vendredi 31 octobre 2014

Bilan du mois (4)

Bilan moins conséquent que le mois dernier, mais je suis contente d'avoir pu lire 10 livres en ce mois d'octobre, avec 2 supers coups de cœur, et malheureusement 1 déception.
(cliquez sur les titres pour lire les chroniques correspondantes)

                                                       Forbidden                                   Insaisissable tome 1


        Le trône de fer intégrale 1         La mémoire fantôme            Insaisissable tome 1,5      Les étoiles de Noss Head t2
                                         Les étoiles de Noss Head t3    Serum épisode 6           Illusions perdues







jeudi 30 octobre 2014

Insaisissable tome 1,5
Ne me résiste pas
 


Tahereh Mafi
Michel Lafon
Octobre 2013
123 pages
Dystopie, Jeunesse





 
JULIETTE M’A ÉCHAPPÉ. J’AI ÉCHOUÉ.
ELLE ME DÉTESTE. JE ME DÉTESTE D’AUTANT PLUS.
ELLE ME DÉTRUIT DE L’INTÉRIEUR. JE DEVIENS FOU.










"Je me suis construit la réputation d'un monstre froid et insensible qui
 ne craint rien et se moque de tout. Mais tout ça est parfaitement
 trompeur. Parce qu'en vérité, je ne suis qu'un lâche."
 
 
Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu le premier tome.
 
Avec tout l'amour que j'ai pour Warner, comment passer à côté de cette nouvelle concentrée sur ce personnage après avoir relu le premier tome ? IMPOSSIBLE.

Après la fuite de Juliette, Adam et Kenji, Warner se retrouve convalescent au retour à la base. Il a échoué à sa mission. Il a perdu Juliette. Mais il doit se ressaisir, et n'a maintenant plus qu'un objectif : retrouver cette jeune femme qui l'a brisé, et tuer l'homme qui l'a aidé à s'échapper.

Si vous aimez Warner, ou si tout simplement vous étiez sceptique après la lecture du tome 1, cette nouvelle facultative arrive à se montrer convaincante et est très bien amenée. Nous rentrons dans la tête de ce jeune homme déboussolé, avec un père dictateur, une éducation qui l'a fait devenir un homme dur et impitoyable, et ce nouveau sentiment qu'à fait naître Juliette.

J'ai adoré suivre ses pensées, ses réflexions sur lui-même, sur le monde, l'affection qu'il porte à cette personne qui lui a filé entre les doigts et dont il va tout faire pour la retrouver et lui montrer qu'il tient à elle. J'ai eu l'impression qu'avec la fin du tome 1, il est assimilé ici à un jouet cassé, qui a perdu son emprise sur ce qu'il avait de plus cher.

Il n'est pas aussi froid et monstrueux que dans le premier tome. On voit qu'il est capable de proposer une palette entière d'émotions, mais qu'il n'a jamais eu l'occasion, ou le droit, de les faire ressortir à la surface. Comme vous l'avez sûrement compris, cette nouvelle m'a vraiment plu. Warner m'a profondément touchée, comme la plume de l'auteur encore une fois. Mon seul regret : c'est trop COURT ! J'en redemande avidement... 


"Parce que je la désire.
Maintenant.
Ici.
Partout."
 
 
CONCLUSION 
Une belle nouvelle qui met en lumière un côté de la personnalité
 de Warner qui n'est pas montré dans le premier tome de la
 trilogie, mais qu'on peut pressentir. C'est un personnage que
 j'adore, qui me touche et je vais continuer à suivre cette
 trilogie avec beaucoup d'entrain et d'émotions.
18/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

mardi 28 octobre 2014

Insaisissable tome 1
Ne me touche pas
 


Tahereh Mafi
Michel Lafon
Octobre 2012
373 pages
Dystopie, Young-Adult






JE SUIS MAUDITE. J'AI UN DON.
JE SUIS UN MONSTRE. JE SUIS PLUS FORTE QU'UN HOMME.
MON TOUCHER EST MORTEL. MON TOUCHER EST POUVOIR.
JE VEUX QU'IL ME TOUCHE. IL NE DOIT PAS M'APPROCHER.
JE SUIS LEUR ARME. JE ME VENGERAI.








 
"Je suis un roc. Une statue. Un geste figé dans le temps."


Quelle lecture ! J'avais lu tellement d'avis, soit très positifs soit mitigés, que j'avais un peu peur le jour où je l'ai lu. Et pourtant, même après une deuxième lecture, la magie a opéré. Je suis restée sans voix face à cette plume et à cette héroïne envieuse de liberté.

Elle pourrait être une machine à tuer. Car Juliette n'est pas une adolescente comme les autres. Son toucher suffit à tuer n'importe qui. Presque n'importe qui. C'est pourquoi, au départ, nous la rencontrons dans un asile, qui ressemble en tout point à une prison. 264 jours qu'elle vit seule, entre quatre murs, et ne voit personne. Jusqu'à ce qu'Adam, une connaissance d'enfance, partage sa cellule.

Cette jeune fille vit dans un monde qui a bien différé du notre. Le gouvernement est devenu une réelle dictature et a asservi le monde. Warner, le fils d'un général, repose ses espoirs sur Juliette, qui espère la faire devenir une arme destructrice. Mais Juliette ne se laissera pas faire. Elle trouvera la force de soutenir ses opinions et essayera de retrouver sa liberté qu'elle pensait avoir perdu pour toujours.

Commençons par l'auteur. Quelle plume... Certaines personnes ont besoin de s'y adapter dû aux phrase rayés qui correspondent aux pensées refoulées de Juliette. Moi, j'ai été subjuguée dès le début, pour ne plus m'en défaire jusqu'à la fin de ce tome. J'ai trouvé son style tellement magnifique, bien écrit, et propre à Tahereh Mafi.

Pour les personnages, je n'ai presque rien à redire. Juliette est une héroïne Young Adult qu'on pourrait qualifier de lambda. Mais ce qui la différencie des autres héroïnes dystopiques, c'est qu'elle est dès le départ "contre" le pouvoir totalitaire. Elle sait où sont les limites de ses droits et essaye de se défaire de ces liens. Je l'ai beaucoup apprécié. On la découvre timide, craintive, et elle évolue pour devenir une jeune fille avec du répondant et pleine d'amour.

Adam, lui est un peu trop lisse à mon goût pour le moment, pour que je m'y intéresse vraiment. Et Warner... (WARNER !!! <3) Je suis de celles qui l'aura aimé dès ce premier tome. Je l'ai trouvé très charismatique, et j'ai compris qu'il y avait un mal intérieur caché derrière toute cette arrogance et cette haine. Et je ne pouvais pas oublier Kenji, qui donne une touche d'humour très rafraîchissante.

La dystopie n'est pas réellement poussée pour l'instant, même si on se promène une ou deux fois dans les rues de cette ville, et rencontre de loin ce peuple bafoué. On comprend les buts de ce gouvernement, et pour l"instant il ne m'en a pas fallu davantage. Surtout parce que j'ai été conquise par tous les autres points. Vous aurez compris, j'ai totalement adoré ce premier tome et je vais suivre de près cette trilogie. 


"Je sais seulement que les scientifiques se trompent. La terre est plate. Je le sais
 parce qu'on m'a poussée dans le vide et cela fait 17 ans que j'essaye de me
 cramponner au bord."
 
 
CONCLUSION 
Un total coup de cœur pour cette dystopie avec des personnages
 intéressants, une intrigue addictive avec des messages de
 liberté, de courage et de persévérance.
20/20




AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

dimanche 26 octobre 2014

Le Trône de fer Intégrale 1



George R.R. Martin
J'ai Lu
Janvier 2010
1ère édition intégrale : septembre 2008
786 pages
Fantasy



Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu'en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le Duc Edward Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s'est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L'heure est grave, d'autant qu'au-delà du mur qui protège le royaume depuis des siècles, d'étranges créatures rôdent...




"Lorsqu'on s'amuse au jeu des trônes, il faut vaincre ou
périr, il n'y a pas de moyen terme."


Ça y est, j'en suis enfin venue à bout ! Ça a été long, mais j'y suis arrivée. Attention, après ce que vous venez de lire, vous pourriez penser que cette lecture a été mitigée ou encore négative, alors que c'est tout le contraire.

Difficile de faire un résumé de ces deux premiers tomes (Le trône de fer et Le donjon rouge regroupés dans cette intégrale), aussi je vous conseillerais de ne pas vous fier à la quatrième de couverture car elle n'est pas vraiment représentative de l'histoire. George R.R Martin nous dépeint l'univers des Sept Couronnes et ses alentours avec ses jeux de pouvoirs alliant guerres, politiques, vengeance et ce mythique trône de fer.

Je me suis régalée à suivre les aventures des différents personnages, avec qui j'ai déjà quelques afinités comme Arya, Tyrion et Ned, et d'autres que je n'ai pas pu supporter dont Joeffrey et surtout Sansa qui m'a exaspéré. Alors oui, au début, il est difficile de départager tout ce petit monde. On est un peu perdu mais j'ai vite réussi à les reconnaitre, tous très intéressants, certains plus approfondis que d'autres, et différents les uns des autres. Ma grande affection pour ce livre est aussi grâce à cet univers crée par l'auteur, qui est construit à la perfection, complexe et un régal avec les nombreuses descriptions qui ont attrait aux paysages et qui le rendent complet.

Ce jeu des trônes est totalement addictif ! L'intrigue de fond et ses rouages qui tournent petit à petit au fil des pages m'ont tenu en haleine. Et puis la phrase << Quand on joue au jeu des Trônes, soit on gagne soit on meurt. >> résume assez bien l'esprit de cette saga et celui sadique de l'auteur, car ne vous attachez pas trop aux personnages. Dans cette histoire, personne n'est à l'abri. Le seul bémol pour moi est l'écriture, ou plutôt la traduction, définie comme d'assez mauvaise par de nombreux lecteurs. J'ai adoré suivre cette histoire, mais il est vrai qu'il était temps que je le finisse. Ce style a considérablement ralenti ma lecture, j'ai donc passé beaucoup de temps à le lire et d'un côté je suis bien contente de passer à autre chose.
 


"N'oublie jamais ce que tu es, car le monde ne l'oubliera
pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une
faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourra
l'utiliser pour te blesser."
 
 
 
CONCLUSION
Un tome qui m'aura presque entièrement
conquise (l'écriture aura été le seul point mitigé de ma lecture). Ces
histoires politiques, guerres et alliances entre ces
grandes familles dans un univers complet et
généralissime m'a rendu addictive.
19/20
 
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

vendredi 24 octobre 2014

Les étoiles de Noss Head tome 1
Vertige
 
Sophie Jomain
France Loisirs
Septembre 2013
1ère édition : Juillet 2010
489 pages
Fantastique, Jeunesse

Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d'imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée... puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets... tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l'inimaginable, faire face à ce qu'elle n'aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n'en sont pas toujours...

Leith ne s'attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l'Esprit a choisi : c'est elle, son âme sœur. Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu'il n'est pas tout à fait humain ? Il n'a pas le choix, leur rencontre l'a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide.







"Chaque légende a sa part de vérité."


Depuis le temps que je voulais commencer cette saga, j'ai attendu la réédition chez France Loisirs (en même temps vu les couvertures, je suis plutôt contente). Je ne m'attendais pas à aimer autant, j'ai été plutôt surprise par cette lecture.


Hannah, une adolescente de 17 ans, part avec ses parents en vacances d'été à Wick, petite bourgade d'Ecosse d'où est originaire sa famille. Mais cette année, Hannah n'est pas vraiment motivée pour partir de Paris. Et à sa surprise, elle va vivre de nombreux événement et va rencontrer Leith, un jeune homme énigmatique qui cache un incroyable secret...

Bon vu le résumé que je vous fait, on peut se dire que ça n'a pas l'air très original face aux autres sagas à la Twilight ou Journal d'un vampire. Et c'est vrai qu'au départ, ce n'est pas très trépidant à ce sujet. MAIS, l'auteur arrive à nous immerger dans son histoire à une vitesse hallucinante et à nous rendre addictif à ce tome.

Ce qui m'aura le plus plu, c'est bien la mythologie des créatures fantastiques revisitée par Sophie Jomain. J'ai beaucoup apprécié le temps qu'elle prend pour cette partie, ce qui fait qu'elle est bien développée. Les paysages décrits dans ce livre sont aussi magnifiques. Ça ne nous donne qu'une envie : partir à l'aventure en Ecosse ! Et les personnages sont aussi assez attachants.

Leith est au début assez stéréotypé. Il est magnifique, intelligent, tout plein de qualités, mais cache un secret qui pourrait changer la vision du monde aux yeux de notre héroïne. Malgré le fait que ce personnage soit une parfaite caricature de l'adolescent fantastique dans les séries Young Adult, je l'ai beaucoup apprécié, surtout pendant ses échanges avec Hannah.

Pour cette dernière, j'ai eu plus de mal. Même si elle se montre courageuse et forte, elle m'a exaspérée quelques fois dû à sa naïveté constante. Elle ne voit rien venir, même ce qui se passe sous son nez ! C'est ça qui m'aura le plus dérangé dans ce tome, avec aussi la prévisibilité de certains événements. 

J'attends la suite de la saga pour m'avancer sur es autres personnages, me si j'ai beaucoup aimé la grand-mère d'Hannah. C'est une saga que je suis contente d'avoir commencé, et qui s'est au final sortie du lot. J'attends néanmoins davantage de maturité dans l'écriture et l'histoire. 


"Tomber amoureux me semblait si irrationnel et si dénué de sens,
 dans bien des cas."
 
 
CONCLUSION 
Un bon premier tome, on sent que la suite sera davantage
 poussée. Malgré une héroïne plutôt attachante et courageuse,
 sa naïveté a réussi à m'énerver comme la prévisibilité de
 l'intrigue. Mais si vous aimez découvrir une nouvelle forme de
 mythologie bien construite et des paysages splendides, lisez ce
 livre !
15/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

mercredi 22 octobre 2014

Illusions perdues
 
Honoré de Balzac
Folio, Classique
Février 2013
1ère édition : Entre 1837 et 1843
960 pages
Classique


Illusions Perdues raconte le destin de deux amis, l'imprimeur David Séchard et le poète Lucien de Rubempré. L'un restera à Angoulême, l'autre partira pour Paris à la recherche de la gloire. Comédie des moeurs provinciales et parisiennes, fresque sur les milieux de la librairie, du théâtre et du journalisme à Paris aux alentours de 1820, ce roman est plus qu'un roman. Il est tous les romans possibles. En lui coexistent l'épopée des ambitions déçues, le poème lyrique des espérances trompées, l'encyclopédie de tous les savoirs.
Avec Illusions perdues, Balzac nous donne le premier roman total, réflexion métaphysique sur le sens d'une société et d'une époque placées, entre cynisme et mélancolie, sous le signe de la perte et de la désillusion.







"- Avez-vous une maladie incurable ?
- Oui mon père...
- Ah ! nous y voilà, dit le prêtre, et laquelle ?
- La pauvreté."
 
 
 
Pfiouu, ca y est... J'ai réussi à finir cette brique de 800 pages ! J'y croyais à moitié, et je me suis découragée à certains moments. Mais je peux dire que c'est maintenant de l'histoire ancienne, même si j'ai réussi à passer de bons moments de lecture.

Lucien Chardon, jeune provinciale d’Angoulême, aspire à la gloire littéraire en devenant poète. Et si il arrivera quelques fois à sortir de la masse, ce livre raconte bien évidemment l'échec de sa vie face à toutes ses illusions sur la vie parisienne et le prestige social. En parallèle, David Séchard, jeune imprimeur et meilleur ami de Lucien, essaye de prospérer avec Eve, soeur de Lucien, avec son commerce.

Ce livre se découpe en trois parties : une racontant les prémices du métier d'imprimeur de David, et l'envie de Lucien d'aller goûter la vie à Paris ; la deuxième exclusivement sur Lucien et sur ses débuts en tant que littéraire, au Cénacle, puis en tant que journaliste. La dernière partie finit sur le retour à Angoulême, où David et Eve essayent tant bien que mal de s'en sortir avec des rêves simples et réalistes, contrairement à ceux de notre anti-héros.

Je ne mentirais pas, j'ai survolé quelques passages. La partie qui aurait du le plus m'intéresser (sur la vie éditoriale et journalistique), est celle qui m'a le plus ennuyée, surtout parce que c'était du point de vue du personnage que j'ai le moins aimé, et qui malheureusement le personnage principal. J'ai eu l'impression de suivre un enfant, qui pense que tout vient en un claquement de doigts et sans effort. Et c'est bien ce qui arrive au début car avec l'aide financière de sa famille, il peut goûter aux plaisirs de sa nouvelle vie à la capitale, jusqu'à la désillusion de ses rêves. 

Si vous connaissez Balzac, vous savez qu'il est l'expert des longues descriptions, et ici on n'y manque pas. Oui des fois c'est long, ça devient ennuyant, mais malgré ça j'ai persévéré et je suis contente car c'est un chef-d’œuvre. Les trois parties ne sont pas égales en termes d'intérêt mais cette belle écriture qu'est celle de Balzac peut donner envie de continuer. 

L'histoire de ce anti-héros, orgueilleux et envieux de posséder toujours plus, contrastée par la vertu du Cénacle ou de sa famille qui se désillusionne elle aussi peu à peu sur les qualités de Lucien m'a plu. Je ne le relirais surement jamais, mais je suis contente de l'avoir lu au moins une fois dans ma vie. C'est beau, c'est profond, même si je sais que je n'ai pas réussi à l'aimer exactement à sa propre valeur. 


"C'est ignoble, mais je vis de ce métier, moi comme cent autres ! Ne croyez
 pas le monde politique beaucoup plus beau que ce monde littéraire : tout
 dans ces deux mondes est corruption, chaque homme y est corrupteur ou corrompu."
 
 
CONCLUSION
Un classique long, semé parfois d'embûches face à l'ennui, mais
 j'ai néanmoins réussi à apprécier cette histoire, le contraste
 entre les personnages, et les valeurs qui y sont peintes.
15/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

samedi 18 octobre 2014

Nana
 
Émile Zola
Le Livre de Poche, Les classiques
Janvier 2009
1ère édition : Février 1880
521 pages
Classique



Dans les dernières années du Second Empire, quand Nana joue le rôle de Vénus au Théâtre des Variétés, son succès tient moins à son médiocre talent d'actrice qu'à la séduction de son corps nu, voilé d'une simple gaze. Elle aimante sur scène tous les regards comme elle attire chez elle tous les hommes : tentatrice solaire qui use de ses charmes pour mener une vie de luxure et de luxe, de paresse et de dépense.
Grâce à elle, c'est tout un monde que le romancier parvient à évoquer, toute une époque et tout un style de vie.
Ce neuvième volume des Rougon-Macquart est une satire cinglante des hautes sphères perverties par une fête qui ruine le peuple et détruit les valeurs.




"Dans son mépris de ces cochons, comme elle les nommait, elle ne pouvait pourtant rester le
 cœur libre, ayant toujours quelque amant de cœur sous ses jupes, roulant aux béguins
 inexplicables, aux goûts pervers des lassitudes de son corps." 
 
 
Encore un Zola, cette fois-ci un peu plus pour mon plaisir que pour mes cours. Malheureusement, ce livre a été une petite déception face aux deux autres romans que j'ai lu de l'auteur...

Nana, jeune femme douée de ses charmes, essaye de se faire une place dans la capitale grâce à des pièces de théâtre mais aussi grâce aux hommes dont elle a beaucoup de facilités à attirer tous les regards. Mais à cause de sa vie de luxure et de prostitution, elle ne va pas réussir à s'élever en femme chic comme elle le voulait. Beaucoup de ses victimes masculins vont connaitre la ruine ou même le suicide.

J'ai eu beaucoup de mal à me mettre dans ce livre. Le début (100 pages environ) est plutôt long, surtout la scène du repas chez Nana. Et ensuite, quand j'ai pensé que la suite serait plus rapide à lire, je me suis rendue compte qu'il n'en été malheureusement rien. J'ai trouvé cette histoire ennuyante à de nombreux moments, avec une héroïne qui m'a été antipathique. Nana se sert des hommes pour pouvoir s'élever, elle n'a de considérations pour presque personne, elle se veut chic mais son ascendance familiale reviendra toujours pour lui rappeler dans quelle bassesse du monde elle a commencé. Elle ne vit qu'au crochet de ses amants, et j'ai eu donc l'impression qu'elle ne vivait qu'à travers ces hommes. Elle ne m'a rien fait ressentir, excepté de la pitié pendant son histoire avec Fontan. Les autres personnages ne m'ont pas non plus fait grand effet, notamment avec le comte Muffat que j'ai trouvé pathétique.

Mais Zola ne cherche pas à ce qu'on s'attache à ses personnages, mais veut justement nous montrer cette société sous le Second Empire qui dénonce tout la saleté de l'espèce humaine. Mais à la fin, je n'en pouvais plus de cette femme, elle me sortait par les yeux ! Hypocrite, mauvaise foi, elle se croit tout permis... Malheureusement je n'ai pas retrouvé le plaisir que j'avais eu en lisant l'écriture de Zola dans Germinal ou encore L'Oeuvre. Ici, j'ai eu l'impression que l'écriture était pompeuse, beaucoup trop de descriptions futiles. Je me suis vraiment ennuyée pendant cette lecture. 


"Et elle guettait les mieux mis, elle voyait ça à leurs yeux pâles. C'était comme un coup de
 folie charnelle passant sur la ville. Elle avait bien un peu peur, car les plus comme il faut
étaient les plus sales. Tout le vernis craquait, la bête se montrait, exigeante, dans ses
 goûts monstrueux, raffinant sa perversion."
 
 
CONCLUSION
De nombreux moments d'ennuis pendant ce récit sur cette femme
 antipathique. Beaucoup de descriptions, il ne se passe pas grand
 chose. Mais comme toujours, Zola décrit comme personne le mal,
 la saleté de l'espèce humaine sous ce Second Empire.
12/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

vendredi 17 octobre 2014

La Mémoire fantôme
 

Franck Thilliez
PockEt, Thriller
Octobre 2008
1ère édition : Août 2007
441 pages
Thriller



Quatre minutes. C'est le temps d'un souvenir pour Manon Après, tout s'efface. Puis recommence. Pour quatre minutes. Dans ces conditions, pas facile pour Lucie Henebelle, fraîchement promue lieutenant à la brigade criminelle de Lille, de trouver par qui la jeune femme vient d'être agressée. Et de comprendre la signification des mots gravés au creux de sa paume : " Pr de retour ". S'agit-il du Professeur, ce tueur en série qui a sévi quatre ans plus tôt dans la France entière, semblant obéir à quelque sordide logique mathématique ? Lucie le pressent, la clé de cette affaire jamais résolue réside dans la mémoire fragmentée de Manon Une mémoire à laquelle plus personne n'a accès, pas même l'intéressée...

 
 
"On ne peut pas garder que le meilleur. Car c'est le pire qui régule une vie, qui
 forge l'existence et rend les êtres forts."
 
 
Depuis mon dernier livre de Franck Thilliez en juin dernier, j'avais très envie de me replonger dans son univers glauque, quelques fois dérangeant et très addictif. Cette lecture m'a conquise.
 
Manon Moinet, une jeune femme amnésique, est retrouvée après son enlèvement orchestré par le Professeur, tueur en série qui a arrêté de sévir depuis quatre ans. Jusqu'à aujourd'hui. Lucie Hennebelle, lieutenant à Lille, va devoir résoudre les énigmes laissés par cet assassin, le retrouver, et découvrir le rôle de Manon dans toute cette histoire.

Il faut dire qu'après avoir lu et adoré Train d'enfer pour Ange rouge qui a été un gros coup de cœur, j'avais peur de ne plus être surprise par l'auteur, ou du moins ne pas être autant emballée par cette différente enquête, et avec un autre représentant de la loi. Et heureusement, mes craintes n'étaient absolument pas fondées car j'ai adoré cette histoire ! Cette enquête a commencé à m'intriguer dès 30 pages, pour ensuite ne plus réussir à m'en défaire. La documentation est toujours aussi poussée, le sujet de la mémoire très attrayant et amène à beaucoup d'interrogations et d'intérêts. Des énigmes sont aussi de mises avec des phrases codées laissées par le tueur ou encore les messages de cette femme amnésique et assez mystérieuse.

Les personnages sont bien approfondis. J'ai beaucoup apprécié le duo entre Lucie et Manon, leur affection l'une pour l'autre. On suit la vie de cette dernière, où elle est complètement démunie et "aveugle" du monde qui l'entoure sans toute la technologie mise à sa disposition. Lucie Hennebelle est aussi très intéressante, et cache un lourd secret personnel. Pour ce qui est de Turin, il m'a donné envie de vomir, de lui envoyer mon poing à la figure. Mais c'est ce que j'aime chez cet auteur, il ne nous épargne à aucun moment.
 

Vous l'aurez compris, j'ai grandement aimé ce thriller, on est totalement pris dans l'enquête qui contient de multiples retournements et actions. Les seuls bémols pour moi sont l'identité d'une certaine personne donnée trop tôt dans l'histoire et surtout l'épilogue qui ne m'a pas vraiment convaincue.
 

"Sans souvenirs, les photos ne sont jamais que le papier glacé d'un vulgaire catalogue."



CONCLUSION
Un thriller haletant, avec nombre d'actions et énigmes, et des
 personnages très plaisants à suivre. Les mécaniques de la
 mémoire seront décortiqués et seront un point important
dans cette enquête.
19/20


AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA
Deuils de miel
La Chambre des morts
Le Syndrome [E]
[GATACA]



AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR
La Forêt des ombres
Rêver

mercredi 15 octobre 2014

Les étoiles de Noss Head tome 3
Accomplissement
 
Sophie Jomain
France Loisirs
Mars 2014
1ère édition : 2012
576 pages
Fantastique, Jeunesse

Je n'avais aucune idée de ce qu'allait devenir ma vie... absolument aucune. J'allais avoir dix-neuf ans dans quelques jours et j'étais devenue ce que je n'aurais jamais dû être.

Le destin m'avait surprise, j'étais magnifique, d'une allure renversante J'aurais pu défier n'importe quelle reine de beauté, mais c'est bien tout ce qu'il me restait... toute une vie dans la peau de quelqu'un que je n'étais pas, que je détestais. Et si je me trompais ? Et si j'étais loin de la vérité et que tout pouvait redevenir comme avant ?

Je ne le savais pas encore, mais tout allait être différent.







"La vie est un vaste échiquier, petite fille, nous ne sommes que des pions."




Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu les tomes précédents.
 
Après le deuxième tome dévoré en début de mois, j'ai voulu vite me replonger cet univers fantastique. Et je n'ai pas été déçue, même si quelques points m'ont gênée.

Au début de ce troisième tome, on retrouve Hanna complètement changée. Ayant mutée entièrement en ange noir, elle va devoir continuer son initiation avec l'aide de Darius. Mais loin de Leith, elle a du mal à retrouver le goût de vivre. Et malheureusement pour elle, les ennuis n'ont pas fini de s'interposer sur son chemin. Elle va devoir faire un choix inéluctable pour le reste de sa vie et sera aidée d'une multitude de personnages.

La chose dont j'ai eu le plus peur : ne pas retrouver le côté guilleret voire drôle qui étaient apportés par le couple d'Hanna et Leith et qui donnait (de mon point de vue) une touche en plus à cette saga. Mais pourquoi me suis-je fait du souci ? Car dès le début cette peur a été oubliée grâce à des personnages comme Darius et aussi ses frères, Hermance et Pierrick (ils sont trop choux !)

J'ai beaucoup apprécié que l'auteur plonge plus en profondeur sur ce personnage mystérieux et attachant qu'est cet ange noir. Toute l'initiation d'Hanna, leurs échanges, leur lien ont été très intéressants à suivre. Hanna, elle, est toujours aussi attachante, courageuse (même si des fois on se demande si ce n'est pas plutôt de l'inconscience), et ne recule devant rien. Ce tome est centré sur son évolution, et sur une question qu'elle va devoir prendre : Qu'est-ce que je veux devenir ? Qui je veux devenir ?

Pour ce qui est de Leith, j'ai mis du temps à lui "pardonner" pour ce qui s'est passé à la fin du deuxième tome. Je peux le comprendre, mais j'ai eu néanmoins du mal. Mais, il n'en ai que plus réaliste. Il a des défauts, même si on pouvait en douter dû au portrait qu'Hanna nous dépeint de lui depuis le début de la saga.

Toujours autant d'actions, et l'intrigue est bien menée. Moins de scènes à la fac, ce qui est bien car moins intéressantes. Pas de triangle amoureux, merci ! Même si il arrive souvent que Leith et Darius se chamaillent, on sait les sentiments que les uns portent aux autres. Par contre j'ai eu beaucoup de mal à "accepter" avec un nouveau couple qui se forme, pour moi, trop rapidement. Je n'ai pas compris le pourquoi, à part la solution de facilité. Et justement, j'en ai trouvé plusieurs de facilités. Premièrement la relation d'Hanna et Leith (je n'en dirais pas plus évidemment), et puis la fin qui a pour la majorité plu, mais qui moi m'a laissée assez dubitative. En tout, je ne voudrais pas être Hanna parce qu'avec tout ce qu'elle traverse dans ce tome, je serais déjà morte 10 fois je pense ! 

"Parce que c'est bien de la souffrance dont il s'agit. Lorsque vous vous battez contre vos instincts les plus profonds, vos envies les moins contrôlables, vous avez du mal, vous hurlez de l'intérieur."
 
 
CONCLUSION
Conclusion : Un tome qui m'a beaucoup plu, à aucun moment
 je me suis ennuyée, les personnages sont tous intéressants à
 suivre. Mais certaines facilités, notamment entre les
 personnages ou la fin, m'ont dérangé. Je lirais évidemment la
 suite, et sûrement dans un avenir proche.
17/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

mardi 14 octobre 2014

Bilan Chalenge : Le temps d'un très grand week-end

Nous revoilà en ce mardi 14 octobre pour vous faire mon bilan du challenge organisé par Book & Scrap. Le principe était simple : lire du jeudi 9 octobre 20h jusqu'au lundi 13 octobre à minuit. Plusieurs consignes et actions étaient à remplir, et on peut dire que j'ai réussi à moitié mon challenge. 

Commençons par mon niveau de lecture : Lecteur divin. Je devais, tout au long de ce grand week end, réussir à lire plus de 601 pages. Je peux dire que j'ai réussi avec beaucoup de marge avec 1130 pages. Maintenant mes quatres consignes :


1ère consigne : Lire une histoire fantastique

J'ai commencé mon challenge le jeudi à 20h avec le troisième tome de Les étoiles de Noss Head : Accomplissement. Je me suis arrêtée vers minuit avec déjà 289 pages lues, soit à peu près la moitié du livre.

Vendredi : lever à 9h, et pendant mon petit déjeuner (action 1 atteinte) je lis une petite quinzaine de pages. C'est ensuite à 11h que je m'y plonge plus ardemment, en faisant quelques petites pauses dans l'après midi pour ne pas surchauffer. 
Ce livre est alors fini vers 17h30.

Total de pages : 576 pages



2ème consigne : Lire un policier ou un thriller

Je suis sortie vendredi soir, donc je n'ai pas pu commencer un nouveau livre avant le samedi matin, à 10h avec La mémoire fantôme. J'ai lu pendant une heure avec les 60 premières pages
J'ai continué encore une heure à 13h30 avec 50 pages.

Après m'être occupée avec d'autres activités dans l'après midi, j'ai repris mon livre vers 17h, faisant quelques petites pauses, et arrêtant vers 19h30, ayant lu 100 pages.

Et me revoilà une heure plus tard, n'arrivant pas à me décrocher de ce livre, avec 55 pages lues jusqu'à 22h. La session de samedi s'arrête pour reprendre le lendemain matin, vers 10h jusqu'à 13h, avec 143 pages lues. Puis vers 14h je finirais ce livre avec les 29 pages restantes. Pendant l'après-midi, je souffle un peu, pour ne pas faire une overdose...

Total de pages : 1015

 3ème consigne : Lire un livre dont le dos de la tranche est blanche
 
4ème consigne : Lire un livre de plus de deux dans ma PAL
Vient ensuite le troisième livre. Si j'avais d'abord choisi de débuter Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, j'ai rapidement compris que je n'arriverais pas à le finir avant lundi et que ce n'était pas le genre de livre dont j'ai envie en ce moment. J'ai alors choisi de changer la consigne, pour pouvoir finir Nana, dont il ne me restait qu'une centaine de pages. 

Livre un peu moins facile à lire que les deux précédents, mais je ne me décourage pas, surtout quand je vois le nombre de pages qu'il me reste à lire. 
Donc à midi c'est décidé, je prends Nana avec moi, et pendant une heure, j'arrive à lire 35 pages. Bon, peu mieux faire. Mais j'ai confiance, je vais réussir à le finir avant minuit. 

Ce n'est qu'après être rentrée chez moi à 18h que je le reprend jusqu'à 19h30, avec 50 pages lus. Puis vers 20h, je me rappelle que j'ai encore 30 pages à lire. Et à 22h j'arrive enfin à fermer le classique. Youpi !


Total de pages : 1130


                     Action 1 : Lire en buvant et mangeant    Action 2 : Lire sur le canapé

jeudi 9 octobre 2014

Forbidden
 
Tabitha Suzuma
Simon Pulse
2012
1ère édition : 2010
454 pages
Drame



Lochan and Maya have always felt more like friends than siblings. Together, they have stepped in for their unreliable, alcoholic mother to take care of their three younger siblings. The stress of their lives - and the way they understand each other so completely - has brought them closer than two siblings would ordinarily be.
So close that they have fallen in love.
Lochan and Maya know their relationship is wrong and cannot possibly continue. And yet they are powerless to stop what feels so incredibly right...







"You've always been my best friend, my soul mate, and now I've fallen in
 love with you. Why is that such a crime ?" 
 
 
Après une telle lecture, comment réussir à faire une chronique construite et à la hauteur de ce livre extraordinaire ? Un coup de cœur comme je n’ai pas l’habitude d’en avoir tellement cette lecture est unique.

Lochan et Maya, frère et sœur, sont les aînés d’une famille de cinq enfants dont ils doivent s’occuper depuis le départ de leur père à l’autre bout du monde avec sa nouvelle famille et de leur mère alcoolique essayant de retrouver sa jeunesse en sortant presque tous les soirs et habitant à moitié chez son ami en date.

La première partie de ce livre est centrée sur leurs vies, sur cette famille disloquée. Lochan, un jeune homme inepte socialement qui essaye de prendre tout en charge, Maya, une adolescente qui a du grandir plus vite que les autres filles, courageuse et toujours optimiste. Kit, jeune adolescent de 13 ans qui vit mal l’absence de ses parents et qui se rebelle contre sa famille et le système, et enfin Tiffin et Willa, les petits derniers qui apportent un peu de naïveté, de gaieté à cette histoire bouleversante.

Je me suis tout de suite attachée à ces personnages. L’auteur leur apporte à tous une profondeur, des caractéristiques propre à eux qu’ils leur donnent ce réalisme déconcertant. On rit avec eux, on pleure avec eux, on ressent tous leurs émotions. Il n’est pas possible de passer devant eux sans ressentir quoique ce soit. Leur détresse, mais aussi leur solidité, leur force. Ils font ce qu’ils peuvent pour être une vraie famille, et il y arrivent car c’est ce qu’il y a de plus important pour eux, leur famille.

Ensuite vient le sujet dit “principal” de l’histoire : l’amour incestueux entre Lochan et Maya. Parce que je préfère le souligner, ce n’est pas le seul grand sujet de ce livre. Dans toute la première partie, cet amour n’est pas exploité, laissant place aux conditions de vie de cette famille, les tensions dans cette maison, et ça a été un gros plus. Certains diront que la romance met trop de temps à arriver, mais je pense que c’est justement ça qui apporte la magie dans ce livre. L’auteur prend le temps de nous installer le cadre, avec ses personnages, leurs affinités entre eux. Et c’est là qu’on se rend compte que ces deux adolescents ne peuvent pas se voir complètement comme frère et sœur.

Ils ont dû grandir trop vite, et doivent s’occuper de leur petits frères et sœurs comme si c’était leurs propres enfants. Ils ne font pas uniquement partis de la même famille, ils sont partenaires. On le ressent très rapidement, voyant toutes les tâches (maison, enfants,etc…) reposés sur leurs épaules. Et c’est pour ça que cette histoire d’amour peut voir le jour.

Cela aurait pu tomber dans le graveleux, apporter des sentiments de dégoût ou de haine contre ces personnages. Mais grâce à la plume de l’auteur et toute cette première partie, ça a été tout le contraire. Oui, au début on peut être mal à l’aise, et c’est normal, l’inceste n’est pas un tabou pour rien. Mais comment ne pas aimer cette histoire d’amour, si touchante, si émouvante, qui fait mal à en pleurer ? Parce que oui, à la fin de cette lecture, vous n’en ressortirez pas indemne, soyez en sûrs. 

J’ai aimé de tout mon cœur cette histoire, ces deux personnages (surtout Lochan qui est le vrai personnage de cette histoire, Maya est un peu mise de côté), leur histoire impossible qui est si belle. On veut qu’elle se termine bien mais comment le pourrait-elle ? C’est un livre dont on ne peut jamais vraiment être prêt à commencer, tellement les émotions sont fortes, douloureuses, écrasantes. 


"I think I'm going to die from hapiness.
I think I'm going to die from pain."
 
 
CONCLUSION 
Un coup de poing fabuleux. Une histoire d'amour impossible et
 déchirante avec des personnages tous attachants, un réalisme
 qui fait froid dans le dos, et une plume magnifique. Comment
 ne pas aimer cette histoire ?
20/20

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Read in English.

lundi 6 octobre 2014

Serum Épisode 6
 
Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza
J'ai lu
Décembre 2012
216 pages
Thriller




 
1773: Mesmer invente l'hypnose
1886 : Freud invente la psychanalyse
2012 : Draken invente le sérum
Quels ultimes mystères le passé d'Emily dévoilera-t-il au docteur Draken ? Lola Gallagher pénétrera-t-elle enfin les arcanes du complot international qui semble se jouer ? Combien de destins fracassés pour une injection de sérum ?
La fin est proche mais ien ne vous préparait à cette issue !
Et vous ? Faites-vous confiance à vos souvenirs ?










Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu les précédents épisodes.

Voilà la première saison terminée... L'attente pour la suite va être difficile, mais je vais tenir ! Encore un bon tome, même si quelques points m'ont dérangés.

Draken est toujours en quête de l'identité et du passé d'Emily, et devra faire un voyage pour trouver ce qu'il recherche, alors que Sam Loomis essaye de le tenir par le collier (difficilement, on s'en doute). Lola continue avec l'aide de Phillip Detroit (je n'en peux plus de cette fouine !) et Velasquez de trouver de nouveaux indices sur la mort d'Emily et sur ses poursuivants.

Les symboles des séances d'hypnose d'Emily sont tous retravaillés, et on voit que beaucoup ont trouvé leur signification, même si il y en a encore un grand nombre qui n'a pas été résolu. L'enquête, en comparaison aux deux tomes précédents, avance pas mal même si les indices sont moindres. Le lien avec Hatman et son organisation se dessine peu à peu. En parallèle, on nous révèle l'existence d'un groupe secret de haut rang opposé le gouvernement occidental en place et dont Hatman fait parti.

Alors, oui beaucoup de révélations mais je suis néanmoins restée un peu sur ma faim. John Singer qui négocie une fois de plus avec la presse, on n'en connaitra pas le dénouement. Les points principaux de l'intrigue sont à moitié découverts, et si il faut attendre la publication de la deuxième saison (qui est très longue à arrive), c'est un peu dommage.

Et puis l'histoire secondaire sur la vie de Lola ne m'a pas du tout intéressée. Je suis d'accord pour donner de la profondeur aux personnages principaux, mais qu'on ne reste pas dessus pendant 20-30 pages alors que le livre est déjà pas très long. Tout ce que j'espère, c’est que les auteurs tiennent leur promesse. Qu'il nous termine une deuxième saison, qu'il la publie enfin, et qu'elle réponse à toutes nos questions.


"On ne peut pas accepter l'horreur sous prétexte qu'on n'a pas de garantie
 que l'avenir sera meilleur."
 
 
CONCLUSION 
Un bon tome qui clôt la première saison avec des personnages
 auxquels je me suis attachée et avec quelques révélations,
 même si pour moi il y a encore trop de zones d'ombres.
18/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA

dimanche 5 octobre 2014

Les Étoiles de Noss Head tome 2
Rivalités
 
Sophie Jomain
France Loisirs
Janvier 2014
1ère édition : Septembre 2011
470 pages
Fantastique, Jeunesse


Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait.
Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée.
Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.
J’étais au moins sûre d’une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m’en sortirais pas indemne.








Attention, risques de SPOILER si vous n'avez pas lu le premier tome.


Après avoir passé un bon moment en juin dernier avec le premier tome Les Étoiles de Noss Head, j'ai voulu continuer cette saga, et c'est avec beaucoup d'enthousiasme que je vous fais ma chronique. Ce tome m'a complètement transportée ! Pour moi, l'auteur est montée d'un cran avec cette suite.

Après les événements qu'ont vécu Hanna et Leith pendant l'été, les revoilà en septembre à St Andrews pour commencer leur vie d'étudiants ensembles. Hanna pensait qu'en s'éloignant de Wick, elle retrouverait une vie plus tranquille. Mais c'était sans compter la découverte de nouvelles créatures et d'une guerre ancestrale où elle va être pris à partie. Les ennuis reprennent...

Après un début un peu long pour moi (organisation d'Hanna pour la fac, avec son appartement, sa colocataire,etc...), l'auteur nous immerge avec addiction dans la vie de ces deux personnages très attachants. Hanna et Leith, quoique cucul à certains moments, m'ont fait plusieurs fois sourire. Ils ont apportaient une touche de gaieté à l'histoire et a été mon petit rayon de soleil pendant ces trois jours de lecture.

Hanna est toujours aussi courageuse (ou inconsciente, parfois on ne sait pas), et beaucoup moins naïve que le premier tome, point qui m'avais beaucoup ennuyé d'ailleurs. Mais, malheureusement on ne change pas du jour au lendemain. Et de ce fait, la jeune fille a toujours un peu de mal à voir ce qui se trame sous son nez, même si c'est très flagrant. La personne coupable de la "guerre" entre les deux espèces fantastiques est très prévisible, et ça aura été le point qui m'a vraiment dérangé pendant ma lecture (le seul !)

Après nos deux héros, nous faisons la connaissance de nouveaux personnages sympathiques, comme Darius que j'ai beaucoup apprécié, Jammie, Julia, et aussi d'autres beaucoup plus antipathiques dont Georgia que j'ai trouvé "too much" dans ses réactions et ses agissements. Et je n'ai pas réussi à m'attacher à Minah non plus.

La mythologie est toujours aussi intéressante et recherchée, avec de nouvelles créatures fantastiques dont j'ai pris beaucoup de joie à suivre, avec leurs règles, leur histoire et tout ce qui les définit. J'ai aimé comment, après un certain événement, la "guerre" les deux clans se déroule.

Pour ce qui est de la toute fin, l'auteur avait été gentille avec nous pour le premier tome, ne nous proposant aucun cliffhanger. Là, c'est différent. Il a fallu qu'elle soit sadique en nous donne l'eau à la bouche face à ces retournements finaux ! Tout ce que j'ai envie de faire maintenant est de me jeter sur le troisième tome ! (je dois avouer que j'ai un peu peur pour cette suite, je ne sais pas vers quel chemin va se tourner l'intrigue)



"La confiance est une réponse à la sincérité, à la vérité."
 
 
CONCLUSION 
Un deuxième tome addictif, avec son lot de personnages
 attachants et sympathiques à suivre, des pages qui se tournent
 toutes seules, et une mythologie très intéressante. Une saga qui
 se révèle vraiment intrigante.
18/20
 
 
AUTRES AVIS SUR CETTE SAGA