dimanche 25 décembre 2016



Les livres de la semaine :
Derrière un mur d'argent de Philippe Fuzellier (2016) : Un bon roman sur l'évolution en entreprise. C'est pour le moment celui que j'ai préféré de l'auteur.
--> 16/20
Aphrodite de Pierre Louÿs (1896) : Un récit savoureux et doux sur la séduction d'un homme face à une courtisane qui désirait posséder plus. Ce voyage dans l'Antiquité à Alexandrie m'a conquise !
--> 17/20



Les films de la semaine :
Edward aux mains d'argent (1990) de Tim Burton : Je n'avais jamais vu ce film et je pense que j'aurais dû le regarder lorsque j'étais plus jeune, je l'aurais sûrement davantage apprécié. Johnny Depp est magistral, mais l'univers de Tim Burton ne m'a cette fois-ci pas entièrement convaincue, et j'ai trouvé l'histoire trop gentillette et parfois plate.
--> 13/20


Les séries de la semaine :
     
You're the worst saison 3 (2016) épisodes 8 à 13 : Alors que c'est une de mes séries chouchous, j'ai trouvé cette troisième saison bien en dessous des deux premières. J'ai l'impression que ça s'est malheureusement essoufflé. Les scénaristes ont pris le risque de s'attarder sur des personnages secondaires voire tercieres, ce qui n'a pas forcément porté ses fruits et en faisant pâtir les deux personnages principaux qui ne paraissent plus aussi détonants qu'à leurs débuts.
--> 14/20
12 monkeys saison 1 entière (2015) épisodes 1 à 13 : Ça faisait pas mal de temps que je voulais commencer cette série de science-fiction où James Cole qui vit en 2044 va devoir retourner dans le passé pour tenter d'éviter la propagation d'un virus qui va décimer une très grande partie de la population. En duo avec Cassie, virologue, il va essayer de sauver le monde. Si le début m'a paru parfois lent et assez répétitif, on s'attache rapidement aux personnages et l'intrigue devient de plus en plus complexe.
--> 16/20
12 monkeys saison 2 entière (2016) épisodes 1 à 13 : Cette deuxième saison est juste démente ! Je n'ai pas pu m'arrêter jusqu'à ce qu'elle soit terminée. Cette saison est davantage rythmée et il faut parfois bien suivre pour en comprendre toutes les ficelles. Cette fois-ci, le virus laisse la place à un dessein encore plus grand et plus dévastateur. Si Cassie m'a semblé parfois insupportable, Cole est juste génial tout comme Jennifer qui, avec les autres personnages secondaires, prend davantage de place dans l'histoire. Ça devient une de mes séries préférées. Je la recommande chaudement !
--> 17,5/20 





Petit message : Je suis partie en vacances depuis hier donc je ne pourrais pas être présente sur mon blog et les vôtres la semaine prochaine et je ne sais pas encore la date à laquelle je rentre.
Je vous souhaite de bonnes vacances et de bonnes fêtes. J'espère que vous serez bien gâtés et que vous pourrez manger pleins de chocolats comme moi.

lundi 19 décembre 2016

Le Mystère des Ghénas
Au cœur de la forêt, un village abrite le peuple des Ghénas.
Ceux-ci vivent sans contact avec le monde extérieur et en totale harmonie avec la

 nature environnante. C’est dans cette communauté que vit Azur, une jeune fille de
 quinze ans dont la curiosité est à toute épreuve. Pour mieux comprendre le
 monde qui l’entoure, elle pose beaucoup de questions… quitte à être rejetée par
 les anciens du village. Alors, elle trouve parfois refuge dans la forêt, son havre
 de paix. C’est là qu’elle fait la rencontre d’un mystérieux inconnu, Oraé.  Intrigués
 l’un par l’autre, ils ont pourtant du mal à établir le dialogue… Pourquoi ne
 parviennent-ils pas à communiquer ? Quel mystère entoure le village des Ghénas ?
 Oraé va tout faire pour le découvrir, ouvrant à Azur de nouveaux horizons...


AVIS 


Après la bonne découverte de Transchaco, Librinova m'a encore une fois, et je l'en remercie, proposé un nouveau partenariat où je pourrais découvrir une autre civilisation. Les Ghénas, un peuple cette fois-ci fictif, vivent dans la forêt avec une particularité étrange. Pour communiquer, ils n'utilisent pas le langage verbal mais pictural. Les habitants de cette communauté, éloignés de toute autre civilisation, semblent satisfaits de leur mode de vie sans surprise et ainsi sans autre liens humains. Seulement, une des jeunes filles issue des Ghénas, Azur, semble ne pas être épanouie par cette scission avec le reste du monde, elle qui voudrait le découvrir entièrement. C'est alors que pendant sa tâche quotidienne qui consiste à la cueillette, elle rencontre un homme étranger à sa communauté. D'abord craintive, elle va rapidement être tentée de comprendre la venue de ce mystérieux nouveau venu et ce qu'il pourrait lui apprendre. Oraé de son côté semble stupéfait de rencontrer Azur en pleine forêt. Ne réussissant pas à communiquer par la parole, Oraé va bientôt lui apprendre sa langue. Chaque jour, les deux individus vont se retrouver au même endroit, vont se découvrir et créer un lien spécial. 
 
Ce lien justement se crée rapidement et il devient de plus en plus intéressant à découvrir. Le lecteur va suivre l'apprentissage d'Azur à la langue d'Oraé et la découverte des deux cultures qui s'entrechoquent. Azur se révèle très vite attachante par sa différence face aux autres jeunes gens de son peuple et par son caractère tout d'abord craintif face à Oraé. Mais on découvre rapidement qu'au final, elle cache un caractère bien trempé. Le jeune homme lui se dévoile peu à peu, racontant son histoire personnelle qui nous permet de se situer davantage dans la temporalité du récit. Solitaire et fatigué de la vie urbaine qui ne l'aura jamais réellement contenté, il se ressource au sein de cette forêt qui devient peu à peu son nid. Alors qu'il est en pleine reconstruction de lui-même loin de la ville, Azur découvre une nouvelle façon de communiquer et un nouvel ami.

Toute la première partie du roman concerne donc l'apprivoisement de ces deux êtres et les leçons de vie qu'ils vont apprendre l'un de l'autre. Si j'ai trouvé le début assez lent, l'histoire m'a semblé réellement intéressant lorsqu'Oraé divulgue à sa nouvelle amie l'histoire de cette malédiction qui aurait privé de toute parole une mystérieuse communauté recluse. Le jeune homme comprend bien vite que cette malédiction se révèle être bien réelle et qu'elle touche le peuple de sa nouvelle amie. Azur représente alors l'espoir de toute sa communauté. Alors qu'elle est celle qui est différente des siens, qui se retrouve souvent à l'écart de tous, elle va tenter de rétablir par un moyen qui lui est encore inconnu une nouvelle sérénité et une vérité à son peuple. Cette histoire m'a paru tel un joli conte que j'ai grandement apprécié découvrir. Par leur naïveté et leur sympathie, les deux protagonistes deviennent rapidement attachants et apportent davantage d'intérêt à suivre l'évolution de leur quête vers la délivrance des Ghénas. J'ai également apprécié voir que toute la communauté n'était pas contre Azur, que sa mère plaçait les intérêts de sa famille avant l'autorité des Anciens du village. C'est une histoire séduisante, où deux jeunes personnages tentent de découvrir où leur destin peut les mener, si plusieurs chemins sont possibles vers leur bonheur et la découverte du monde.
 
 
CONCLUSION
Un récit charmant sur la rencontre de deux êtres qui vont
 apprendre à communiquer entre eux et à se découvrir, puis
 tenter de défaire une mystérieuse malédiction, pour enfin
 comprendre qui ils souhaitent devenir.

dimanche 18 décembre 2016



Les livres de la semaine :
  
Chanaël : Les cendres d'un idéal tome 2 de Claire Josserand : J'ai préféré ce deuxième tome au premier, les personnages prennent plus de place dans l'histoire et sont à mon goût plus sympathiques à suivre. On découvre le début de la vie sur Chanaël où les ennuis vont être malheureusement pour Océane encore au rendez-vous.
--> 14/20
Le Mystère des Ghénas d'Amélie Haurhay : Une histoire touchante qui m'a fait l'impression d'un conte. L'évolution de la relation entre Azur et Oraé est émouvante et intéressante à suivre, avec en plus une malédiction très intrigante.
--> 17/20



Les films de la semaine :
Edge of tomorrow de Doug Liman (2014) : C'est un film qui ne me donnait pas forcément envie au début mais j'ai finalement passé un bon moment. Revivre la même journée en boucle au milieu d'une guerre entre être humains et extraterrestres n'est pas redondant, l'action étant bien disséminée. Tom Cruise fait preuve de pas mal de second degré et Emily Blunt est géniale !
--> 16/20



Les séries de la semaine :
      
New Girl saison 6 épisodes 9 et 10 : C'est aussi lent que le début de la saison précédente. C'est poussif, Jess et Robby ne me font pas du tout rire. Tout ce qui m'a plu est de voir fonctionner les duos Nick/Schmitt et Cece/Winston.
--> 12,5/20
The Walking Dead saison 7 épisodes 6 à 8 : Contrairement à d'autres, j'aime beaucoup le début de cette nouvelle saison de The Walking dead. Oui, les premiers épisodes fractionnent les différents groupes, mais on découvre réellement la psychologie de Negan. Les personnage sprincipaux mettent du temps à redevenir unis et de nouveaux font leur apparition. Moi, j'adore ! La suite risque d'être encore meilleure. 
--> 17/20
Westworld saison 1 épisodes 7 à 10 : Une deuxième partie de saison magistrale, où l'on a du mal parfois à tout comprendre d'un coup mais qui se révèle être une des meilleures découvertes de l'année. Le dernier épisode répond à beaucoup de questions et arrive à être à la hauteur de nos espérances. Le jeu d'acteurs est génial, particulièrement ceux des personnages de Ford, l'homme en noir, Dolores, et Maeve. Attendre la deuxième saison qui devrait sortir en 2018 va être dur...
--> 18/20



Et vous, qu'avez vu et lu cette semaine ? Connaissez-vous ce que j'ai regardé/lu ?

mercredi 14 décembre 2016

 La Couronne des 7 royaumes intégrale 2
Attention, SPOILER si vous n'avez pas lu le premier tome.
Tavis de Curgh, accusé à tort du meurtre de sa fiancée, arpente les routes et
les chemins en compagnie du glaneur Grinsa Jal Arriet à la recherche du véritable
coupable. Leur arrivée en Aneira coïncide avec le suicide du roi Carden, derrière
lequel Grinsa voit l'ombre de la conspiration qirsi, dont l'influence commence
à s'étendre aux sept royaumes. Mais en pays ennemi, comment le prouver ?


AVIS


Après la folle aventure que j'ai découvert au sein de la première intégrale de La Couronne des 7 royaumes, je peux dire que j'étais impatiente de retrouver ces personnages auxquels j'avais réussi facilement à m'attacher. Je possédais également quelques attentes, espérant être encore davantage appâtée, subjuguée par cette querelle historique entre les eandis et les qirsis. Ce début de saga narrait les prémices de cette fabuleuse histoire par l'intermédiaire de trois principaux fils rouges qui s'entremêlent : la déchéance de Tavis de Curgh soupçonné du meurtre de sa fiancée, Grinsa, se présentant comme un simple Glaneur dans les festivals et qui va secourir et tenter de redorer le blason du jeune duc, et Cadel, chanteur et mercenaire. L'auteur s'est intéressé de par ces principales intrigues à nous faire découvrir un des sept royaumes de cet univers, Eibithar, et à nous faire vivre l'évolution des alliances et déclarations de guerre entre les différents châteaux. Et si l'on retrouve dans cette deuxième intégrale les principaux ducs d'Eibithar tels que Javan de Curgh et Aindreas de Kentigern, toujours hostiles après l'assassinat de Brienne, et Kearney devenu roi d'Eibithar et devant s'installer à la Cité des rois, l'histoire nous emmène cette fois-ci plus particulièrement dans le royaume voisin, celui d'Aneira. Et je peux vous dire que ça n'a pas été simple au début. Le lecteur est tout de suite plongé dans l'inconnu avec de nouveaux personnages et de nouvelles intrigues. Et au sein de l'histoire de David B. Coe, lorsque vous rencontrez un duc ou un roi, vous rencontrez également très vite son premier ministre qirsi, sa compagne, ses enfants, etc... Ça fait beaucoup de noms à retenir, surtout qu'il faut aussi rapidement garder en mémoire les inimitiés ou les attachements les uns aux autres. Je ne vous cache pas que j'ai crée une page Word où j'ai noté tous les noms des personnages selon leur duché. Parce que depuis le début de la saga, il y en a déjà pas mal, et il faut également se souvenir de qui meurt et de qui le remplace. C'est presque plus compliqué que Le Trône de fer.  

Mais pas de panique ! Oui, j'ai du zieuter mon fichier de temps en temps, mais le style (ou la traduction) fluide et attractif aide à faciliter la lecture et à mémoriser assez aisément les différents noms. Ça n'a été qu'un problème bref et mineur. Surtout que j'ai adoré changé de royaume pour découvrir celui d'Aneira qui se considère comme plus pacifique que son voisin qu'il exècre. Certains personnages se démarquent rapidement des autres et particulièrement les qirsis qui réussissent à tirer leur épingle du jeu. Fetnalla et Evanthya m'ont particulièrement plu grâce à leur relation et à leur position face à la conspiration qirsi qui se déploie de plus en plus. On ne peut plus déclarer cette dernière comme une simple rumeur. Cependant, parmi les différents ducs, le doute persiste, surtout en Eibithar. Le lecteur a un grand pas d'avance et connaît grâce à cette intégrale le chef de toute cette machination. On découvre la manière dont il déroule son plan avec l'aide des différents qirsis influents des sept royaumes. La suspicion des eandis face à ce peuple est alors à son summum et crée de multiples tensions. Tensions que vont utiliser pour le propre bien certains personnages qui se révèlent être très intelligents. J'ai très envie de retrouver rapidement Numar qui m'a particulièrement intrigué. Il semble au départ insignifiant pour la majorité du royaume mais se révèle finalement très stratège. 

Pour ce qui est des personnages déjà connus, le duo entre Grinsa et Tavis prend toujours une place considérable dans l'histoire. Toujours à la recherche de Cadel, mercenaire au compte des qirsis, ils traversent les différentes terres d'Aneira pour tenter d'innocenter le jeune homme. Ils forment tous les deux encore une fois un duo étonnant, très hétéroclite mais qui fonctionne très bien. Grinsa réussit à rendre Tavis attachant par sa présence et j'ai bien envie de savoir quelle sera la suite de leur aventure. Keziah également est face à un lourd dilemme. Ayant emménager à la Cité des rois avec Kearney et sa suite, la ministre et le nouveau roi ont du réprimer leurs sentiments et cesser leur relation interdite par les lois de leur royaume. Isolée de tous, elle trouve cependant un allié inattendu qui va l'aider à démasquer le Tisserand aux commandes de toute la conspiration qui risque de soulever tous les royaumes eandis. Je reste très attachée à cette qirsi et je me rends compte avec cette intégrale (et j'espère pouvoir le souligner dans la suite de la saga) que l'auteur offre une place de choix aux femmes dans son intrigue. Entre Keziah, Cresenne, Fetnalla, Evanthya et Yaella, David B. Coe propose au lecteur des personnages féminins dotées d'une forte personnalité et maîtresses de leurs choix et de leurs destins et qui sont prêtes à tout pour leurs croyances, qu'elles soient du côté des eandis ou des qirsi.

Cette seconde intégrale ne manque évidemment pas d'actions et d'intrigues où politique et désir de survivre se mélangent. J'ai trouvé ce livre encore plus intéressant que le premier. Il prend le temps de mettre en place son nouveau décor et ses personnages tout en occultant pas celui qu'il a fait découvrir précédemment au lecteur. Je suis réellement heureuse d'avoir commencé cette saga qui n'est peut-être pas la meilleure du genre mais qui pour le moment me fait toujours passer un excellent moment. Une seule chose : j'espère apercevoir davantage Cresenne par la suite qui a ici un rôle minime mais dont on discerne déjà toute l'importance. 


"Vous pensez avoir porté un coup terrible au mouvement, cousin. Vous n’avez
 rien fait. Je suis une vieille femme, une relique du temps où la conspiration cherchait
 à paralyser Eibithar. C’est fait. Vous arrivez trop tard. Nous sommes en guerre, et
 les batailles décisives vont avoir lieu ailleurs. Vous m’avez touchée, mais vous ne
 tirerez rien de cette victoire."


CONCLUSION
Une deuxième intégrale que j'ai encore préférée à la première.
 Même si le début a été un peu difficile au vu du nombre
 faramineux de nouveaux personnages, j'ai apprécié découvrir
 le royaume d'Aneira tout en continuant à suivre les intrigues
 de celui d'Eibithar. La conspiration qirsi fait de plus en plus de
 dégâts et touche les plus hautes sphères du pouvoir eandi. La
 guerre entre les deux peuples parait indubitablement éminente
 et j'ai hâte de découvrir ça dans la suite de la saga.


AUTRE AVIS SUR CETTE SAGA

dimanche 11 décembre 2016



Les livres de la semaine :
           
Eirielle : Un monde nouveau tome 1 de Claire Josserand (chronique) : De bonnes idées ne font malheureusement pas tout. J'ai apprécié les sujets abordés, comme l'écologie et la préservation de la planète et des êtres humains, mais je n'ai trouvé aucuns moyens de m'attacher aux personnes tellement ils sont inconsistants. Le récit ressemble beaucoup trop au journal intime de l'héroïne avec de plus les ressentis du personnage masculin principal.
--> 12/20
L'Évadé de Fleury-Mérogis de Philippe Fuzellier (chronique) : Un roman de société intéressant sur la vie carcérale d'un innocent écopant de treize années pour meurtre où il rencontre derrière les barreaux un homme qui va l'aider à survivre physiquement et mentalement. Malheureusement, l'écriture m'a encore une fois fait tiquer par les dialogues qui souvent ne sont pas assez fluides.
--> 14/20
Atom[ka] de Franck Thilliez (chronique) : Encore un très bon thriller avec un sujet intéressant même si je l'ai moins apprécié que les deux précédents. Sharko rencontre à nouveau ses vieux démons alors qu'il est en charge avec Lucie d'une nouvelle enquête qui regorge de mystères.
--> 15/20
La Couronne des 7 royaumes intégrale 2 de David B. Coe : L'histoire se complexifie et laisse la place à de nouveaux personnages, l'intrigue s'axant principalement vers un autre royaume, celui d'Aneira. L'action est encore plus présente, et la conspiration Qirsi ne cesse de s'accroître, insinuant la peur au sein des eandi. 
--> 18/20



Les films de la semaine :
        
Bad moms de Jon Lucas et Scott Moore (2016) : Une certaine vision de la maternité dans les quartiers chics au États-Unis qui est renversée par la folie du personnage de Mila Kunis et de ses deux nouvelles amies et mamans elles aussi. Le film est drôle, parfois tellement absurde qu'on ne peut qu'en rire, ne se veut pas réellement réaliste ou logique pour certaines choses. Malheureusement, il n'est pas si fort que ça et sera sûrement vite oublié. 
--> 13/20
Maestro de Léa Fazer (2014) : Un film simple, doux, avec lequel je ne me suis pas posé de questions, je me suis laissée complètement allée. J'ai beaucoup apprécié les personnages, leur singularité, leur présence, l'humour du personnage principal en contraste avec toute "l'élégance" de ce tournage de film. Mais il manquait à mon goût de profondeur, j'ai eu l'impression qu'il n'allait pas au bout de son sujet, notamment cette relation de mentor/apprenti entre Cédric et Henri.
--> 15/20
Papa ou Maman 2 de Martin Bourboulon : J'avais adoré le premier et je ne suis pas déçue de cette suite. Après avoir divorcé, les enfants de Florence et de Vincent ont du mal à ressentir une réelle rupture entre les deux malgré l'arrivée de leur nouveau conjoint respectif. Et pour cause : ils habitent face à face ! J'ai adoré l'humour des parents, leurs engueulades, leur jalousie. J'ai passé vraiment un très bon moment.
--> 16/20



Les séries de la semaine : 
New Girl saison 6 épisodes 6 à 8 : Je m’ennuiiiiiiie... Jess m'agace de plus en plus, j'en ai marre qu'on parle de Reagan sans jamais la voir. Heureusement que Winston relève la barre, tout comme Nick qui reste mon chouchou <3 Je continue en traînant un peu la patte en espérant que ça s'arrange par la suite et que ça tourne un peu moins en rond.
--> 12/20
Banshee saison 4 épisodes 1 à 8 : Je n'ai tout simplement pas compris cette quatrième saison. Victimes d'une coupe budgétaire, les scénaristes ont crée avec ce qu'ils pouvaient mais c'est vraiment différent des trois premières saisons. Il y avait de bonne choses à approfondir comme cette communauté nazie qui au final n'a pas pris autant de place que ça, et d'autres qui n'avaient pas lieu d'être comme cette histoire satanique. Je suis vraiment déçue par ce season final...
--> 14/20



Et vous, qu'avez vu et lu cette semaine ? Connaissez-vous ce que j'ai regardé/lu ?

vendredi 9 décembre 2016


Eirielle : Un monde nouveau tome 1
Elle a fait naître ce sentiment en moi, celui que j'ai fui toute ma vie.
Elle, la princesse d'Eirielle, ennemie des yaonies, de ce que je suis... Pourrai-je
outrepasser mes émotions et accomplir cette grande destinée qui m'a été prédite ?



AVIS

Quand j'ai aperçu ce livre dans les partenariats de la semaine sur Livraddict, je me suis dit que je pourrais sûrement passer un bon moment de lecture. Le résumé est très vague mais il en donnait assez pour m'intriguer. Et puis, un point m'a particulièrement donné envie de le lire, ce qu'a noté Claire Josserand au sein de son message : << Tu as le même prénom que mon héroïne ! Alors, succomberas-tu à Nicolas ? >> Malheureusement, ce n’est pas aussi simple que cela et je suis très partagée par cette lecture. L'histoire commence, je presens certaines choses, comme le fait que le début de l'intrigue n'est pas très singulière face aux autres livres du genre. Nous rencontrons dès la première phrase Océane, seize ans, assez introvertie, qui apprend après toutes ses années qu'elle a été adoptée. Une grosse révélation qui va en amener une autre toute aussi conséquente : Océane n'est pas qu'une simple humaine. De là, l'adolescente découvre l'existence d'un autre monde, celui d'Eirielle, où ses habitants doués de pouvoirs vivent dans une parfaite sérénité, tous pacifiques. Mais alors que les humains ne connaissent pas leur existence, les eiries peuvent sans problème se rendre sur Terre et se dissimuler parmi ses habitants. Certains ont procrée, développant alors le métissage des deux espèces,  mais beaucoup, de par les émotions humaines perçues comme volatiles par ce peuple, commencent à haïr les humains jusqu'à désirer les sacrifier. Cette minorité du peuple d'Eirielle, appelés les yaonies, vouent une haine pour les humains et sont donc réfractaires à l'idée de cohabiter sur leurs terres avec eux. 

Océane doit donc rapidement commencer son entraînement pour développer entièrement toute sa magie afin de secourir son peuple qui pourrait s'entre-déchirer par ces fortes divergences d'opinions. Cependant, lors de son entraînement avec Phylis, Océane va de plus en plus se rapprocher de Nicolas, fraîchement arrivé à son lycée et qui ne semble pas lui vouer beaucoup de sympathie au départ. Lorsque j'ai lu leurs premiers échanges, je me suis dit qu'Océane devait apprécier se faire rabaisser vu ses réactions positives face à l'aversion que semble lui porter Nicolas. Mais pourquoi donc ce jeune homme se comporte de cette façon ? Quelques paragraphes de son point de vue nous amènent à comprendre que Nicolas a tout à y perdre en se rapprochant de trop près de la jeune fille. Il va donc commencer à être une parfaite girouette : "j'y vais, j'y vais pas ; je dois la séduire, mais il ne faut pas que je cède de mon côté". Personnellement, il m'a rapidement gonflé. Sans compter la niaiserie que découle de ces deux adolescents au fil de l'histoire... Mais c'est certainement dû à la narration qui choisit de laisser libre cours à toutes les réflexions, importantes ou futiles, des deux personnages. J'ai perçu ce livre comme le journal intime d'Océane entrecoupé de quelques moments liés au point de vue de Nicolas. Ce qui fait que certaines choses reviennent souvent, la peur d'échouer, l'amour qu'Océane porte à Nicolas, etc... 

Mais assez paradoxalement, j'ai trouvé que ce premier tome allait beaucoup trop vite ! En 253 pages, j'ai été étonnée de voir tout ce qui se passait dans un même livre. Et justement, pour aller aussi vite, j'ai eu l'impression que l'auteur sacrifiait quelque chose de primordial pour moi : l'approfondissement de l'univers et surtout des personnages. Eirielle est quand même un minimum représentée, avec sa faune et sa flore, l'auteur nous offrant de plus une carte de son univers, quelques dessins nous le représentant, et un glossaire. Mais pour ce qui est des personnages, je n'ai pas vu un réel travail. Sauf peut-être Océane que l'on suit majoritairement, les autres protagonistes sont plus qu'inconsistants et n'apportent pas grand chose à l'histoire. Que ce soit Phylis qui aide la jeune fille à canaliser ses pouvoirs, Jiji, Lium, et même Nicolas, ils ne sont tout simplement pas assez incarnés. Je n'ai pas pu me les représenter, les visualiser, et c'est ce qui m'a le plus manqué. Car au delà de cela, l'auteure propose de bonnes thématiques et réflexions sur la préservation de notre environnement, l'écologie, les émotions les plus fortes des êtres humaines qui peuvent parfois tout aussi facilement se défaire. 

Tous ces thèmes m'ont beaucoup intéressé, mais le tout n'est pas assez approfondi et se déroule trop vite pour que je puisse prendre un réel plaisir à lire ce livre. Malgré tout, la lecture est toute aussi immédiate, les pages se tournant de plus en plus rapidement au fil du récit. Et chose importante : il n'y a aucune délimitation du récit pas des chapitres. L'histoire est composée de multiples paragraphes qui se suivent jusqu'à le dernier point du livre. Je n'ai alors pas su où m'arrêter et l'ai donc lu et terminé en un peu plus de deux heures. Le second tome étant déjà sorti, j'ai peur que l'auteur n'est pas rectifié ses choix sur la narration et les personnages et que je reste alors sur ma faim. Donc, je ne vais pas me jeter sur la suite mais j'aimerais néanmoins connaître la fin de l'histoire.


CONCLUSION
De bonnes idées et une histoire sympathique qui néanmoins
 manque d'approfondissements, les personnages n'étant pas
 réellement incarné, et une facilité et rapidité au niveau de
 l'intrigue.




Je remercie Claire Josserand et Livraddict pour ce partenariat.

AUTRE AVIS SUR CETTE SAGA 
Chanaël : Les cendres d'un idéal tome 1

mercredi 7 décembre 2016

Atom[ka]
URSS, 1986. Hommes, terres, bêtes... l'atome a tout ravagé. Mais de Tchernobyl vient de
 s'échapper un mal plus terrible encore...
Paris, 26 ans plus tard. La scène de crime n'est pas banale : un journaliste mort de
 froid, enfermé dans son congélateur. À quoi travaillait-il ? Franck Sharko et Lucie
 Hennebelle, de la Crim', remontent la piste... Elle les mènera au cœur de l'enfer, là
 où, au nom de la science, l'avenir s'écrit en lettres de sang.


AVIS 

"Parfois, il vaut mieux vivre avec ses démons plutôt que de chercher à
 affronter le diable en personne." 


Je commence à ne plus pouvoir me passer de Lucie Hennebelle et surtout de Franck Sharko ! Après Le Syndrome [E] et [GATACA], me revoilà, après la proposition de lecture commune de Hidès que je remercie, avec Atom[ka] où les deux enquêteurs vont se retrouver à nouveau à descendre plus profondément dans la noirceur humaine. Ils retrouvent au début de l'enquête un journaliste, Christophe Gamblin, mort dans son congélateur. Et depuis quelques temps, le journaliste était obsédé par quelques faits divers qui semblent se relier. Lucie, Sharko et les nombreux autres agents vont tout faire pour déceler le mystère de cette affaire et vont comprendre rapidement que comme à chaque grosse enquête, la vérité se cache toujours plus loin et touche toujours de nombreuses et influentes personnes. Alors attention, à contrario des deux précédents, on ne rentre pas tout de suite dans l'action pur. C'est vrai qu'on pourrait qualifiait ce début quelque peu de mou, où le lecteur rejoint ses deux héros qui se sont alors retrouvés depuis la fin de [GATACA]. Après la mort de Clara et de Juliette, Lucie souhaite redécouvrir la maternité et fonder une famille avec Franck, et c'est dès ce moment que son homme va peu à peu lui cacher des éléments de sa vie quotidienne. Ce n'est d'abord qu'un petit mensonge qui va en engendrer de nombreux autres au sommet d'une deuxième affaire bien particulière pour Sharko. Quelqu'un semble lui en vouloir et fait tout pour lui faire revivre son passé. La mort de sa première femme, de sa fille, les enquêtes qui sont marqués à l'encre noire dans sa chair et dans sa mémoire et auquel le lecteur a été le spectateur dans Train d'enfer pour Ange rouge et Deuils de miel. Cette deuxième enquête solo est bienvenue et apporte davantage d'entrain à l'histoire. 

Mais alors que l'enquête principale ne semblait pas être des plus rocambolesque, les enquêteurs découvrent rapidement que des femmes ont été victimes d'hypothermie assistée. Les moments de vulgarisation scientifique sont toujours un régal sous la plume de Franck Thilliez même s'il y en a beaucoup moins que dans le précédent livre. Le sujet m'a beaucoup moins intéressé même s'il reste très attrayant. Un tueur en série se dessine derrière tous les faits divers que regroupait le journaliste mort, et Lucie et Sharko vont tout faire pour retrouver sa trace. Et comme toujours, l'enquête prend une ampleur gigantesque et une tournure inattendue. Les voilà encore à traverser les quatre coins du monde, notamment le Nouveau Mexique aux États Unis et Tchernobyl, et à devoir jouer de leur bagou et de leur talent pour l'improvisation et le danger afin de récolter les informations nécessaires afin d'avancer.


"Parce qu'il n'y a rien de pire que la mort. Et pas seulement quand elle vous
 frappait, mais aussi quand vous y surviviez."


J'ai ressenti quelques moments de flottements et malheureusement, je ne sais pas si c'est dû uniquement au récit ou si c'est dû également à ma lecture qui aura duré deux semaines, parsemée de quelques petites pauses. J'ai tenté de toutes mes forces de rester attentive à tout ce qu'il se passait, ce que j'arrivais à atteindre à certains moments tels que ceux sur le lien entre des moines et un mystérieux manuscrit en lien avec l'hypothermie et beaucoup d'autres choses que je ne vous divulguerais pas, et ceux sur le thème de la radioactivité. Car oui, l'auteur ne se cache jamais de donner subtilement ses réflexions personnelles sur ce qui est de la nature et du pas que prend l'homme sur elle avec notamment les nouvelles technologies. Cependant, à d'autres moments, j'ai été beaucoup moins attentive, parce que ça se répétait pas mal, ou alors c'était beaucoup trop lent, ce que j'ai surtout ressenti dans les cent dernières pages. J'ai compris ce qu'il allait advenir des personnages et de l'intrigue, et l'auteur semble nous informer à l'avance de ses projets, mais il plonge quand même ses personnages en pleine prévisibilité pour ce qui concerne l'enquête principale. Pour ce qui est de celle concernant Sharko, je l'ai trouvé trop rapidement bouclée sur la fin, peut-être pas bâclée mais j'aurais apprécié que l'identité du coupable ne se découvre finalement pas aussi facilement et que l'auteur nous offre quelques dizaines de pages pour cette fin d'ouvrage. Je me rends compte que j'ai été assez critique sur ce roman, m'attendant souvent à mieux de l'auteur. Je commence à être réellement (trop ?) exigeante avec Franck Thilliez car je sais qu'il peut produire des merveilles qui me laisse à la fin sans voix et parfois même sans souffle. Je ne le déconseille évidemment pas, je pense l'avoir apprécié à sa juste valeur et j'ai malgré tout passé un très bon moment, peut-être un peu trop long entre le début et la fin de ma lecture. 


"La radioactivité ne traversait ni l'eau ni le plomb, mais presque tout le reste.
 Andreï avait respiré des poussières d'iode 131, de strontium 90, de césium 137, de
 polonium 210...
L'atome était en lui.
Andreï n'était plus un homme, mais un réacteur nucléaire destiné, lui aussi, à exploser."



CONCLUSION
Ce n’est pas le thriller le plus efficace de l'auteur mais il est
 bien construit, pas toujours homogène par rapport au rythme,
 mais cette nouvelle enquête, couplée à celle secondaire
 concernant Sharko, est très intéressante à suivre et les
 personnages sont toujours aussi plaisants.


AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

mardi 6 décembre 2016

L'Évadé de Fleury-Mérogis
Une bagarre éclate à la sortie d'un bar, et l'un des deux protagonistes est assassiné
à deux kilomètres de l'endroit où avait eu lieu ce pugilat. Franck est accusé du
meurtre mais crie son innocence. Il est malgré tout condamné à treize ans
de réclusion et incarcéré à Fleury-Mérogis. Se suicider ou s'évader, telle est son
obsession. Dans cet univers carcéral, il partage sa cellule avec un codétenu, un
homme fascinant, ce père qui lui a tant manqué. Cette rencontre extraordinaire
place face à face deux hommes qui vont tisser des liens profonds. Ils vont
métamorphoser la destinée de Franck, en lui ouvrant un sentier singulier
de la liberté. Un huis clos, stupéfiant, entre deux loups solitaires.




AVIS 


Après le thriller Le Sens du sacrifice qui m'avait moyennement convaincue, j'ai souhaité renouveler l'expérience avec la bibliographie de Phillipe Fuzellier en m'attaquant à un autre genre, celui du roman de société. Au lieu de suivre l'évolution d'une enquête policière, je me suis plongée cette fois-ci en plein coeur de la vie carcérale au côté de Franck, nouveau détenu à Fleury-Mérogis. Celui-ci a écopé de treize années de prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Et dès son arrivée, il ne va s'abstenir de déclamer son innocence, utilisant toute forme de protestation, notamment une grève de la fin. Mais rapidement, Franck va comprendre que les règles en prison sont différentes de celles qu'ils devaient suivre en liberté, et que dorénavant sa vie ne va plus être la même. Il se laisse alors dévorer par cette fatalité, par l'impression que sa vie entière va être gâchée. A cause d'une simple bagarre idiote à la sortie d'un bar qui va lui faire perdre plus d'une décennie en cage. Mais gagné par la dépression, Franck va bientôt rencontrer Marc Henry, son nouveau compagnon de cellule.

Bientôt amis, peut-être même un peu trop rapidement à mon goût malgré le fait qu'on peut comprendre la facilité à nouer des liens dans un tel confinement, ils vont se raconter mutuellement leur histoire et vont avancer ensemble la tête haute vers ce chemin vers la rédemption. Alors que Franck rêve rapidement d'évasion, son compagnon de cellule va le faire directement revenir sur terre et lui montrer la manière qui l'aidera à survivre à cette incarcération plus brièvement et au mieux. Des liens forts vont se tisser entre ces deux personnages qui ont tous les deux leur propre personnalité. Ils se complètement assurément et leur amitié m'a apporté davantage d'intérêt à cette lecture qu'au début avec seulement Franck comme individu central de l'histoire.

 Au commencement du récit, on comprend vite que cet homme est quelque peu perdu, sans réel but, et que cette rencontre avec ce nouveau "mentor" va l'aider à se construire peu à peu. J'ai eu beaucoup plus de facilités à lire ce roman par rapport au premier livre que j'ai lu de l'auteur. La narration m'a paru plus limpide et davantage pertinente même si elle comporte encore ce qui m'avait dérangé dans Le Sens du sacrifice. Cette fois-ci encore, elle ne me correspond pas pleinement malheureusement. Mais ce sont surtout les dialogues qui m'ont posé quelques fois problème, me semblant parfois trop soutenus et formels et donc pas assez fluides, ce qui m'a fait certaines fois sortir de ma lecture. Cependant, découvrir la vie de ces deux personnages s'est révélé intéressant et instructif sur la vie carcérale. Les flash-backs sur la vie de Franck aide encore plus facilement à ressentir de l'empathie pour cet homme en mal de figure paternel et de réel but dans la vie. Et l'objectif donné par son nouveau mentor, celui d'écrire un livre sur sa propre vie, va créer encore plus d'importance à sa propre existence.



CONCLUSION
Une lecture intéressante sur la vie carcérale de cet homme
 innocent qui va découvrir une toute autre manière d'exister
 grâce à sa rencontre avec son co-détenu. Cependant, la forme,
 par la narration et surtout les dialogues, n'a pas toujours été
 sans failles face à mes goûts personnels au sujet de l'écriture
 parfois trop formelle.



AUTRE AVIS SUR CET AUTEUR

dimanche 4 décembre 2016

Les livres de la semaine : 
 
/
 
Les films de la semaine :
Le premier jour du reste de ta vie de Rémi Bezançon (2008) : J'ai été surprise d'être autant touchée par ces cinq personnages dont on va découvrir cinq jours très importants dans leur vie. Ce film n'est certes pas plus original qu'un autre dans le fond, mais l'histoire et le spersonnages dégagent une telle simplicité et douceur qu'il devient rapidement très intéressant et touchant.
--> 15/20
The dark knight : Le chevalier noir de Christopher Nolan (2008) : Après Batman begins que j'ai apprécié sans avoir de réelles envies de le regarder à nouveau, j'ai été agréablement surprise par ce deuxième opus. Christian Bale et Gary Oldman n'ont plus rien à me prouver, surtout le deuxième que j'adore, et produisent de bonnes scènes d'actions. Le tout contrebalancé par des scènes fantasques et parfois comiques de ce Joker, excellemment incarné par Heath Ledger, qui est un des pilier de ce film.
--> 17/20
 
 
 
Les séries de la semaine :
  
New Girl saison 5 épisodes 13 à 22 + saison 6 épisodes 1 à 5 : Après une longue pause, je reviens retrouver ma bande préférée de joyeux colocataires. Depuis le début de la quatrième saison, j'étais un peu lassée par la série, trouvant qu'elle tournait parfois en rond et qu'elle n'était plus aussi drôle qu'à ses débuts. Mais en reprenant cette deuxième partie de saison 5, j'ai ressenti une certaine jouissance à retrouver ces personnages que j'adore, notamment Nick et Winston, celui-ci prenant davantage de place et de profondeur au fil des saisons. J'espère que cette sixième saison va réussir néanmoins à bien se renouveler. Et pour le moment, cette nouvelle saison n'est pas vraiment à la hauteur des précédentes malheureusement...
--> 14,5/20
Westworld saison 1 épisodes 1 à 6 : Au départ très complexe pour jouer avec le téléspectateur, Westwolrd donne au fil des épisodes plusieurs pistes pour comprendre au mieux ce monde de fiction où les robots ne sont que des jouets présents pour satisfaire les moindres désirs des visiteurs du parc qui testent toujours plus loin leurs limites. Cette série est vraiment fantastique ! Le jeu d'acteurs, les décors, l'intrigue, tout me plaît et me donne envie de rapidement me jeter sur la suite !
--> 17/20


Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ?

vendredi 2 décembre 2016


Walking dead : Cette vie derrière nous tome 2
Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas vu le premier tome
Un fléau a transformé les morts en zombies errants à la recherche des derniers
humains pour s'en repaître. Un groupe de rescapés, menés par Rick - ancien policier
de son état - tente de s'en sortir dans ce monde devenu fou où une seule règle
prévaut dorénavant : survivre à tout prix. Fuyant les zones urbaines infestées, les
rescapés trouvent refuge dans une ferme aux ressources providentielles, mais
qui recèle également de nouveaux dangers.
 
 
AVIS 
 
 
Étant en train de regarder la nouvelle saison de The Walking dead dont je suis fan, j'ai voulu me replonger dans les débuts de Rick et de ses amis face à cette invasion de zombies. Après le premier tome où ce policier se réveille de son coma lors de ce qu'il pourrait définir comme l'apocalypse, il retrouve en dehors de la ville d'Atlanta Lori, Carl, et son ancien coéquipier Shane, accompagnés par tout un groupe de survivants. Je trouvais les dessins déjà assez sympathiques, avec un bon détail pour les zombies, mais assez brouillons et pas très variés du côté des personnages, pouvant me mélanger entre le physique de certains protagonistes. Et même si avec ce second tome, je ne me suis pas perdu à ce niveau-là, j'ai néanmoins préféré le style du premier tome. À mon goût, le détail des planches n'est pas aussi prononcé ici. Et l'histoire, ne m'apportant pas beaucoup de surprise vu que la série a plutôt bien adapté l'histoire globale du comic, m'a bien plu même si j'ai malgré tout certaines réserves avec ce deuxième opus.

Après la mort brutale de Shane, le groupe de survivants peine davantage à survivre dans des circonstances adéquates. Mais avec l'arrivée de Tyreese, de sa fille et du petit copain de celle-ci, Rick et ses amis vont réussir avec plus de vigueur et d'énergie à se défendre dans cet univers impitoyable. J'apprécie grandement le duo entre Rick et Tyreese et j'espère le voir encore à l’œuvre dans les prochains tomes. Alors que des personnages secondaires passent l'arme à gauche, certains apparaissent et deviennent soit attachants soit très intrigants. L'arrivée du groupe dans une ferme nous promet encore de bons rebondissements et querelles entre les différents personnages. Robert Kirkman s'attache à apporter des émotions à ces protagonistes, mais malheureusement, je n'ai pas toujours réussi à être touchée. Alors que je trouve la deuxième saison de The Walking dead vraiment trop longue et même souvent inintéressante, l'histoire de ce deuxième tome est au contraire beaucoup trop rapide. Le tout m'a semblé parfois irréaliste, que ce soit les réconciliations ou bagarres entre les personnages ou tout simplement la résolution de certaines péripéties. J'ai donc été beaucoup moins touchée par les personnages qu'ultérieurement. Pour le coup, j'ai ressenti un certain agacement pour Lori et son comportement envers Rick, et je ne m'attendais pas à rencontrer un Hershel aussi vulgaire dans sa façon de parler (par rapport à la série ; ce qui vaut aussi pour la majorité des autres personnages).

Donc, pour moi, tout est allé beaucoup trop vite. Je m'attendais également à suivre les personnages dans un même lieu pendant un ou deux tomes. Mais le comic nous propose néanmoins de bonnes scènes, comme avec Glenn qui m'a beaucoup amusé par son flegme face à tout ce qu'il leur arrive et les choix qu'il fait. Rick arrive à être un bon chef malgré toutes les embûches face à lui. Certaines relations entre les personnages m'ont amusé, d'autres vraiment interpellés (ceux qui lisent les comics et regardent la série comprendront) mais pour le moment, le tout reste trop souvent à la surface pour que j'y vois une réelle profondeur. J'ai quand même passé un bon moment à lire ce deuxième opus et j'ai très envie de lire le suivant, surtout avec cette fin assez intrigante.
 
 
 
 
CONCLUSION
Un deuxième tome que j'ai moins aimé que le premier dû
majoritairement à la vitesse à laquelle se passe l'histoire
et les liens entre les personnages. J'espère que l'auteur
va un peu ralentir pour créer une réelle profondeur que
je n'ai pas toujours ressenti dans ce comic.


 
AUTRE AVIS SUR CETTE SAGA

jeudi 1 décembre 2016

Bonjour tout le monde ! Ça y est, novembre est fini (je ne sais pas pour vous, mais
 je suis bien contente. Je n'aime vraiment pas ce mois). Le mois a été plutôt bien
 remplie niveau lecture. Avec tout le boulot que j'avais à faire pour mes études,
 je suis plutôt contente d'avoir pu lire neuf livres dont quatre bonnes. Voici
 mon bilan du mois :


Mon TOP  3 :
           
 
Rebecca Kean : Ancestral tome 4, Cassandra O'Donnell (chronique)
La Philosophie dans le boudoir, Sade (chronique)
[GATACA], Franck Thilliez (chronique)
 
 
Mes autres livres :
     

Walking dead : Cette vie derrière nous tome 2, Robert Kirkman
Transchaco, Alain Keralenn (chronique)
La Perle de Wyletown, Kirell Wyle (chronique)


     
 
Accidents, Olivier Bordaçarre (chronique)
Lettre sur les aveugles, Denis Diderot
Le sens du sacrifice, Philippe Fuzellier (chronique)
 
 
Mes réceptions :



Mon prévisionnel :
     
Je compte bien finir la deuxième intégrale de La Couronne des 7 royaumes que j'adore.
 Les nouveaux personnages sont tout aussi intéressants que dans le premier livre. Je
 retente l'expérience avec Philippe Fuzellier avec son roman de société L'évadé de
 Fleury-Mérogis dont j'ai déjà lu une centaine de pages. Et j'espère pouvoir enfin
 réussir à lire Voyage au bout de la nuit que j'ai du acheter il y a trois ans.