jeudi 30 juin 2016

Antigone
La pièce Antigone commence au moment où les deux filles d'OEdipe,
Antigone et Ismène, apprennent que Créon, roi de Thèbes, vient
d'interdire l'enterrement de Polynice, leur frère, pour le punir d'avoir
combattu contre sa patrie. Mais Antigone transgresse ce décret. Créon
et Antigone incarnent deux idées de la communauté, deux conceptions de
la loi, deux versions du sacré. Au cœur du conflit tragique, la vérité humaine
et politique de la communauté est liée au sens que les vivants donnent à
la mort. Apparue autour du VIIe siècle avant J.-C., la figure d'Antigone
a traversé les siècles et les langues jusqu'à nos jours.
 
 
AVIS
 
"HÉMON - Tu ne m'accuseras jamais d'être dompté par de
honteuses pensées.
CRÉON - Cependant toutes tes paroles sont pour elle.
HÉMON - Pour toi, pour moi, et pour les dieux souterrains."
 
 
 Après avoir bien apprécié la version d'Antigone de Jean Anouilh, j'ai souhaité découvrir la pièce originelle qui en a fait tout le succès. Cette fois-ci, on se plonge dans une tragédie écrite pendant l'Antiquité. Néanmoins, malgré la différence d'époque, j'ai préféré l'originale à la copie.

Cette pièce fait partie d'un cycle, avec Oedipe roi et Oedipe à Colone, qui décrit le malheur que va subir Oedipe et ses descendants. Dans cette pièce, les deux fils d'Oedipe, Polynice et Étéocle, combattent afin de devenir roi de Thèbes. Cependant, ils se tuent tous les deux et alors qu'Étéocle a droit aux rites funéraires, Créon, leur oncle et nouveau roi de Thèbes, interdit toute forme d'enterrement pour le premier. Antigone va alors braver cette interdiction et va donc en payer le prix fort.

Je dirais que j'ai davantage apprécié cette pièce à celle d'Anouilh car j'ai eu l'impression que les autres personnages avaient plus de place dans l'histoire. Dans Antigone de 1944, je me rappelle l'accent que met l'auteur sur le dialogue entre Créon et Antigone. Ici, on ressent tout à fait toutes les répercussions liées aux actions de ce nouveau roi qui vont provoquer la mort de sa famille. La présence de la réflexion théologique est aussi plus présente. Les lois humaines sont confrontées aux lois ancestrales et universelles des dieux. Cette dualité à laquelle est confrontée Créon est très intéressante, comme les autres thématiques installées par d'autres personnages comme Hémon ou Tirésias. On ressent parfaitement toute la tragédie de la pièce, avec l'acharnement d'Antigone qui va l'amener à sa perte, tout comme Créon qui, après avoir été représenté comme un roi inflexible, révèle toute sa douleur et son abattement face aux multiples deuils auxquels il doit faire face.
 
 
"Ainsi, illustre et louée, tu vas dans les retraites des morts, non consumée
par les flétrissures des maladies, non livrée comme un butin de guerre ;
mais, seule entre les mortels, libre et vivante, tu descends chez Hadès."
 
 
CONCLUSION
Une pièce antique intéressante à découvrir et, de mon
point de vue, plus enrichissante que celle de Jean
Anouilh, réadaptée dans un monde moderne.
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

mercredi 22 juin 2016

La Mer infinie tome 2
ATTENTION, RISQUES DE SPOILER SI VOUS N'AVEZ PAS LU LE PREMIER TOME.
Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières
vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l'espèce
humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague
déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer
à affronter l'hiver en espérant le retour rapide d'Evan Walker, ou se
mettre en quête d'éventuels survivants avant que l'ennemi ne referme sur
eux son impitoyable piège. Personne ne peut prédire à quels abîmes de
cruauté les Autres sont prêts à s'abaisser, ni à quelles hauteurs
l'humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer...
 
 
AVIS
 
"Le lion accroupi dans l'herbe haute. La gazelle qui hume l'air.
L'horrible calme avant l'attaque. Pour la première fois depuis
des millénaires, nous étions de nouveau des proies."
 
 
 Je ne sais pas si c'est à cause de l'effervescence autour du premier tome de la part de tout le monde et de mon coup de coeur personnel, ou à cause de l'adaptation cinématographique qui m'a réellement déçue, mais je dois dire que je n'étais pas très emballée au début de ma lecture. Je me rappelais avoir bien apprécié Cassie, personnage central du premier tome, Evan mais surtout Zombie, puis l'intrigue assez complexe pour un livre young-adult. Mais dans la première partie de ce tome, je me suis profondément ennuyée.
 
 À la fin de celle-ci, j'ai bien failli arrêter ma lecture, au vu de mon agacement extrême pour des personnages tels que Cassie, Evan ou Grace. On retrouve nos personnages tout de suite après la fin des événements du premier tome, et là où ce dernier était gourmand en révélations et nous montrait les causes de cette guerre qui commence entre les humains et les Autres, ici j'avais l'impression de ne faire face qu'aux conséquences. Donc j'ai eu l'impression qu'il ne se passait pas grand chose, ou en tout cas rien qui ne m'intéresse réellement vu que les personnages m'exaspéraient. Le seul personnage que j'ai apprécié découvrir davantage est Ringer, qui est centrale à l'intrigue. On commence l'histoire par son point du vue, ses réflexions autour de leur plan pour la suite, sa confiance ou ses réticences face à Zombie, Cassie, les extra-terrestres. J'ai apprécié qu'elle soit mise plus en avant, même si certaines fois l'auteur essaie de jouer sur la corde sensible dès le début, notamment grâce à des flash-backs, alors que l'on n'a pas réellement le temps de s'attacher complètement à ce personnage et aux autres tels que Teacup vu leur rôle minime dans le premier tome.
 
 
"Sullivan a eu son soldat au crucifix, à mon tour d’avoir le mien.
Non. Moi, je suis le soldat. Teacup est la Croix."
 
 
 Donc à part l'importance donnée à Ringer et quelques passages qui montrent ce que les Autres sont capables de faire pour récupérer leurs prisonniers ou pour éradiquer la Terre, rien ne m'a vraiment intéressé dans cette première partie. Je voulais arrêter, mais j'ai néanmoins continué au vu des autres avis. Et je ne regrette absolument pas, car la deuxième partie a considérablement rehaussé mon jugement et ma note pour le livre entier. Cette deuxième partie laisse exclusivement place à Ringer qui est en grande difficulté. Et après avoir suivi ce personnage pendant plus d'une centaine de pages, j'ai trouvé que Cassie faisait réellement pâle figure face à Ringer. Cette dernière se montre stratège, assez froide par moments mais uniquement pour se protéger des autres, et sait se servir de sa tête. Je l'ai encore plus apprécier grâce à l'arrivée d'un autre personnage, Razor. L'évolution des liens entre les deux personnages m'a beaucoup plu, ne sachant pas toujours où voulait en venir l'auteur.
 
Et en parlant de ça, c'est vrai que ce n'est pas toujours facile de comprendre tous les fils de l'intrigue du premier coup. Rick Yancey a réussi à créer un univers et une intrigue assez complexes, remplis encore une fois de bonnes révélations qui donnent réellement envie de connaître la suite et fin de cette aventure. L'écriture franche et énergique est toujours aussi entraînante que dans le premier tome, l'univers se complique quelque peu. Le réel bon point de ce tome pour moi, et qui a été une déception pour d'autres, c'est Ringer. J'espère qu'elle gardera sa place de personnage principal au même titre que Zombie, Cassie, etc... et que les autres me paraîtront moins agaçants.
 
 
"C'était simple. C'était complexe. C'était à la fois brutal et élégant.
C'était une danse, une guerre. C'était un univers limité et
éternel. C'était la vie."
 
 
CONCLUSION
Après une première partie qui n'a pas fonctionné avec
moi, dû à des personnages comme Cassie et Evan qui
m'ont agacé, j'ai vraiment préféré la deuxième partie où
Ringer se révèle réellement comme un personnage
important et très intéressant.
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

dimanche 19 juin 2016

Le Puits des mémoires : Les terres de cristal tome 3
Attention, SPOILER si vous n'avez pas lu les deux premiers tomes.
Au cœur de Woltan, tandis que se lèvent les premières tempêtes de
neige, Nils, Karib et Olen luttent encore pour survivre. La menace du
complot pèse plus que jamais, dans cet immense royaume où les assassins
règnent en maîtres. Loin, très loin au nord, s’étendent les Terres de Cristal,
dont les glaces éternelles dissimulent un terrible secret. Dans le luxe
des palais où chacun pourrait être un traître, les fugitifs sans mémoire
savent désormais qui ils sont. Mais le danger n’en est que plus grand,
car la vérité se rapproche…



AVIS 


"C'est vrai que l'accueil des voyageurs n'est pas le point fort des
Terres de cristal, approuva Karib.
- Parce qu'il y a un point fort ?
- Euh... Pas à ma connaissance."
 



Enfin ! Mais pourquoi ne l'avais-je pas lu avant ? L'évolution croissante de mon intérêt pour cette trilogie m'a réellement étonnée. J'avais eu un peu de mal avec la première partie du premier tome, ne réussissant pas à rentrer complètement dans l'univers jusqu'à m'attacher aux trois héros. Le deuxième tome m'a vraiment surprise et a été une excellente lecture. Et après sa dernière phrase qu'on ne peut pas oublier, on se sent évidemment obligé de sauter sur le troisième et dernier tome. Ce que je n'ai pas fait immédiatement, mais qu'importe. Le troisième tome clôt à merveille cette histoire et avait gagné d'avance sa place dans mes coups de cœur.

Je n'ai pas pu en décrocher. Dès le début du livre, où l'auteur nous ramène aux événements finaux du deuxième tome, j'ai été captivée par ce que je lisais. Parce que j'étais déjà éperdument attachée à Karib, Olen et plus particulièrement à Nils, parce que finalement l'univers fantasy de Gabriel Katz a réussi à me charmer et à me fasciner entre magie, cavaliers, terres de Woltan et celles, beaucoup plus froides, de cristal que l'on découvre dans ce dernier tome. Nos trois héros connaissent tous enfin leurs réelles identités et doivent faire face aux conséquences de leur retour à leur rang, qui ne vont pas toujours être faciles à braver, particulièrement pour l'un d'eux. Ils vont alors devoir se lancer à leur tour dans des complots, des manigances et manipulations, jusqu'à préparer une bataille finale qui, s'ils sont victorieux, leur promet un avenir propice. L'auteur réussit très bien à harmoniser son récit, alliant scènes de guerre, de stratégie, et comme toujours de camaraderies avec l'humour des trois personnages principaux qui apporte la fraicheur nécessaire dans cette atmosphère remplie de combats et de morts.

On peut remarquer une réelle évolution des personnages, ou plus particulièrement une différence entre ce qu'ils étaient auparavant et ceux qu'ils seront à jamais depuis le Puits des mémoires. Toute cette aventure, qui n'a pas toujours été sous les meilleurs auspices, les aura changé à jamais et leur aura apporté de l'expérience dans de multiples domaines et des qualités qui sont au final en adéquation avec leur caractère. Olen est à mon sens celui qui s’est le plus renouvelé. Même s'il a toujours été celui qui m’énervait un peu par son immaturité et son inclination à bouder, c'est celui qui au fond m'a le plus impressionné au vu de ce qu'il était avant de perdre la mémoire. Nils reste évidemment mon personnage préféré. Même en fissurant quelque peu sa carapace, il reste fidèle à lui-même et nous promet dans ce livre de belles scènes. J'ai eu l'impression par contre que Karib était moins mis en avant dans ce tome, laissant davantage de place à ses deux camarades, ce qui ne m'a pas réellement dérangé puisque je trouve que c’est le moins intéressant des trois. Pour ce qui est des autres personnages, j'ai apprécié en découvrir plus sur l'Albinos, sur sa réelle place dans tout ce complot et ses intentions. Il aura été un adversaire invisible mais de taille et j'ai apprécié la manière dont l'auteur l'utilise ici. Et même si elles ne sont pas fortement mises en avant, j'ai également apprécié le traitement fait aux personnages féminins de cette saga. Oranie et Norah sont des femmes forte, qui décident d'une main de fer leur propre destinée, caractéristiques pas forcément en adéquation avec les mœurs de leur société médiévale.

J'ai obtenu toutes les réponses à mes questions, toutes les zones d'ombres ont été éclairé à mon sens. Les intérêts de ces nombreuses personnes à nuire à nos héros en leur enlevant ce qu'ils sont et la manière dont ils exécutent leur plan sont très ingénieux et crédibles, organisés d'une main de maître. J'ai été captivée par toute cette histoire. Les personnages auront réussi, tout comme l'univers dans lequel ils évoluent, à me donner envie de continuer à suivre leurs aventures avec toujours plus de passion et d'impatience. Je relirai un jour la trilogie avec beaucoup d'intérêt et de nostalgie, mais avant j'ai le dyptique Aertenia à commencer. Ce dernier chapitre se referme et un autre commence déjà.


 "Une femme. Une mère. Une maison sur une colline, un champ de blé
au soleil d’été. À l’heure où les glaives sortent des fourreaux, tous
les soldats du monde ont une dernière pensée."




CONCLUSION
Une parfaite conclusion pour nos trois héros auxquels je me
 suis profondément attachée. Ils tiennent de plus en plus les
 cartes en main pour être enfin maîtres de leur destin. Entre
 manipulations, combats, guerre, et amitié, cet excellent dernier
 tome ne pouvait qu'être un coup de cœur.


AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR
Aeternia : La Marche du prophète tome 1

vendredi 17 juin 2016

Deuils de miel
Après le décès accidentel de sa femme et de sa fille, le commissaire Sharko
est un homme brisé. Insomnies, remords, chagrin... Difficile dans ces
conditions de reprendre du service. Mais une macabre découverte va
brutalement le ramener à la réalité : une femme est retrouvée morte,
agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes,
ses organes ont comme implosé. Amateur d'énigmes, le tueur est aussi un
orfèvre de la souffrance. Et certainement pas prêt à s'arrêter là. Pour
Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à
aucune autre, car elle va l'entraîner au plus profond de l'âme humaine :
celle du tueur... et la sienne.




AVIS 


"il reste une peur que je ne maîtrise pas, celle du silence..." 


Après ma mini, mini (ça me fait vraiment mal de le dire) déception avec La Forêt des ombres, il fallait vite que je me remette sur les rails avec cet auteur. J'avais le choix entre Deuils de miel et son tout nouveau thriller Rêver. Ma préférence s'est révélée être pour le premier, ayant hâte de retrouver le commissaire Franck Sharko, qui est cette fois-ci beaucoup plus tourmenté.

Une femme est retrouvée dans une église nue, rasée de la tête aux pieds, avec des papillons vivants sur le crâne. Le corps ne révèle aucun indice sur la cause de la mort, jusqu'à ce que le légiste explore plus en profondeur, et là, l'horreur continue : le corps de cette femme a implosé de l'intérieur. Pour ce genre d'enquêtes macabres, qui de mieux que le commissaire Sharko, que l'on retrouve six ans après les événements terribles de Train d'enfer pour Ange rouge, qui lui a pris sa famille. Surtout qu'il va devoir, avec ses collègues, redoubler de patience et de logique pour résoudre les énigmes que le tueur va leur laisser dans son sillage.

Quel bonheur de retrouver ce flic qui n'a toujours pas la langue de bois, plutôt solitaire, et qui n'a pas froid aux yeux. J'avais adoré suivre sa première enquête et ici mon plaisir a été renouvelé. Toutefois, après la mort de sa femme et de sa fille, Sharko est maintenant terriblement abîmé et cette enquête, qui sort bien évidemment de l'ordinaire, va l'obliger à révéler son âme dans toute son intelligence et sa folie. J'ai apprécié le choix de l'auteur pour la narration à la première personne (comme le premier "tome", ce que je ne me souvenais plus), contrairement à ses livres avec Lucie Hennebelle ou ses "one-shots". On accompagne davantage Franck Sharko dans son périple professionnel et personnel en étant de plus en plus captivé par ces deux histoires.

Même si l'enquête est réellement moins glauque que Train d'enfer pour Ange rouge, Deuils de miel a réussi à me faire frissonner par l'horreur avec laquelle le tueur s'amuse avec ses victimes et par son utilisation intense d'insectes qui m'a quelques fois rendue moi-même paranoïaque. De ce côté, comme tous les autres, on ressent toujours le travail complexe de l'auteur avant l'écriture, la réelle documentation qu'il s'emploie à faire pour amener au mieux son intrigue.
Malgré un petit décrochage après les 200 premières pages, dû principalement à l'histoire avec la petite fille, dont j'aimais le lien avec Sharko jusqu'à le trouver trop étrange, j'ai réussi à me remettre entièrement dans le récit grâce à la fin sous tension entre risques mortels et révélations.



"À trop côtoyer les macchabées, on finit par prendre leur couleur."



CONCLUSION
Une nouvelle fois conquise par Franck Thilliez et par son
personnage Franck Sharko dans une nouvelle enquête
captivante et inquiétante. Le commissaire de plus en
plus dépressif ne manque malgré tout pas de panache et
attendrit d'autant plus.



AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA
Le Syndrome [E]
[GATACA]



AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

mercredi 15 juin 2016

Walking dead : Passé décomposé tome 1
Rick est policier et sort du coma pour découvrir avec horreur un monde où les
morts ne meurent plus, mais errent à la recherche des derniers humains pour
s'en repaître. Il n'a alors plus qu'une idée en tête : retrouver sa femme et son
fils, en espérant qu'ils soient rescapés de ce monde devenu fou. Un monde où
plus rien ne sera jamais comme avant, et où une seule règle prévaut : survivre
à tout prix.
 
 
AVIS 
 
Ce n'est que depuis la fin de l'année dernière que j'avais commencé à regarder la série télé The Walking dead. Oui, j'étais un peu en retard, c'est vrai. Mais j'avais toujours eu une appréhension, je pensais que ce serait majoritairement une histoire de zombies qui bouffent les derniers humains sur la Terre. Et en la commençant, j'ai vite compris que le point majeur de l'histoire, c'est les personnages, la manière dont des êtres totalement différents réussissent à survivre au sein d'une petite communauté. Maintenant que je regarde la sixième saison (que je risque de finir avant la fin du mois), j'ai voulu découvrir le comic qui est à l'origine de cette histoire.

Rick Grimes, shérif d'une petite ville des États-Unis, va être blessé lors d'une intervention qui va le plonger dans le coma. Lors de son réveil, l'hôpital, tout comme la ville entière, est vide et semble être infestée par un nouveau fléau : les zombies. Rick doit à tout prix retrouver sa femme Lori et son fils Carl et se prépare donc pour aller à Atlanta pour tenter de les retrouver. Pendant son périple, il va de plus en plus se rendre compte de l'horreur de la situation et de l'urgence de rejoindre sa famille.

Évidemment, après avoir vu la série, je n'ai pas eu beaucoup de surprise pendant ma lecture de ce premier tome. Même si certaines choses diffèrent, ça n'a été qu'une sorte de récapitulatif, mais qui a été agréable. J'ai beaucoup apprécié revenir au tout début de cette histoire et retrouver certains personnages, qui après six ans à la télévision, ont péri. Les dessins sont assez détaillés pour ce qui est des zombies et des corps en morceaux ou en putréfaction, un peu moins pour les personnages même si j'ai toujours réussi à les différencier. Le comic laisse davantage de place à l'humour avec quelques scènes amusantes qui ne dénotent pas du tout avec l'univers sombre de l'histoire. Ça apporte justement un juste milieu sympathique. Comme dans la série, certains personnages sont exaspérants, ce qui est logique avec toutes les personnes qui cohabitent ensemble. Mais l'auteur n'est tendre ni avec eux ni avec les lecteurs, laissant deviner dès le début un destin sombre pour ses personnages. Dans ce groupe, Rick reste pour le moment mon préféré et j'ai hâte de lire le deuxième tome !  


"Ces deux derniers jours... J'étais si inquiet pour toi et Carl... Et occupé
à arriver ici en entier... Que je n'ai pas eu le temps d'avoir peur." 
 
 
CONCLUSION
L'atmosphère de Walking dead est stressante à souhait et
j'ai aimé (re)découvrir les personnages que j'ai hâte de
continuer à suivre.

lundi 13 juin 2016


Le Dôme tome 1
Ce matin-là, Arthur s'éveille dans un endroit inconnu, loin des draps dans
lesquels il s’est endormi la veille. Le jeune étudiant repose sur un banc de
pierre, au beau milieu d'une étendue d’herbe. À ses côtés, deux filles et deux
garçons gisent de la même façon. En ouvrant les yeux, Arthur découvre
les environs. Face à lui, se dresse une vaste bâtisse d'un autre âge. Au-dessus
de sa tête, un dôme extraordinaire, d'une hauteur vertigineuse, s'étend
à perte de vue. L’averse bat son plein, et bien que cet endroit inspire la
méfiance, la nécessité de s’abriter à l’intérieur du château s’impose. Quel
mystère cette propriété singulière renferme-t-elle ? Pourquoi Arthur est-il
ici, et surtout, quel est cet ouvrage démesuré qui obscurcit le ciel ?
 
 
AVIS 
 
Je tiens avant de commencer ma chronique à remercier une nouvelle fois Mathieu Mériguet pour me renouveler sa confiance avec ce deuxième partenariat. Pour une liberté avait été une lecture sympathique, et le résumé de ce nouveau livre m'avait enthousiasmé. Au final, j'ai beaucoup apprécié ma lecture grâce en particulier à la plume de l'auteur et l'aventure fantastique auquel les personnages vont devoir prendre part.

Arthur, Agathe, Sarah, David et Thibault se retrouvent emprisonnés dans un endroit bien mystérieux. Autour d'eux s'érige un dôme imparable et un château qui semble aux premiers abords inhabité. Ces jeunes adultes ne se connaissent pas, n'ont rien en commun à part leur date de naissance. Mais des indices, notamment des tombes et des journaux, vont les aider à mieux comprendre la raison de leur présence et l'urgence de leur fuite. Cette idée de quête de savoir à travers le château m'a beaucoup intéressé, étant au départ aussi perdue que les personnages. Ceux-ci découvrent petit à petit l'horreur de la situation et décident alors de trouver un moyen pour s'enfuir.

Je n'ai pas grand chose à redire sur les personnages, qui sont à peu près tous sympathiques. Arthur, qui est le personnage principal, s'occupe à garder une bonne cohésion dans le groupe, grâce à sa patience et sa bienveillance. Les autres protagonistes sont un peu moins nuancés avec les fortes têtes telles qu'Agathe et Thibault, la timide Sarah et le vaniteux David. Je pensais avoir du mal avec certains personnages par la description brève et caricaturale au commencement de l'histoire. Mais par la suite, ils se dévoilent peu à peu à tour de rôle, et réussissent à attendrir le lecteur. La diversité de caractères et de manières de réagir face aux imprévus donne souvent envie de découvrir la suite.

L'écriture de l'auteur est dynamique et donne à davantage d'attractivité à l'intrigue. La lecture est au final très intéressante par les mystères qui s'éclaircissent et par le courage des personnages qui sont prêts à tout pour s'enfuir de ce dôme. Ce livre, qui s'inscrit comme un premier tome, est à découvrir et je suis moi-même curieuse de ce que l'auteur prépare pour la suite de cette histoire.
 
 
CONCLUSION
Des personnages sympathiques dont j'ai pris plaisir à
suivre l'aventure dans cette atmosphère pleine de
mystères et de destins funèbres autour de ce mystérieux
dôme.
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

mercredi 1 juin 2016

Salut tout le monde ! Ce mois-ci a été plutôt bon avec dix livres, dont un coup de coeur et une petite (vraiment petite) déception. J'ai pas mal mélangé les genres avec en majorité des contemporains. Pas beaucoup de fantastique/fantasy pour le mois de mai, mais comme vous allez le voir dans le prévisionnel, je compte me rattraper pour ce nouveau mois.



Mon top 3 :

       

Hamlet, William Shakespeare (chronique)
Comme un roman, Daniel Pennac (chronique)
 Quoi qu'il arrive, Laura Barnett (chronique)



Mes autres lectures du mois :
 

Keleana : La Reine sans couronne tome 2, Sarah J. Maas (chronique)
 Envoyée spéciale, Jean Echenoz (chronique)
Les 120 journées de Sodome, Sade (chronique)



Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, Céleste Ng (chronique)
 Incandescente : Révélation incendiaire tome 1, K. Aisling (chronique)



 La route étroite vers le nord lointain, Richard Flanagan (chronique)
La forêt des ombres, Franck Thilliez (chronique) 



Mes acquisitions



Mon prévisionnel
 
Ça fait depuis janvier que Fils-des-Brumes est dans mon prévisionnel... J'espère que cette fois-ci, ce sera la dernière ! Surtout que j'ai déjà lu 150 pages et que j'aime beaucoup. Les deux autres livres prioritaires sont Le dôme que Mathieu Mériguet m'a très gentiment envoyé et que j'ai presque fini, et Deuils de miel qui est depuis trop longtemps dans ma PAL.



 J'avais commencé le premier tome de La couronne des sept royaumes qui m'avait plutôt convaincue donc j'espère le finir lors du mois de juin. Crime et châtiment me fait de l'oeil depuis un moment, et je pense enfin sauter le pas même si j'ai un peu peur, je dois l'avouer. Puis, je pense que le troisième du Puits des mémoires ne pourra que me plaire donc j'ai hâte de m'y plonger pour retrouver Nils, Kaleb et Olen.



Et vous, qu'avez vous ce mois-ci ? Avez-vous lu certains de ces livres ?