mardi 28 février 2017



Mes lectures :

Ce mois de février, un peu plus riche en lectures que le premier mois, m'a permis de lire mon premier coup de cœur de l'année avec Une place pour l'espoir de Virginie Coëdelo, un roman contemporain sur la recherche d'identité après la mort tragique d'un proche, sur les mensonges difficiles à révéler au fil du temps, et du pardon afin de réussir à avancer. J'ai pu également enfin découvrir La Marche du Prophète, premier tome d'Aeternia de Gabriel Katz, qui me tardait de lire et qui ne m'a pas du tout déçue. Dans la même veine que son autre trilogie, l'auteur réussit à créer un univers fantasy diversifié avec des personnages loin d'être ternes. Autre livre qu'il fallait absolument que je lise enfin en ce début d'année : Cress, troisième tome des Chroniques lunaires de Marissa Meyer qui propose une intrigue toujours aussi fournie, mettant les héros dans des situations incroyables et captivantes. Les références des contes sont toujours plaisantes à découvrir à travers cet univers de science-fiction.

 
La littérature fantastique a pris une part belle ce mois-ci. Certains de ses romans ont été des lectures très agréables : le premier tome de The Vanishing Girl, écrit par Laura Thalassa, se révèle par l'emploi et par l'utilisation de son univers plutôt original face aux romans jeunesse dans la même veine. L'auteure ose également nous donner des sueurs froides à la toute fin de ce premier opus, crainte possible grâce à l'attachement qui se crée au fil du livre pour l'héroïne effrontée et casse-cou et bientôt pour son coéquipier ; le huitième tome de Charley Davidson de Darynda Jones se révèle moins mouvementé que les tomes précédents, préférant s'attarder sur les liens entre les personnages avec de nouveaux événements majeurs dans la vie de Charley et de ses proches. La fin, un peu rapide, promet de bonnes surprise pour la suite. Par contre, d'autres lectures n'ont pas été des réussites comme Caraval de Stephanie Garber qui, malgré un approfondissement de l'univers que je salue, m'a réellement déçue. Par la lenteur et son manque de dynamisme, je me suis quelques fois ennuyée. Mais les personnages finissent par devenir intéressants face aux péripéties personnelles, à travers ce lieu mystérieux, auxquelles ils doivent faire face.


Je pensais également apprécier davantage Merlin de Robert de Boron et, surtout, Les Dames du lac de Marion Zimmer Bradley. Le premier est ancien, remontant au XIIIème siècle, donc je m'attendais un peu à moins accroché. J'ai réussi néanmoins à reconnaître ses points forts et à passer tout de même un bon moment de lecture. Pour ce qui est du livre fantasy s'attaquant aux légendes arthuriennes, j'ai apprécié la part majeure donnée aux femmes de ces histoires, n'étant pas réellement exploitées dans les ouvrages de l'époque. Elles possèdent toutes quelque chose d'intéressant à découvrir, seulement je n'ai pas du tout réussi à me faire au style lourd et constitué de beaucoup trop de descriptions pour que le tout soit assez fluide selon moi. L'Anthologie de la poésie française du XVIIIème siècle a été un parfait intermède entre toutes ces lectures, me proposant des poèmes parfois charmants, éloquents, beaux et à d'autres moments très surprenants par leur thème subversifs tels que la politique ou la sexualité (et je peux dire que pour ce dernier thème, il y en a un en particulier qui ne mâche pas ses mots).



Mes acquisitions :
Une place pour l'espoir, Virginie Coëdelo
Caraval, Stephanie Garber
La Mer éclatée : La Moitié d'un roi tome 1, Joe Abercrombie
La Mer éclatée : La Moitié d'un monde tome 2, Joe Abercrombie
La Mer éclatée : La Moitié d'une guerre tome 3, Joe Abercrombie
L'Écorchée, Donato Carrisi
 La Fille d'avant, JP Delaney
Satan était un ange, Karine Giebel
Les Ombres de Brocéliande, Lynda Guillemaud
 Un palais d'épines et de roses tome 1, Sarah J. Maas
La Silencieuse, Ariane Schréder
 Au fond des bois, Karin Slaughter



Mon prévisionnel :
         
Après avoir passé un bon moment avec le tome précédent, je compte bien continuer et finir le neuvième tome de Charley Davidson pendant le mois de mars. Pour le moment, j'adore complètement ma lecture, l'auteure apporte du changement revigorant qui apporte beaucoup d'amusement et encore plus de fraîcheur à une saga qui, malgré le nombre de tomes qu'elle compte déjà, n'en a pas forcément besoin. En manque de thrillers/policiers, je compte bien lire lors de ce prochain mois Au fond des bois qui me fait très envie depuis la chronique de Chess. Et il faut vraiment que je finisse la cinquième intégrale du Trône de fer ! Je ne la lirai peut-être pas en entier ce mois-ci mais je compte bien lire le deuxième tiers, et j'espère que l'action va revenir au rendez-vous comme dans les premiers tomes.



Je vous souhaite un bon mois à venir et de bonnes lectures !



lundi 27 février 2017

Une place pour l'espoir, Virginie Coëdelo
Claire et Julien Delorme ont tout pour être heureux. Mariés, deux enfants, ils sont
 propriétaires d'un café-restaurant dans le sud de la France, L'Espoir. Mais derrière
 ce bonheur se cache le drame de Claire, avec lequel elle a appris à vivre, qu'elle est
 parvenue à surmonter tant bien que mal : son premier mari est mort dans l'explosion
 d'une bombe. Des années plus tard, l'enquête sur cette explosion, demeurée non élucidée,
 se rouvre, grâce à un témoin, et Claire va devoir se replonger dans un cauchemar qu'elle
 pensait définitivement derrière elle.



AVIS

Un grand merci à Librinova de m'avoir offert l'occasion de découvrir ce roman, d'autant plus que j'ai passé un très agréable moment avec ce court, mais non pas incroyable, récit. Les mots, les émotions des différents personnages, l'atmosphère parfois étouffante qui devient ensuite libératrice, cette touche quasi-constante d'espoir ; tout m'a plu dans ce livre. Tout est raconté avec une telle justesse, une telle douceur qu'on ne peut que se laisse emporter par ce récit parfois triste mais surtout positif.

Au début de l'histoire, nous rencontrons la famille de Claire et Julien avec leurs deux enfants. En apparence, tout semble parfait. Ils s'aiment, ils sont heureux et semblent d'autant plus s'épanouir avec leur café-restaurant qu'ils tiennent à deux. Seulement la cicatrice de Claire s'ouvre à nouveau et va bouleverser le quotidien de toute la famille : l'enquête sur la mort de son premier mari est réouverte. Six ans après le drame, un témoin décide de parler, chamboulant la vie des Delorme. Claire n'attendait plus les réponses qu'elle cherchait depuis ces dernières années. Elle s'était reconstruite grâce à sa force intérieure et grâce à ses proches. Néanmoins,  elle n'arrive pas à faire sortir François de sa tête et de sa vie. François qui est le contraire de Julien ; François qui est le père de son premier enfant Luigi. Après l'explosion de cette bombe qui a valu la mort de son mari, Claire ne voulait et ne pouvait dorénavant plus avancer. Elle a du se recréer des repères et a su se retrouver un foyer auprès de Julien. Lui qui est si compréhensif et réconfortant, même s'il sent planer lui-même le fantôme de François au sein de sa propre maison. 

Je n'ai pas pu m'empêcher d'être touchée par ce couple, par leur force, par leur amour et par le récit de leur rencontre. Car dans ce roman, il ne va pas être seulement question de la manière dont Claire et ses proches vont réagir à cette enquête. L'auteure choisit d'errer entre passé et présent, entre la mort de François et la fin de l'enquête sur son meurtre. Nous avons le droit également à plusieurs points de vue qui m'ont beaucoup plu et qui permettent de ne pas créer un ensemble de personnages trop manichéens. J'ai tout autant apprécié suivre Claire que son mari Julien ou encore Serge, policier chargé à l'époque de l'enquête, qui se sent fortement lié à la jeune femme. Cela va permettre, loin de la perception omniprésente de Claire, de découvrir un à un les mystères et secrets des autres personnages qui apportent davantage de poids, d'intérêt et de bouleversements à l'histoire initiale. Car, je dois dire que je ne m'attendais pas à cette fin qui a été très bien orchestrée

Comme les personnages, je me suis sentie trahie, bouleversée. Puis vient le déni, la résignation, pour enfin laisser place, on ne sait pas trop comment, à l'acceptation, au pardon. Car malgré tous les malheurs que vont connaître les personnages, il va toujours exister une note d'espoir tourné vers l'avenir. La vérité se fait toujours peu à peu jour et réussit à apporter ce qu'il faut aux protagonistes pour continuer d'avancer, même si parfois, la vérité est terriblement insupportable. En plus de la narration, des correspondances épistolaires vont apporter encore davantage d'émotions. Du point de vue des personnages, elles sont révélatrices de leur état et de leurs sentiments, et restent souvent tournées vers l'avenir pour tenter d'apercevoir un futur qui pourraient leur apporter, ensemble, un bonheur absolu malgré les mensonges dévoilés et les fautes commises. 


« Je crois que je pense à toi tous les jours, mais quand Julien me
 fait l'amour, je me surprend parfois à t'oublier. Il me prend par la
 taille. Tu me prenais par les sentiments. »



CONCLUSION
Un coup de cœur pour cette histoire émouvante et remplie
 d'espoir avec un personnage principal qui apporte beaucoup
 de positivisme et de force mental. Les différents points du vue
 sont importants afin de pouvoir nuancer la personnalité des
différents personnages.

dimanche 26 février 2017


Les livres :
    
Les Dames du lac (1986) de Marie Zimmer Bradley : Je trouvais intéressant le fait de découvrir les légendes arthuriennes du point de vue des femmes, surtout celles que l'on n'aperçoit pas souvent comme Ygerne, mère d'Arthur, Viviane ou encore Morgane, elle que j'ai préféré. Mais l'histoire m'aurait davantage intéressée si le récit n'était pas arrosé de descriptions et d'un style que j'ai trouvé lourd.
--> 12/20
Caraval (2017) de Stephanie Garber : Même si j'ai bien apprécié l'univers magique de Caraval et le duo principal tout en contraste, j'ai été plutôt déçue par le reste. J'ai eu l'impression que le livre était loin de remplir ses promesses, offrant un récit, pour la majeure partie du temps, mou et une fin rocambolesque et quelque peu brouillonne dû à sa trop grande rapidité.
--> 13/20 (chronique)

    
The Vanishing Girl tome 1 (mars 2017) de Laura Thalassa : J'ai adoré ce premier tome qui met très bien en place les bases de l'univers de cette nouvelle saga/trilogie tout en apportant sa dose d'actions et de révélations intéressantes. Les personnages piquants sont également un gros plus, et la fin ne peut que donner envie d'attendre avec impatience la suite.
--> 17/20 (chronique)
Une place pour l'espoir (2016) de Virginie Coëdelo : Quelle lecture agréable ! C’est bien mon premier coup de cœur de l'année. J'ai été tellement touchée par cette famille, cette femme qui connaît une tragédie et qui avec le temps réussit à se reconstruire, jusqu'à que ce que le malheur revienne lui rendre visite. Beaucoup d'espoir dans ce récit qui ne peut que toucher par sa sincérité et son humanité.
--> 20/20



Les chroniques :

Charley Davidson : Huit tombes dans la nuit tome 8, Darynda Jones



Les acquisitions :
 



Les films :
   
Foxcatcher (2014) de Bennett Miller : Le casting est incroyable avec Steve Carrel métamorphosé, et Channing Tatum et Mark Rufallo bien ancrés dans leur rôle. Moi qui ai l'habitude de voir ces trois acteurs dans des registres comiques ou plus légers, j'ai été vraiment époustouflée par leur jeu. Mais malheureusement, la réalisation qui se veut trop esthétique ralentit considérablement l'histoire et il y a une absence claire de dynamique qui rend difficile le visionnage entier de ce film. En plus, la fin m'a laissé dubitative, arrivant trop vite et sans vraiment d'explications.
--> 13/20
Five (2016) d'Igor Gotesman : Je pensais que le film serait un peu moins comique mais j'ai beaucoup apprécié cette histoire de ces cinq potes qui décident d'emménager ensemble jusqu'à ce que la galère d'argent les rattrapent. Pierre Niney est réellement au centre du film et joue incroyablement bien, je l'ai adoré. Par contre, je retiens quelques incohérences dans le film pour ce qui est de l'amitié. Pour moi, ce sont plus des potes que de véritables amis pour la plupart.
--> 15/20
Célibataire mode d'emploi (2016) de Christian Ditter : Là non plus, je ne pensais pas apprécié autant. Sans être totalement à part des autres comédies américaines, celle-ci offre enfin un personnage principal auquel on peut un peu plus s'identifier. Ces femmes sont toutes intéressantes à suivre, Rebel Wilson campe toujours le rôle de la fêtarde timbrée, Leslie Mann est très touchante, et c’est agréable de découvrir Dakota Jonnson dans autre chose que Cinquante nuances de Grey ! Par contre pour des célibataires affirmées, je trouve que pour la plupart, elles se reposent parfois un peu trop sur les hommes afin de se révéler à elles-mêmes.
--> 17/20



Les séries :
      
Casual saison 1 (2015) épisodes 2 et 3 : Alors que le premier épisode ne m'a pas du tout convaincue, étant plus mal à l'aise qu'amusée par les liens entre cette famille, j'ai réellement apprécié les deux épisodes suivants. Je pense qu'il va me falloir un petit temps d'adaptation mais je trouve les personnages intéressants, et j'aime bien que, comme dans ces deux épisodes, les trois personnages principaux interagissent individuellement avec d'autres personnages. À voir si je vais totalement adhérer ou si ça va être la catastrophe, je ne me suis pas encore décidé.
--> 14,5/20
Grey's Anatomy saison 1 (2005) épisodes 1 à 9 : Sans trop savoir pourquoi, en ce moment j'ai envie de voir des séries médicales. Après avoir revisionné la première saison de Dr House, j'ai voulu me remettre à Grey's Anatomy alors que ce n'est pas forcément le genre de série un peu à l'eau de rose que je regarde (je n'ai vu que les 2/3 premières saisons). Alors, je ne sais pas si j'irai jusqu'au bout (13 saisons c’est quand même beaucoup) mais en tout cas c'est vraiment sympathique. Revoir les personnages principaux à leurs débuts, entre leurs amitiés, leurs coucheries et leurs disputes, c'est vraiment un plaisir.
--> 16,5/20
The Walking dead saison 7 (2016/2017) épisodes 9 et 10 : J'attendais cette deuxième partie de saison avec grande impatience, et ce neuvième épisode a répondu à mes attentes. Rick reprend du poil de la bête, la recherche d'alliés est maintenant primordiale afin de réussir à combattre Negan. Par contre le dixième épisode est vraiment lent, faisant retomber partiellement la pression. Et puis les fonds verts qui font mal aux yeux, non merci.
--> 16,5/20
  


Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ? Connaissez-vous ce que je présente cette semaine ?



vendredi 24 février 2017

The Vanishing Girl tome 1, Laura Thalassa
Chaque nuit, après s’être endormie, Ember Pierce disparaît. Elle peut alors se téléporter
 n’importe où. Après dix minutes, son temps écoulé, elle retourne dans son lit. C’est un secret
 qu’elle a réussi à conserver pendant ces cinq dernières années. Une semaine après son
 dix-huitième anniversaire, un garçon superbe, Caden Hawthorne, la kidnappe et la livre au
 gouvernement avant de disparaître sous ses yeux. Ember comprend alors deux choses : elle n’est
 pas seule et les gens comme elle – les téléporteurs – sont utilisés comme une arme. Expédiée
 dans un camp d’entraînement quasi militaire, Ember découvre qu’on lui a affecté Caden comme
 partenaire. Ils doivent désormais travailler main dans la main lors de missions de téléportation
 pour le gouvernement, toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember compte
 retrouver sa liberté et elle se rapproche de Caden, qui semble détenir la clef qui la fera
 sortir de cette prison.

AVIS

Tout d'abord, merci à Amazon et à NetGalley !
Ce premier tome n'est pas encore sorti qu'on voit déjà apparaître de nombreuses chroniques de blogueurs souvent élogieuses. Le résumé interpelle, accroche et donne envie de rapidement se lancer. Et lorsque j'ai commencé à lire ce livre, je n'ai pas vraiment pu m'arrêter avant la dernière page. C'est un premier tome très bien organisé et construit, introduisant convenablement les personnages, les liens qui les unissent, le lieu de leur captivité, les enjeux de ce camp secret du gouvernement et de celle qui veut s'en enfuir, avec des approfondissements et des révélations qui surgissent au compte-goutte. Ember, une adolescente en apparence ordinaire, possède un secret. Lors de ses dix premières minutes de sommeil, elle peut se téléporter à n'importe quelle endroit au monde. Pratique lorsque vous rêvez d'apparaître à un endroit précis, beaucoup moins sympathique lorsque vous apparaissez dans la chambre d'un inconnu ou à une fête à laquelle il vous ait ordonné d'assassiner un homme. Ember n'a jamais compris le fonctionnement de son pouvoir, néanmoins elle s'est préparé à toute sorte de risque. 

C'est pour cela que lorsqu'un groupuscule gouvernemental vient la chercher à son domicile à ses dix-huit ans, elle paraît plutôt débrouillarde et va déjà tout faire pour les semer. Mais c'est sans compter Caden faisant parti du mystérieux programme qui va l'en empêcher. Alors emmenée de force vers une sorte de camp militaire, elle va être préparée au combat, à la dissimulation et à la stratégie afin de protéger au mieux son pays lors des deux prochaines années. À l'intérieur de ce camp, Ember va rapidement comprendre qu'elle est loin d'être la seule à posséder ce don de téléportation et que celui-ci est loin d'être le fruit du hasard. Étant une jeune femme indépendante, solitaire et parfois impertinente, elle va connaître quelques difficultés à rentrer dans le moule. Seulement, pour pouvoir s'échapper du camp, il va bien falloir qu'elle fasse croire à sa coopération.

Les premiers chapitres sont déjà très accrocheurs, faisant découvrir au lecteur le pouvoir de l'héroïne. On comprend rapidement qu'elle ne contrôle pas ses voyages, surtout depuis quelques temps où ils semblent être programmés par quelqu'un en particulier. Sa rencontre avec Adrien est très intrigante autant pour Ember que pour le lecteur, et on ne peut que se demander le rôle qu'il possède au fil du récit. Elle va trouver en lui un allié même si elle va parfois douter de son entière loyauté dû à leurs premières rencontres. Celle entre Ember et son partenaire, Caden, est également très intéressante et semble déjà représenter la manière dont leur relation va évoluer, piquante et amusante pour le lecteur. Ce coéquipier est une vraie tête à claques mais devient vite irrésistiblement attachant face à sa personnalité enjouée et parfois douce, et face également au lien qui se crée avec Ember. Leurs échanges sont parfois électriques, mais toujours respectueux. Le contraste entre ces deux personnages ne fait qu'augmenter l'intérêt de découvrir au fil des pages ce duo au sein de ce camp d'entraînement. Face au rapprochement attendu entre ces deux coéquipiers, Ember va avoir de plus en plus de mal à la jouer en solo sans laisser de trace sur son passage. Elle va tout tenter afin de comprendre la réelle implication et buts de ceux qui l'utilisent et va peu à peu découvrir tout le poids de ses révélations. Celles-ci rendent le propos majeur du livre toujours plus crédible et intéressant et qui ne se montre pas facilement prévisible. 

L'approfondissement qu'opère l'auteure à propos du fonctionnement de la téléportation de ses personnages est bienvenue et toujours pertinente, apparaissant toujours au bon moment. La fin se montre très haletante, laissant planer le danger sur Ember, cette jeune femme casse-cou ayant pris depuis son arrivée au centre encore davantage d'assurance. Se laissant difficilement faire face à l'adversité, elle devient rapidement attachante et épatante dans sa force de caractère et sa capacité à improviser des situations ou à cerner les autres. Un seul personnage m'a laissée vraiment de marbre : Desiree. J'espère que son personnage sera approfondi, pas forcément parce qu'il m'a plu mais parce que pour le moment, je n'ai pas compris la cause d'autant de haine destinée à un personnage en particulier. Elle n'a pour le moment pas beaucoup de profondeur, l'auteure n'ayant exploité pour le moment qu'une émotion à travers ce personnage : la haine pure.  Pour finir, je peux dire que Laura Thalassa se révèle être une sadique. Laisser ses lecteurs avec une telle fin sans réellement savoir ce qu'il va advenir de l'héroïne, se représentant néanmoins facilement les difficultés qu'elle va endurer, c'est moche. Il me faut la suite !


CONCLUSION
L'héroïne casse-cou qui se révèle peu à peu douce et son coéquipier
 fier mais très avenant ont réussi à me faire passer un agréable moment avec
 ce premier tome qui ne s'attache pas uniquement à planter le décor mais qui
 réussit également à apporter des éléments perturbateurs et surprenants qui
 promettent à chaque fois des révélations intéressantes à propos de l'univers
 et de l'état des personnages.

jeudi 23 février 2017

Caraval, Stephanie Garber
Attention, ne vous laissez pas trop prendre au jeu...



AVIS 


Dès que je l'ai vu en librairie, j'ai été happée par la couverture et les quelques mots en quatrième de couverture qui promettaient une aventure haletante et pleine de mystères. Et avant même le début de ma lecture, ce roman m'intriguait déjà beaucoup trop, et c'est peut-être ce fait qui m'a amené à être un peu déçue. J'ai eu rapidement l'impression que ce livre se tenait pas ses promesses et qu'il se révélait parfois trop brouillon. Mais laissez-moi tout d'abord vous raconter en quelques mots cette histoire. Après plusieurs années où elle tente de découvrir Caraval, un lieu de jeu où tout ne semble qu'illusion, Scarlett reçoit finalement une réponse positive l'année de ses dix-sept ans. Seulement, elle et sa sœur Tella se révèlent être sous l'emprise possessive de leur père, le gouverneur de leur île. Et alors que Scarlett doit bientôt se marier avec un autre qu'elle n'a jamais rencontré, sa petite sœur voit en Caraval un moyen de fuir le joug paternel et de commencer une vie pleine de liberté nouvelle. Alors, avec l'aide de Julian, marin voyageant avec ses secrets, les deux sœurs vont entrer dans le monde séduisant mais également dangereux de Caraval, orchestré par le reconnu Légende. Scarlett va devoir discerner le vrai du faux, le réel de la fiction, tout en luttant jusqu'à la victoire qui lui apportera ce qu'elle désire le plus. Mais la première place du podium va être dure à atteindre, tout à Caraval étant soupçon et mensonge. 

Ce résumé est vraiment prometteur, et je pensais qu'on allait entrer presque immédiatement dans le jeu. Seulement, l'histoire prend le temps de se mettre en place, privilégiant la contextualisation de la vie des deux sœurs au tout début puis l'exposition à répétition les plaintes et doutes existentiels de Scarlett au lieu d'apporter dès le début une bonne dynamique. Même s'il était intéressant de connaître en profondeur les raisons supplémentaires de leur fuite, j'avais hâte de pouvoir enfin rentrer dans le cœur même de l'intrigue au sein de Caraval. Et finalement, l'aventure de Scarlett et de Julian se révèle au départ beaucoup trop mollassonne pour moi. Je m'attendais à une véritable chasse au trésor mouvementée et audacieuse, faisant jouer, pourquoi pas, également le lecteur. Malheureusement encore, j'ai été plus d'une fois détachée face à cette histoire dû aux nombreuses descriptions qui apportent, je le consens, de la matière à l'univers de Caraval, mais qui également font ralentir l'intrigue même de cette quête qui ne connaîtra qu'un vainqueur. Les enjeux ne sont pas assez exploités, se manifestant alors trop faibles pour que je sois complètement happée par l'histoire. Malgré tout, il y a bien un point que je ne peux pas négligé, c'est bien l'univers magique de Caraval qui est très bien décrit et exploité. Original par les couleurs, la diversification des lieux, le pouvoir des objets, les comédiens dans le jeu très énigmatiques qui, pour leurs révélations ou services, demanderont toujours un prix, celui des mensonges et des secrets les plus enfouis des participants.

Pour les personnages, à choisir entre Scarlett et Tella, je ne savais pas au début laquelle j'aurais préféré en héroïne principale. Entre l'aînée qui est toujours en train de s'inquiéter pour tout et qui est beaucoup trop prude et coincée, et l'autre qui est tout l'inverse jusqu'à être complètement irresponsable et spontanée jusqu'à l'insouciance, c’est difficile de faire un choix. Mais finalement, même si les inquiétudes à répétition de Scarlett m'ont souvent agacé, elle réussit à devenir petit à petit plutôt attachante. Et la présence de Julian, ce marin assez imbu de lui-même, apporte un parfait contraste avec la jeune fille. Leur relation reste ambiguë même si, et comme l'ensemble de l’œuvre, j'ai trouvé que ça manquait parfois cruellement de subtilités. Malgré tout, ces deux personnages fonctionnent très bien ensemble, et au fil du temps, il est de plus en plus sympathique de suivre leurs échanges teintés de révélations et parfois de tension. Mais mon véritable intérêt ne s'est posé malheureusement qu'au dernier tiers du roman. De nouveaux enjeux naissent par l'intermédiaire de rebondissements inattendus et bienvenus dans cet univers de magie et de faux-semblants. Cela laisse place à un véritable intérêt de découvrir la suite, des éléments tombants au compte-goutte. L'apparition de certains personnages est bienvenue pour apporter encore davantage de tension scénaristique. Mais malheureusement encore, j'ai été plutôt déçue par la toute fin de ce roman qui est beaucoup trop rocambolesque. La justification de toute cette histoire est bancale, hasardeuse, et la rapidité de cette fin ne donne pas plus de crédibilité. Elle se présente plutôt brouillonne et les dernières phrases laissent le lecteur dans une entière frustration. C'est pour cela que j'espère vraiment qu'il y aura une suite, que je lirais avec plaisir malgré les points négatifs que j'ai soulevé. Car même si l'histoire met du temps à se mettre en place et à devenir réellement intéressante jusqu'à être agréablement insoutenable, j'ai bien aimé cet univers magique et j'ai réussi à m'attacher aux deux personnages principaux, ce qui n'était pas gagné d'avance.



CONCLUSION
J'ai perçu les deux premiers tiers de ce roman beaucoup trop
 mou pour se montrer haletant. L'approfondissement de
 l'univers et des personnages est important mais il ne faut pas
 que ça ralentisse la dynamique du récit. La fin ne m'a pas
 convaincue mais les personnages auront réussi à me faire
 croire à cette histoire, espérant les retrouver dans une
 potentielle suite.

mardi 21 février 2017

Charley Davidson : Huit tombes dans la nuit tome 8, Darynda Jones
Attention, SPOILER si vous n'avez pas lu les précédents tomes.
 Avec douze chiens de l'enfer à mes trousses, il n'y a qu'un seul endroit où je pouvais me
 réfugier : un vieux couvent à l'abandon. Mais m'y terrer pendant des mois, enceinte
 jusqu'aux oreilles, n'a rien d'une sinécure. D'autant que Reyes semble malade même s'il
 me jure qu'il va bien. Heureusement, je ne manque pas d'amis. Et j'aurai bien besoin d'eux,
 parce que ce qui s'annonce a de quoi surprendre n'importe qui, même moi !



AVIS 


« - Les gens sont juste bons ou mauvais. Il n'y a pas de diable qui nous pousse à
 faire de mauvaises choses.
- Eh bien, je suis forcée d'être de ton avis au sujet des gens.
- Pas au sujet du diable ? demanda Gemma.
Je laissai un lent sourire prendre possession de mon visage, juste pour Denise.
- J'ai épousé son fils. »
 


J'ai l'impression de redire la même chose à chaque fois mais... quel régal de replonger dans les aventures de Charley Davidson ! Une héroïne aussi drôle, casse-cou et impertinente, ça fait réellement du bien. Entre enquêtes policières et surnaturelles et problèmes familiaux et intimes, la Faucheuse n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer, et nous non plus pour le coup ! Même si dans ce huitième tome, l'intrigue semble être beaucoup moins mouvementée que d'habitude, l'auteure réussit très bien à offrir un récit rempli d'intérêts et lié à la vie personnelle de Charley. Car entre l'arrivée prochaine de Pépin et le mariage de Cookie et Obie, notre héroïne prend finalement conscience qu'il est temps de gagner un tout petit peu en maturité, ce qui ne l'empêche pas de toujours faire des bourdes ou de nommer tous les objets ou choses qu'elle adore (Virginia par exemple ou encore Danger et le deuxième dont j'ai oublié le surnom). Presque à terme, tout le monde semble aux petits soins pour elle, commençant par Reyes avec qui je n'ai presque plus de griefs. Alors que je ne pouvais pas le supporter au début de la saga, il a finalement réussi à prendre de la profondeur et un intérêt autre que d'être beau gosse et mystérieux. Il se montre toujours un peu plus doux avec Charley et irrésistiblement mignon avec elle et son entourage. Il pourrait bientôt devenir le gendre idéal s'il arrêtait de sectionner la moelle épinière des gens. Cookie est toujours présente et amène toujours davantage de gaieté, comme sa fille Amber. Osh continue a être un personnage intéressant et les apparitions d'Ange sont toujours plaisantes. Par contre, j'ai eu beaucoup plus de mal, à raison, avec les interactions entre Charley et sa belle-mère Denise. Avec leur passé commun, la rancune a la dent dure, autant pour Charley que pour moi en tant que lectrice. On découvre également plus amplement l'agent Kitty grâce à l'affaire qu'elle confie à Charley, l'enlèvement de la nièce d'un de ses collègues.  J'ai bien envie d'en savoir davantage sur elle et que Charley rentre beaucoup plus dans sa vie privée.

À côté de cette disparition, Charley enquête également secrètement sur les parents biologiques de Reyes et sur le mystérieux individu qui la traque depuis sa naissance et qui semble avoir un lien étroit avec le Vatican. Au sein de ce tome particulièrement, les non-dits et les secrets semblent nombreux entre Charley et Reyes, que ce soient afin de se protéger l'un l'autre ou tout simplement afin de ne pas se blesser. Cependant, nous avons le droit au fil du tome à une succession de révélations de la part de Reyes qui ne fait que bonifier l'avis des lecteurs à son sujet, même si on peut ressentir une certaine répétition au bout d'un moment. Ce tome propose donc une intrigue en sorte de huit-clos, vu que Charley ne peut sortir du couvent si elle veut se frotter aux chiens de l'enfer. Nous suivons alors plus amplement les personnages, ce qui est un plus exceptionnellement. Il ne faudrait pas que Darynda Jones choisisse de favoriser à chaque fois la relation entre les personnages au détriment de l'intrigue qui est ici plus pauvre que dans les précédents tomes, même si la deuxième moitié du livre promet diverses scènes mouvementées et haletantes. La fin par contre est plutôt surprenante et promet un renouvellement, une note de fraîcheur. Malgré tout, elle se révèle beaucoup trop rapide, ce qui la rend sûrement un peu brouillonne.


« - Tu fais du bacon ? demandai-je, l'eau à la bouche.
- C'est du bacon végétarien.
- C'est pas un oxymore, ça ? »



CONCLUSION
Un tome beaucoup moins mouvementé mais néanmoins
 intéressant où les personnages peuvent davantage interagir
 entre eux dans leur vie personnelle. La deuxième moitié du
 livre se révèle plus dynamique avec une fin pour le coup
 beaucoup trop rapide mais qui promet de bonnes surprises
 pour la suite.



AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

dimanche 19 février 2017





Les livres :
 
Charley Davidson : Huit tombes dans la nuit tome 8 (2016) de Darynda Jones : C'est toujours un régal de se plonger dans les aventures de Charley Davidson qui, dans ce tome, sont moins nombreuses mais laissent place à un peu plus de douceur niveau personnel et familial.
--> 17/20



Les acquisitions :
     
L’Écorchée, Donato Carrisi
Satan était un ange, Karine Giebel
Les Ombres de Brocéliande, Lynda Guillemaud
La Fille d'avant, JP Delaney

         
 Caraval, Stephanie Garber
La silencieuse, Ariane Schréder
Alexandre Grothendieck, Philippe Douroux



Les séries :
Dr House saison 1 (2004) épisodes 15 à 23 : Rien à redire de plus sur cette saison que j'ai adoré, avec les prémices des liens entre Gregory House et ses trois médecins. Trouvant ces derniers pour la plupart agaçants, j'ai hâte de découvrir davantage d'approfondissement pour les personnages de Wilson et de Cuddy que j'aime beaucoup, surtout grâce à leur réaction envers House et leur amitié pour lui malgré ses vilains défauts.
--> 17,5/20
Dr House saison 2 (2005) épisodes 1 à 3 : L'arrivée de l'ex-femme de House depuis la toute fin de la première saison apporte un peu de fraicheur, une petite nouvelle dans l'équipe ne fait jamais de mal. Surtout lorsque les sentiments sont autant réprimés et peu subtils. Les cas médicaux sont eux toujours très intéressants, les suivis de diagnostics toujours plus étonnants au fil des épisodes.
--> 18/20
How to get away with murder saison 2 (2015) épisodes 3 à 15 : Oh la la, mais que de surprises et de rebondissements dans cette nouvelle saison ! Elle a réussi brillamment à se renouveler tout en utilisant le même schéma narratif. Les personnages sont encore davantage approfondis, surtout Asher qui a enfin le droit à la lumière comme les quatre autres étudiants, laissant alors un peu de côté Wes pour le remettre ensuite encore plus au premier plan. Mais ce dernier peut se montrer vite agaçant par son côté apathique et boudeur. Le personnage d'Annalise est toujours aussi bien interprété et utilisé, tout comme Connor, Bonnie que j'apprécie davantage au fur et à mesure où elle prend en profondeur, et également Laurel. Je suis devenue complètement addict à cette série ! Par contre, j'ai été un poil déçue par les deux derniers épisodes qui concentrent tous les rebondissements et révélations dans les dix dernières minutes des épisodes, rendant le reste un peu long.
--> 17,5/20
  


Et vous, qu'avez-vous lu/ vu cette semaine ?

PS : J'ai crée une page facebook pour le blog où je publierai toutes les nouveautés du blog, etc... Pour la découvrir et vous y abonner, cliquez-ici !




lundi 13 février 2017



Les livres :
    
Merlin (1994) de Robert de Boron : Une bonne mise en bouche pour découvrir en profondeur l'enchanteur ancré dans les légendes arthuriennes. Ce n'est pas la première apparition de Merlin dans un ouvrage, mais Robert de Boron offre une appropriation intéressante de ce mythe et permet de retracer les origines de ce personnage.
--> 15/20
Aeternia : La marche du prophète tome 1 (2015) de Gabriel Katz : Sans surprise, j'ai passé un agréable moment avec ce premier tome centré sur la vengeance d'un ancien gladiateur qui va l'amener à prendre part à un conflit entre deux cultes religieux. Certains personnages m'ont vraiment étonné sortant des sentiers battus, et c'est toujours aussi savoureux de plonger dans les romans de Gabriel Katz.
--> 18/20 (chronique)


Les chroniques :

L’Éveil : Korss'hanes tome 1 de Benjamin Lebrun & Yohann Carouge
Le Mystère de la Chambre Jaune de Gaston Leroux



Les films :
    
Raid dingue (2017) de Dany Boon : Il est vrai que je n'en attendais pas beaucoup et j'ai pas mal ri même si j'ai trouvé que c'était globalement un peu trop gentil dans l'humour. C'est agréable de voir Dany Boon dans un rôle différent, moins comique contrairement à la majorité de ses autres films, et Alice Pol est très bien mais j'aurais apprécié davantage de nuances de la part de son personnage.
--> 13/20
Itinéraire d'un enfant gâté (1988) de Claude Lelouch : Mon père, adorant les films avec Belmondo, a souhaité me faire découvrir particulièrement celui-ci, étant pour lui un de ses meilleurs rôles. L'histoire est plutôt sympathique et laisse place à divers thèmes bien exploités. Claude Lelouch, très grand réalisateur, privilégie des moments de pure contemplation qui ne m'ont pas toujours convaincue, et avec lesquels j'ai parfois trouvé le temps long. Mais Belmondo et Anconina campent très bien leur rôle et leur duo fonctionne.
--> 14/20


   
Inseparable (2007) de Nick White : Difficile de parler longuement d'un mini court-métrage de dix minutes mais je peux dire que l'ambiance souhaitée par le réalisateur est bien représentée. L'histoire est moins servie par le texte, qui est rare, que par les expressions faciales de Benedict Cumberbatch que j'aime de plus en plus. Alors qu'il apprend qu'il est malade, le personnage va passer par plusieurs phases où l'acteur va pouvoir montrer dans ce laps de temps de dix minutes tout son talent, ayant réussi à réellement m'émouvoir.
--> 16/20
Colonia (2016) de Florian Gallenberger : Je ne connaissais absolument pas l'existence de la Colonia Dignitad, et j'ai trouvé ce film parfois captivant. Emma Watson est très convaincante dans son rôle d'infiltrée dans cette secte où son fiancé a été fait prisonnier. Certains moments au sein de la secte font froid dans le dos même si certaines scènes sont trop longues ou presque inutiles, ce qui casse la dynamique même du film.
--> 17/20
L'Ascension (2017) de Ludovic Bernard : Allant le voir en salles sans aucune attente, j'ai été agréablement surprise par ce film. Ahmed Sylla est tout aussi sympathique dans ce rôle que lors de ses apparitions télévisuelles et ce film est très émouvant. Il permet de montrer une autre facette de la banlieue parisienne et de faire découvrir également le contraste entre la culture occidentale et celle en Himalaya. Par ce récit qui raconte l'aventure d'un jeune homme sans expériences en escalade, etc...,  près à atteindre le mont Everest pour l'amour d'une fille, le film réussit à se montrer  la fois drôle et très touchant.
--> 18/20



Les séries :
    
How to get away with murder saison 1 (2014) épisodes 7 à 15 : La série se bonifie d'épisode en épisode. Dès le 8/9 ème épisode, je ne pouvais plus lâcher cette série. Les personnages se développent toujours un peu plus, sauf Asher qui reste toujours en retrait. Les fins d'épisodes apportent toujours leurs lots de révélations inattendues et de questions toujours surprenantes.
--> 17/20
How to get away with murder saison 2 (2015) épisodes 1 et 2 : Ce début de saison commence très bien, ne perdant pas son souffle après la fin étonnante de la première saison. Les personnages se retrouvent une nouvelle fois en plein cauchemar et comme dans la saison précédente, le téléspectateur va devoir prendre son mal en patience afin de découvrir le fin mot de l'histoire, la série usant à chaque épisode de flash-backs l'amenant à s’approcher de plus en plus de la vérité.
--> 18/20


Dr House saison 1 (2004) épisodes 1 à 15 : Je ne sais pas pourquoi mais l'envie m'a pris de recommencer à zéro cette série que j'adore mais que je n'ai jamais terminé. La première saison est pour moi sans réelles surprises, l'ayant déjà visionné quelques fois, mais c'est toujours aussi agréable de retrouver les débuts du Dr House irritable à souhait accompagné de son trio de médecins prêts à suivre ses ordres pour garder leur poste.
--> 17,5/20