie Gordon, jeune homme d'une trentaine d'années et retardé mentalement, va être le sujet d'une étude scientifique pour augmenter l'intelligence. Une fois l'opération faite, il va découvrir des choses dont il n'avait pas conscience et va évoluer rapidement à côté de personnes dites "normales" (j'ai un peu de mal avec le principe de normalité...)

J'ai vraiment apprécié Charlie, son évolution au fil de l'histoire. J'ai vraiment eu mal pour lui au début et à la fin. Les autres personnages passent au second plan, mais c'est intéressant de voir l'interaction entre eux et Charlie pendant ses différentes étapes de son évolution.

La recherche scientifique est bien amenée et assez documentée dans ce livre. Et justement j'ai apprécié que le style d'écriture ne soit pas trop scientifique et donc plus accessible. L'histoire est découpée en plusieurs comptes rendus écrits par Charlie, le tout qui devient un genre de journal intime. Moi qui généralement n'apprécie pas ce genre de récit, je m'étonne à dire que c'est un coup de coeur !


CONCLUSION
  Une histoire touchante qui pose les questions existentielles
 pour un des principaux buts dans la vie : être heureux. Coup
 de coeur pour le récit de ce personnage bienveillant qui devient
 une homme moderne commun.
20/20

mercredi 6 août 2014

Maeve Regan tome 4
À pleines dents
 
Marika Gallman
Milady, Bit-Li
31 octobre 2013
479 pages
Bit-Lit



 
Tuer son père aurait dû mettre un terme aux ennuis de Maeve. Mais les choses ne se passent jamais comme prévu. Non content de la retenir prisonnière dans un château infesté de vampires, Connor veut se servir d'elle pour prendre la place de Victor. Sans pouvoirs, sans alliés et sans échappatoire, Maeve devra faire équipe avec la dernière personne sur Terre dont elle souhaite l'aide : son ancien mentor qui l'a trahie, Benoxh. Et c'est sans parler de la deuxième partie de la prophétie, qui la voue à devenir plus malfaisante que ne l'était son père...








Attention risques de SPOILER si vous n'avez pas lu les autres tomes. 

Pas beaucoup de chances d'être déçue par ma série bit-lit préférée. Les trois premiers tomes ont été des coups de coeurs (même si j'ai mis un peu plus de temps à lire le troisième), et ce quatrième opus n'a rien à envier à ses prédécesseurs. J'ai tout bonnement adoré !

Maeve se retrouve à devoir encore déjouer les plans de son frère maintenant qu'il est monté sur le trône. Privée de ses pouvoirs et de ses alliés, va devoir réussir à s'en sortir dans ce château contenant illusions et ennemis mortels. L'action va être de la partie (bon d'accord, surtout à la fin...) et nous pouvons toujours compter sur cette moitié vampire/sihr pour dégommer du vampire tout en nous faisant rire.

Maeve arrivera toujours à me faire autant rire avec ses réparties et son franc parler. Elle n'a rien à envier à d'autres héroïnes bit-lit, elle s'en sort très bien. Ici, elle apprend à mieux connaitre sa magie, même si elle en est privée la plupart du temps. Pour ce qui est des autres, Connor reste lui-même (j'ai quand même de la peine pour lui), et j'aime toujours autant Trevor et Cormack. Par contre quand serons-nous débarrasser de Benoxh ?

La captivité de Maeve ne rend pas le récit lent et soporifique à mon grand soulagement. On essaye, comme notre héroïne, de se repérer dans ce grand château, où l'on ne croise pas que des amis, comme par exemple Slater et Elzbieta. En parlant de cette dernière, je commencais à m'ennuyer de son combat de "coq" avec Maeve qui est présent de nombreuses fois, j'avais l'impression de tourner en rond (c'est ma seule réserve). Pour ce qui est de l'écriture, Marika Gallman garde une plume dans la lignée des sagas bit-lit, alliant action et humour, au plaisir des lecteurs du genre.


CONCLUSION
Je suis tout bonnement conquise. Je le trouve encore plus
 abouti que le troisième tome (celui qui m'a le moins transporté pour le
 moment). Vivement de lire le cinquième et dernier tome des
 aventures de Maeve qui sont pour moi une totale réussite.
20/20



AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

vendredi 1 août 2014

Bilan du mois (1)

Ca y est, nous sommes la fin du mois de juillet, et voici donc mon bilan du mois, avec mes coups de coeurs, mes déceptions, et les autres livres lus.


                Dôme T2                         La Sélection T1                    Je l'aimais                     L'éducation sentimentale
                                           Derrière la haine       The lying game T3           Hantée T2


Mes acquisitions du mois :