mardi 30 mai 2017

La Femme nue, Elena Stancanelli
La vie d’Anna vole en éclats quand Davide la quitte.  Incapable d’accepter la séparation,
 elle pirate son compte  Facebook, suit ses moindres mouvements à l’aide de son  portable,
 et scrute de façon obsessionnelle ses échanges avec  sa nouvelle conquête. Très vite,
 Anna ne dort plus et maigrit  de façon alarmante. Prise au piège dans ce vertige virtuel
 de suppositions et de fantasmes, elle décide d’élaborer un  scénario implacable pour
 humilier sa rivale…



AVIS


À certains moments où je referme un livre, je me demande pourquoi de bons romans auto-édités n'arrivent pas à intéresser les maisons d'éditions, alors que d'autres qui ne représentent que peu d'intérêt reçoivent une grande publicité. Je me suis réellement questionné sur la publication de La Femme nue, en me disant après coût que ça devait être mes goûts ou mes envies qui n'étaient pas en adéquation avec ce style, cette histoire. Puis, je suis allée lire quelques autres avis déjà publiés sur internet, et je me suis rendue compte que je n'étais pas seule à ne pas m'être retrouvée dans ce roman, ou tout du moins à l'apprécier. Je n'ai pas réussi pour le moment à collecter une chronique un tant soit peu positive et je vais essayer ici d'en expliquer la raison.

Le résumé intrigue, laissant place à un thème plus d'une fois utilisé, la rupture amoureuse, et ce qu'elle peut entraîner pour les deux parties, avec ici, un traitement sur l'obsession, que beaucoup peuvent posséder,  à "traquer" la moindre miette laissée par la personne que l'on épie sur internet. Les travers humains en adéquation avec l'évolution du rapport que l'on entretient avec les réseaux sociaux, ça pourrait vous tenter, non ? Moi en tout cas, j'ai foncé. Jusqu'à me prendre un bon gros mur en béton. Car dès le début, j'ai dû reprendre mes esprits en découvrant la relation catastrophique entre Anna et Davide. Ces derniers sont en couple depuis cinq ans et ne partagent plus rien. Lui est un gros macho qui saute sur tout ce qui bouge et qui ne s'embête plus pour cacher les preuves, même s'il continue de tout nier. Et elle est la femme naïve qui un jour va apprendre de la bouche-même de son homme, qui avait oublié de raccrocher après leur bref échange, qu'il ne se limite pas à quelques conquêtes. De là, on peut se demander la raison pour laquelle Anna décide de continuer cette relation vouée irrémédiablement à l'échec.  

Elle connaît Davide, le met parfois devant le fait accompli, sait qu'il ne changera pas, mais continue malgré tout à faire durer ce qui n'aurait peut-être jamais du commencer. Mais découvrant ses réflexions très pessimistes sur l'amour et la relation avec autrui, on peut facilement comprendre mieux son comportement, mais pas forcément l'accepter, tout comme sa vision de la vie en couple. Elle n'est évidemment pas toute blanche de son côté, seulement Anna s'occupe à raconter sa version des faits et à finalement toujours pleurer sur son sort, s'auto-flageller. Que Davide la trompe ne semble pas la déranger outre mesure, ayant franchi elle-même la ligne quelques fois, mais qu'il tombe amoureux de "Chien", ça, elle ne peut pas l'accepter... même si elle attend que ce soit lui qui parte de lui-même. De ce moment-là, Anna ne va cesser de le traquer sur son Facebook personnel, lisant une par une ses conversations sans équivoque avec la gente féminine, et surtout avec Chien, de le suivre grâce au système de localisation du portable de David, de se comparer à Chien, que ce soit physiquement ou lors de ses relations sexuelles, ce qui devient de plus en plus malsain. Anna sait qu'elle se fait du mal toute seule, qu'au début même, son ex fait exprès de laisser traîner des indices. Néanmoins, elle tombe toujours dans le panneau, étant toujours prête à se morfondre, tout ça dans un rythme lent du début à la fin.  

J'ai eu l'impression qu'à un moment donné, une certaine dynamique apparaissait, afin de me faire apprécier au moins une chose dans ce roman, mais tout retombe comme un soufflé, ne laissant encore place uniquement qu'aux jérémiades d'Anna. Les quelques dernières pages se révèlent positives mais tellement différentes du ton général de l'histoire que ça ne fonctionne pas. Et l'idée de raconter cette histoire à une personne particulière m'a semblé une bonne idée, sauf qu'au final, on n'apprend pas qui est cette Val, et j'aurais aimé davantage de précisions de ce côté là. Donc, vous l'aurez compris, ça a été une catastrophe pour moi, entre le récit lent et affligeant de cette femme, l'écriture qui n'a pas relevé le niveau, et une fin qui aurait pu être convaincante si elle ne prenait pas un virage à 360 après tout ce que l'auteure a construit au préalable. Je suis donc très déçue, surtout qu'il m'a été possible de lire ce roman grâce aux éditions Stock et à NetGalley que je remercie néanmoins. Je ne vous conseille absolument pas La Femme nue, tout en espérant de mon côté trouver un roman de cette maison d'édition qui compensera mon avis désastreux d'aujourd'hui.



CONCLUSION
Une très mauvaise lecture où le personnage principal ne cesse
 de s'auto-flageller et d'aller dans le mur consciemment. Le tout
 est beaucoup trop lent pour que ça devienne un tant soit peu
 intéressant malgré les réactions d'Anna, et ça pointe
 également trop quelques fois vers le malsain.

lundi 29 mai 2017

Les Rumeurs d'Issar : Le Talisman perdu tome 1, Marie Caillet
« Dis-moi quel est ton Signe, je te dirai quel est ton pouvoir… »
Dans les royaumes d’Issar, la magie habite tous les Hommes. Mais parfois, elle en choisit

 un. Le pouvoir dont il dispose est alors si puissant qu’il s’incarne en un animal mystique,
 qui dépend de son signe de naissance. Ces deux êtres, liés à tout jamais, ont pour mission
 de protéger les puissants de ce monde. Edjan, seize ans, est l’un de ces élus. Le problème,
 c’est que son animal, loin d’être redoutable, est minuscule et possède un caractère
 épouvantable. Ils ont bien du mal à cohabiter dans leur boutique de tapis volants. Jusqu’au
 jour où leur secret est découvert par Shaëll, voleuse intrépide, qui travaille pour une
 entité hors-la-loi. Avec elle, ils décident de quitter l’anonymat et d’apprendre à contrôler
 leur magie. Par-delà les dunes, ils vont devoir se rendre à Galène, capitale du royaume
 d’Aestera, où le Lion a disparu…



AVIS


Je ne connaissais pas du tout Marie Caillet. L'Héritage des Darcer ne m'avait jamais fait de l'œil mais le résumé de la nouvelle saga de l'auteure française m'a tout de suite intrigué. Un univers fantastique porté par les signes astrologiques, il est clair que cela peut intéresser un grand nombre de lecteurs. Tout le monde ne croit pas au lien entre le caractère d'un homme ou d'une femme et du signe sous lequel il est associé, néanmoins beaucoup s'interrogent sur cette science encore assez mystérieuse. J'ai été alors très contente de pouvoir découvrir ce premier tome grâce à NetGalley et la maison d'édition Hachette que je remercie. Cette lecture s'est révélée le plus souvent inspirante et haletante. Les lieux exotiques dans lesquels les personnages véhiculent par le biais de tapis magiques font voyager et invitent à découvrir avec tentation et avidité une intrigue dans un univers oriental. Dans les royaumes d'Issar, chaque adolescent de quinze ans est invité au Palais afin de récolter son Talisman, réceptacle de sa magie liée à son signe. Rarement, certains sont choisis afin de posséder un pouvoir si grand qu'ils vont le partager avec un animal mystique, un Ange, lié au signe astrologique de son Gardien. Élevé au rang de divinités terrestres, les Anges-Gardiens possèdent l'autorité au Palais, certains d'entre eux étant aussi au côté de rois dans les royaumes voisins. 

Edjan a obtenu son Talisman mais n'a pas accepté son nouveau statut de Gardien. Depuis alors une année, il cache sa nouvelle identité, tout comme celle de son Ange Kez avec qui il n'entretient pas de bons rapports. Marchand de tapis, le jeune homme va rapidement faire la mauvaise rencontre de Shaël, une Haute Voleuse travaillant pour la Maison, une guilde clandestine qui souhaite la déchéance du Palais. Elle va alors trouver en Edjan et Kez de nouveaux alliés potentiels. Potentiels car très inexpérimentés, ce Gardien n'a jamais fait usage de sa magie et ses perpétuelles accrochages avec son Ange ne favorisent pas une amélioration de leur nouvelle condition. Néanmoins, lorsqu'ils apprennent la disparition de Kaorn, le Lion en charge de la protection du roi Adan d'Aestera, Edjan et Kez ne sont pas longs à vouloir accompagner Shaël dans la capitale de ce royaume voisin afin de comprendre les causes de cette mystérieuse disparition. Un complot semble se préparer mais nul ne sait qui en tient les ficelles. Et la venue à Galène d'un Ange-Gardien novice mais déjà prometteur ne va pas aider Shaël, Edjan et Kez à les faire avancer dans leur quête. 

Je peux dire que dans ce récit porté par la magie et la force physique favorisé par ce pouvoir, il est assez étonnant de se rendre compte que ce sont les personnages féminins qui font preuve d'un nombre inestimable de ressources. Que ce soit la voleuse professionnelle Shaël ou la Cancer Chanis accompagnée d'Acibar, ces jeunes femmes savent faire preuve de sang froid, d'intuition et de force psychologique et stratégique. À côté d'elles, il est vrai qu'Edjan fait dès le début pâle figure, lui qui n'arrive pas à se défendre seul et qui se repose sans arrêt sur Kez en ne voulant jamais accepter son destin. Il est intéressant de voir que la relation entre un Gardien et son Ange n'est pas toujours aisée et que les deux ne sont pas toujours prêts à travailler main dans la main. Mais finalement, ce lien indéfectible entre ces deux êtres ne peut être dépassé. Edjan et Kez vont devoir alors apprendre à travailler ensemble, tout comme Chanis et Acibar. Les Djin, êtres magiques souvent opprimés par le biais de l'esclavage, sont aussi très intéressants et apportent des rivaux potentiels aux Anges-Gardiens, même s'ils n'ont pas fait preuve de toute leur force au sein de ce premier tome, laissant principalement place à Phélénas comme représentant de cette espèce, qui possède des qualités indéniables afin de collecter des informations dans Aestera en lien avec les hautes instances de ce royaume. Les personnages principaux ne sont alors pas nombreux, ce qui laisse place à une possible évolution de leurs facultés, notamment celles d'Edjan, afin de comprendre les causes de la fuite du Lion de Galène et de son lien ou non avec un complot contre le pouvoir en place. L'auteure réussit brillamment à surprendre son lecteur en immisçant dans son intrigue de fausses pistes jusqu'à révéler le fin mot de l'histoire tout en surprise et étonnement. Je suis donc ravie de ce début de saga, espérant que le niveau de l'intrigue reste le même pour la suite et que certains personnages tels qu'Edjan gagnent en maturité.



CONCLUSION
Très contente de ce décor exotique, j'ai apprécié découvrir le
 fonctionnement de cet univers principalement porté par le
 pouvoir des signes astrologiques et par la manière dont les
 hommes s'en servent. Les personnages féminins m'ont le plus
 impressionné, Edjan n'étant pas pour le moment au maximum
 de ses capacités.

dimanche 28 mai 2017




Les livres :

 




Sans issue : Le Lac tome 2 (2017) de Svetlana Kirilina : C’est encore une très bonne surprise avec cette nouvelle saga. Ce deuxième épisode m'a encore davantage plu, laissant place aux remords passés d'un personnage en recherche de rédemption. Les thèmes de la liberté individuelle et du libre-arbitre sont encore bien traités.
--> 18/20 (chronique)





L'Écorchée (2014) de Donato Carrisi : Aucune déception face à ce thriller qui suit une nouvelle fois Mia. Même si je garde une préférence pour Le Chuchoteur, j'ai été captivé par ce roman qui promet une autre suite d'autant plus intéressante.
--> 19/20





Les Rumeurs d'Issar : Le Talisman perdu tome 1 (2017) de Marie Caillet : J'ai été très agréablement surprise par l'univers bien détaillé de ce roman, avec les signes astrologiques qui possèdent une grande importance dans la vie et dans le caractère des différents personnages. J'ai davantage apprécié les personnages féminins qui se révèlent avoir le plus de ressources, mais j'ai également aimé suivre les divergences d'opinion et les tensions entre certains protagonistes.
--> 17/20



La chronique :



Les acquisitions :
    




Les séries télé :



Jessica Jones saison 1 (2015) épisodes 7 à 13 : Je suis contente d'avoir continué parce que même si j'ai trouvé au départ la série bien trop lente, j'ai beaucoup plus apprécié la suite de la saison. Jessica m'a davantage convaincue, j'ai beaucoup apprécié sa relation avec Luke Cage et surtout avec Killgrave. Certains histoires secondaires sont réellement inutiles mais l'intrigue principale est vraiment intéressante, particulièrement grâce à David Tennant qui joue un méchant très convaincant et excellemment joué. C'est bien grâce à ce personnage que j'ai voulu continuer la série.
--> 16.5/20


Luke Cage saison 1 (2017) épisodes 1 à 8 : Après Jessica Jones, me voilà à regarder Luke Cage, et j'ai davantage apprécié celle-ci pour le moment. Dès le premier épisode, j'ai beaucoup apprécié l'ambiance de la série, dans ce quartier majoritairement afro-américain où la corruption et l'argent sont les principaux moteurs. J'ai l'impression de retourner dans les années 70 ou 80, mais j'aime beaucoup. Par contre, les méchants ne sont pas du tout à la hauteur de Fisk dans Daredevil ou surtout de Killgrave dans Jessica Jones. Mais les enjeux m'ont l'air assez importants pour aimer à suivre l'intrigue malgré, comme les deux autres séries, une certaine lenteur.
--> 16/20

vendredi 26 mai 2017

La Saga des Éternels : Le Codex d'Altura tome 1, James Maxwell
Depuis le jour où un enchanteur s’est servi de ses pouvoirs pour sauver son frère de la
 noyade devant ses yeux, Ella a trouvé sa voie. De larges ressources et connaissances sont
 cependant nécessaires pour rejoindre l’Académie des Enchanteurs et, déterminée, Ella étudie
 tous les livres qui lui tombent sous la main tout en vendant des fleurs. Son frère, Miro,
 rêve quant à lui de devenir l’un des meilleurs épéistes du monde et de manier les puissantes
 armes enchantées de sa nation pour défendre sa terre natale.  Pendant ce temps, une
 force sombre se dresse à l’est, conquérant tout sur son passage, et Miro part pour le front.
 En son absence, un charmant étranger, Killian, séduit Ella. Mais Killian a un secret, et des
 actes d’Ella dépendra bientôt le sort de son frère, de son pays, et du monde.



AVIS



Quelle aventure ! Après avoir conclu ce premier tome, je ne pourrais pas dire que l'auteur ne nous promet pas ici un univers de fantasy riche en histoires et en magie. Je ne m'attendais pas forcément à un univers aussi détaillé, et j'ai tout de même été servie. Aucun manque de ce côté-là mais plutôt du côté des personnages principaux qui m'ont paru parfois un peu trop lisses. Mais reprenons depuis le début. Avec la Saga des Éternels, nous voici plongés dans un monde médiéval fantastique contenant un empereur, Xénovere envieux de toujours plus de pouvoirs sur ses hauts seigneurs régissant chacun un pays/état, ce dernier étant protégé de sa magie par la haute enchanteresse, son Lexique serti de runes et ses enchanteurs. 

Depuis son enfance en Altura, Ella rêve de pouvoir entrer à l'Académie des enchanteurs alors que son frère Miro est destiné à devenir un des meilleurs Chante-lame du royaume. Élevés par le vieux Brandon depuis la mort de leurs parents, les deux adolescents sont déterminés à exceller dans leur voie afin d'avoir les meilleures chances possibles de protéger le royaume. Seulement, la guerre fait rage entre divers pays et Miro est rapidement envoyé au front alors qu'Ella finit ses études à l'Académie au côté de son amie Ember, promise à un destin qu'elle ne désire pas. Une bonne partie du récit s'intéresse principalement à Ella et Miro et expose leurs deux points de vue dans des situations complètement différentes. Le lecteur a véritablement le temps de se faire un avis sur ces adolescents, de s'y attacher... même si pour moi, ils manquaient quelques fois de profondeur. Ils sont dès le début de leur apprentissage très doués dans leur domaine respectif et représentent du début à la fin la figure du bien sans apporter de nuances au sein de leur caractère. Même s'ils vivent plusieurs mésaventures, ils arrivent toujours, et le plus souvent seuls, à retourner la situation à leur avantage. J'ai eu parfois l'impression de faire face, surtout avec Ella, à des protagonistes pas loin de la perfection, sans réels défauts qui puissent compliquer l'avancée de leur quête. 

Malgré cela, leurs aventures sont loin d'être ennuyeuses ! Avec Miro au front et Ella à la recherche du Lexique volé d'Altura qui renferme la magie et la protection de ce royaume, le lecteur a droit à une diversité dans les intrigues et les péripéties. Nos deux héros font la rencontre d'autres protagonistes, certains mineurs, d'autres qui vont révéler leur importance dans la suite du roman. Car après avoir majoritairement suivi Ella et Miro, j'ai été agréablement surprise du choix de l'auteur de laisser davantage de place aux autres personnages au sein des deux cent dernières pages, apportant avec eux une nouvelle dynamique. J'avais déjà beaucoup apprécié suivre l'évolution de la relation entre Ella et Leïla, une Dunfolk, être magique vivant en communauté dans la forêt. Les deux jeunes femmes font face à leur différences de culture et d'appartenance tout en acceptant l'autre. L'auteur laisse alors également davantage de place à Ember, qui n'est plus uniquement considérée comme la meilleure amie d'Ella à l'Académie, et qui est celle qui m'a le plus plu et surprise. Killian réussit également à surprendre le lecteur et à se surprendre lui-même au fur et à mesure où il en apprend davantage sur lui-même et sur ses aptitudes, ne se voyant plus seulement comme un voleur professionnel. Mais lui qui a toujours voulu que chaque nation soit égale, sera-t-il prêt à aider son supérieur à dérober les Lexiques ? L'homme aux commandes de cette grande machinerie est-il aussi louable qui ne le laisse paraître ? En tout cas, ce dernier sait qu'il est pour le moment loin de tout soupçon. Il ne manque pas d'hommes prêts à tout afin de changer la manière actuelle de diriger les différentes nations avec cet empereur en proie à plus de pouvoirs, ses hauts seigneurs plus préoccupés par leurs richesses que par leur peuple, et le Primat avec ses divers templiers qui déversent la bonne parole religieuse au sein de tout le royaume et gardant une place forte au sein de l'autorité. 

Ce premier tome ne manque donc pas d'intrigues et d'action, offrant à plusieurs reprises des ellipses afin de garder le récit dynamique et des personnages loin d'être inintéressants même si j'aurais apprécié que Miro et Ella soient parfois un peu moins "lisses". Les deux cent dernières se révèlent haletantes après une bonne part d'approfondissement des protagonistes et de l'univers dans la majeure partie du roman. Certaines choses auraient pu être moins prévisibles mais je ne me suis jamais ennuyée au sein de ces sept cent pages. Quelques similitudes avec d'autres romans fantasy comme Le Trône de fer sont percevables mais ne sont pas assez présentes pour gâcher la lecture. Je remercie donc beaucoup NetGalley et Amazon publishing pour m'avoir permis de découvrir ce premier tome qui j'espère va laisser ensuite place à un deuxième tout aussi bon et rythmé.



CONCLUSION
Un premier tome riche du côté de son univers fantasy avec
 différentes quêtes très diversifiées qui laissent place à plusieurs
 protagonistes, particulièrement deux, qui sont prêts à tout
 pour protéger leur royaume d'un mal qui s'accroît
 dangereusement.

mardi 23 mai 2017

Sans issue : Le Lac tome 2, Svetlana Kirilina
Des montagnes, une cabane perdue, un lac.
Dekh n’est pas vraiment seul. Mais c’est tout comme. Il est seul

 face à ses souvenirs, seul face à ses regrets.
Parfois, il se dit qu’il aimerait bien changer les choses.
Parfois, il se dit qu’il est juste fatigué.




AVIS


Aussitôt fini le premier épisode, aussitôt lu le suivant ! Le Lac est le deuxième épisode de la nouvelle saga de Svetlana Kirilina, que je remercie encore une fois pour sa confiance, publié le premier de ce mois. Après avoir exploré lors du premier épisode un moment de vie au sein d'une société urbaine très réglementée vécue au quotidien par différents personnages, nous voici ici dans les montagnes avec Dekh qui gravite autour du lac. Vieillissant et seul, il s'emploie dans ce décor apaisant et propice à la réflexion à se souvenir de son douloureux passé qui explique son actuel isolement. Le lecteur va alors pouvoir découvrir la rencontre entre Nell et Dekh, leur vie commune au milieu d'une guerre entre leur nation et celle voisine, et les confessions dans le présent de l'homme à Vors, un adolescent qui semble cohabiter avec Dehk. Les remords et les mensonges font partie intégrante de la vie de l'homme. Et en essayant d'expliquer la réalité des faits, il se rend compte de la difficulté encore tenue d'accepter le passé dans lequel chacun a commis des fautes. 

Ce nouvel épisode est indépendant du premier et de celui qui suivra, mais les thèmes convergent. Les libertés d'action et de penser restent au cœur de l'histoire et interrogent sur leur possible présence dans un contexte de guerre. Car dans ce climat-là, personne ne réfléchit et agit de la même manière. Certaines actes horribles deviennent pour certains inévitables et indispensables afin de garder le contrôle et le pouvoir que l'on a sur celui en face de soi. En temps de guerre, certains ne peuvent plus penser que pour eux-mêmes et leurs proches, mais pour leur nation ; et c'est à ce moment que les agissements ne s'accompagnent plus de questions. Néanmoins, celles-ci se représentent lorsque tout revient à la normale et s'immiscent au plus profond de ces hommes jusqu'à ce qu'ils se demandent qui ils sont réellement. Cet épisode m'a davantage plu, ne suivant principalement que deux personnages intimement liés, Nell et Dekh, qui doivent faire face à leurs choix et à leurs convergences de point de vue.  

Dekh nous entraîne dans la partie cachée du gouvernement et nous laisse entrevoir ce qui semble admis afin de récolter des informations. Mais sa culpabilité va gonfler jusqu'à devenir insoutenable au sein de sa famille. Tout le monde a des choses à cacher mais faut-il dénoncer ce qui nous semble mauvais et contraire à nos valeurs, ou baisser la tête et devenir  une partie intégrante de ce secret jusqu'à ne plus réussir à s'en défaire ? Le libre-arbitre est une des interrogations cruciales de cette histoire et laisse libre cours aux réflexions des lecteurs. Comment aurais-je réagi ? Est-ce que ce qui me semble affreux ou impossible à concevoir dans mon quotidien actuel ne serait pas inévitable dans un autre contexte ? Serai-je prêt à mentir jusqu'à la fin de ma vie pour protéger ma vie et celle de mes proches, perdant mon intégrité et mes valeurs ? Ce court récit pose sur la table de multiples questions et une manière de les résoudre. La fin est très bien pensée, comme le reste de l'histoire, et m'a particulièrement touché. J'ai maintenant hâte de découvrir ce que l'auteure nous réserve dans Les Ombres, le troisième épisode de Sans issue qui sortira le mois prochain.



CONCLUSION
Un deuxième épisode encore meilleur qui pose sur la table des
 questions importantes sur la liberté individuelle et sur ce que
 l'être humain est prêt à faire pour sa survie et celle de ses
 proches ou de sa nation.



AUTRE AVIS SUR CETTE SAGA
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/sans-issue-le-silence-tome-1-svetlana.html

AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/les-pates-froides-svetlana-kirilina-des.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2016/02/la-septieme-face-et-la-grande-coasseuse.html

dimanche 21 mai 2017




Les livres :

 

Sans issue : Le Silence tome 1 (2017) de Svetlana Kirilina : Un court récit sur la question de la liberté individuelle au sein d'une société qui régie la vie de ses habitants jusqu'à les rendre complètement indépendants d'elle. Seulement, il reste des personnes qui osent s'interroger et qui veulent agir pour une vie différente. C'est donc un premier épisode réussi dans lequel on rentre facilement et qu'on ne voudrait pas quitter aussi rapidement, mais qui peut également se suffire à lui-même.
--> 16/20 (chronique)




La Saga des Enchanteurs : Le Codex d'Altura tome 1 (2014) de James Maxwell : J'ai découvert un univers très bien travaillé autour de la magie des runes et des enchanteurs dans ces différentes maisons qui gouvernent les différentes villes dans lesquelles les protagonistes vont véhiculer. Si la plupart de l'intrigue ne s'intéresse qu'à deux personnages en particulier dans deux récits complètement différents, les deux cent dernières pages livrent également et plus en profondeur un approfondissement de plusieurs autres personnages très intéressants apportant une nouvelle dynamique et qui rend la fin de ce premier tome captivant avec de véritables enjeux.
--> 17/20



Les chroniques
Mes 7 ex (2017) de S.N Lemoing
La Voie des oracles : Thya tome 1 (2014) d'Estelle Faye



Les acquisitions :
         



Les films :



Welcome back (2015) de Cameron Crowe : J'ai trouvé qu'Emma Stone était toujours magnifique, encore plus rayonnante que dans les autres films dans lesquels je l'ai vu. L'alchimie entre elle et Bradley Cooper est palpable. Rebecca McAdams est également bien, mais ce n'est pas dans rôle que je l'ai préféré. Il m'a été par contre parfois difficile de suivre clairement l'intrigue. J'ai trouvé le tout un peu brouillon et je ne retiens réellement de ce film que le duo Stone/Cooper très convaincant.
--> 11/20









L'Interview qui tue ! (2014) d'Evan Goldberg et de Seth Rogen : Mais qu'est-ce que c'est que ce film ?! Dès le début j'ai adoré avec toute l'autodérision dont est capable Eminem dans sa courte apparition. Et ensuite, plus on avance dans ce film, plus l'histoire et les personnages deviennent déjantés ! J'ai eu un attachement particulier pour le personnage de James Franco que j'ai adoré, et son duo avec Seth Rogen fonctionne parfaitement. L'image de Kim Jong-Un est juste folle et les dialogues sont parfois complètement délirants mais tellement drôles.
--> 17/20



Les séries télé :

 

Jessica Jones saison 1 (2015) épisodes 1 à 6 :  Je reconnais que les plans et les couleurs sont belles mais j'ai eu le même problème qu'avec Daredevil : la lenteur de l'histoire. Ce n'est pas très dynamique et contrairement à Daredevil, j'ai un peu de mal avec le personnage principal. J'ai l'habitude de rencontrer l'actrice de Jessica Jones dans des rôles comiques, et ici, je ne la trouve pas toujours convaincantes. D'autres personnages sont pour moi insignifiants. Seul Kilgrave m'intéresse vraiment et j'ai bien envie de voir jusqu'où son obessession pour Jessica Jones va mener l'héroïne. 
--> 14,5/20








Santa Clarita diet saison 1 (2017) épisodes 3 à 10 : Cette série est rééllement à part. Il m'a été au début difficile d'accepter le ton complètement absurde de cette série mais j'ai réussi à m'attacher aux personnages, surtout à Joël que j'ai adoré dès le premier épisode. Après la surprise passée des deux premiers épisodes, j'ai passé un bon moment devant les huit autres épisodes même si j'ai trouvé que l'humour était parfois moins drôle et l'intrigue redondante. 
--> 15/20



Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ?

vendredi 19 mai 2017

La Voie des oracles : Thya tome 1, Estelle Faye
Thya est la fille de Gnaeus Sertor, général romain et héros de l'Empire. Mais Thya
 est aussi une Oracle, peut-être la dernière élue capable de démêler les fils de l'avenir. Elle
 est donc contrainte de se cacher en Gaule, au fin fond de la forêt d'Aquitania car, à Rome,
 comme partout ailleurs dans l'Empire, les chrétiens règnent en maîtres et font
 impitoyablement la chasse aux adorateurs des dieux anciens. Mais lorsque son père est
 laissé pour mort par des Pictes, Thya n'a plus d'autre solution que de fuir vers le nord pour
 suivre une étrange vision dans laquelle son père est toujours en vie.



AVIS


Une jeune oracle contrainte de taire sa véritable identité au sein de l'Empire romain où le christianisme tente par tous les moyens de faire disparaître les anciennes religions et cultes païens. Sur le papier, c'était fait pour me plaire. Seulement, j'ai toujours retardé le moment de me procurer ce premier tome, ce qui au final était peut-être un signe. Car le premier tome de La Voie des oracles a été une déception. J'ai eu vraiment du mal à continuer ma lecture au-delà des cent premières pages et ensuite de la conclure. Je ne remets absolument pas en cause l'univers de cette histoire qui est la seule chose qui m'aura poussé à poursuivre ce premier tome. J'ai apprécié me plonger au sein de la Gaule à l'époque antique tiraillée entre ses anciennes croyances et coutumes liées à la magie et la culture romaine et chrétienne qui prend le pas sur cette terre empreinte de nombreuses histoires. L'auteure nous plonge dans cette époque pleine de mystères et de mythes en n'oubliant pas tout le vocabulaire propre aux objets ou aux titres des protagonistes.  

Thya est la fille d'un éminent seigneur romain envoyée depuis sa tendre enfance sur les terres d'Aquitania afin de ne pas révéler au monde ses dons d'oracle et d'être condamnée à mort pour sorcellerie. Mais alors que son père se fait attaquer et se révèle proche de la mort, Thya a une vision de lui en pleine santé et à Brog, le lieu d'une de ses glorieuses victoires militaires qu'il a raconté maintes fois à sa fille. En proie à devenir la prisonnière de son frère Aedion, Thya décide de partir pour Brog où elle espère trouver des réponses. Seulement, je n'ai pas réussi à me faire à cette décision. Le lecteur doit suivre aveuglément cette jeune femme qui ne sait même pas ce qu'elle poursuit et ce qui l'attend, ce qui m'a fortement dérangé. Trop de mystères et pas assez d'enjeu selon moi. 

Lors de son voyage, Thya va rapidement faire la connaissance d'Enoch, un maquilleur volage et séducteur, et Mettius, un ancien soldat de son père. Ensemble, ils vont tenter d'atteindre Brog sans que les hommes d'Aedion ne réussissent à les arrêter. Les personnages ne m'ont pas laissé de fortes impressions, étant déçue de tant de prévisibilité dans leurs choix et actions et de tant de confiance sans fondement concernant les deux hommes pour Thya. Seuls ceux restés dans l'ombre tels que les anciens dieux et leurs seconds qui aident la jeune oracle dans sa quête m'ont fortement intrigué. Mais si je n'ai pas réussi à rentrer dans ce livre, c'est bien dû au manque parfois flagrant d'originalité au sein de l'intrigue, même si certains passages sont néanmoins surprenants, mais surtout dû au style assez particulier de l'auteure auxquels je n'ai pas accroché. J'ai été plus d'une fois déstabilisée par le choix assez original de la ponctuation qui m'a fait bloqué plus dune fois sur certaines fois et qui a donné une lecture parfois hachée. Je ne sais donc pas encore si je vais continuer cette aventure même si je trouve que la fin se détache du reste du récit, étant assez surprenante. L'époque dans lequel évoluent les personnages me donne envie de continuer mais j'aimerais être sûre que l'intrigue se montre beaucoup plus originale.



CONCLUSION
Une déception pour ce premier tome où tout ce que je
 retiendrai est l'univers bien fourni et détaillé au sein de cette
 Gaule en pleine transformation mais qui tient également à son
 héritage magique.

mercredi 17 mai 2017

Mes 7 ex, S.N Lemoing
À 32 ans, Juliette est toujours célibataire. Pour elle, qui aimerait fonder une famille,
 le temps presse. Elle a toujours eu comme principe de ne jamais donner de deuxième
 chance à un ex. Mais n'ayant rencontré personne d'intéressant depuis longtemps, c'est
 peut-être le moment de briser cette règle.
Aurait-elle déjà rencontré l'homme de sa vie ? Que sont devenus ses ex ? Avec l'aide de
 ses amies, elle va faire le point sur sa vie amoureuse.



AVIS


Après de la fantasy avec Powerful et du fantastique avec Shewolf, je découvre S.N Lemoing, que je remercie pour l'envoi de son livre, dans un tout autre genre : la romance. Je l'avais prévenu, ce n'est pas un genre qui m'est familier ou que j'apprécie beaucoup. Dès le début de ma lecture, j'avais donc peur de ne pas accrocher. Malgré tout, j'ai été plutôt étonnée d'apprécier autant cette histoire. Parce qu'elle a réussi à me parler et parce qu'elle réussira, je pense, à parler à une majorité d'individus dans notre société contemporaine. Juliette a trente-deux ans et souhaite enfin trouver un homme avec qui elle vivra une histoire d'amour durable et épanouissante. Malheureusement, depuis quelque temps, c'est le calme plat. Elle décide alors de déroger à sa première règle : ne pas ressortir avec un ex. Mais Juliette est une femme qui sait ce qu'elle veut et qui ne fait jamais les choses à moitié. Donc elle ne va pas se contenter de retrouver un de ses anciens petit-ami. Non, la jeune femme choisit de tous les revoir un par un afin de savoir si un de ces sept hommes pourrait être finalement l'homme de sa vie ou s'il est finalement complètement irrécupérable. Cette idée singulière et audacieuse va lui permettre de redécouvrir certains de ses ex sous un nouveau jour ou au contraire de se rendre compte que certains n'ont pas changé. 

Juliette va alors contacter ses hommes selon un ordre chronologique de rencontre en commençant par son premier copain au lycée jusqu’au dernier il y a déjà quelques temps. Le récit expose le contexte de l'époque, expliquant la manière dont a commencé puis fini chaque idylle. Il est vrai que le premier récit ne m'a pas beaucoup intéressé. On ressent bien tout le côté éphémère de cette relation qui n'aurait pas pu aller plus loin à l'époque du lycée et qui n'est naturellement pas vraiment approfondi côté sentiment. J'ai été plus attentive par la suite avec Thomas qui, sans trop savoir pourquoi, m'a beaucoup attendrie et touchée. Il est très pertinent de comprendre des années plus tard la raison parfois floue de la rupture entre Juliette et ses différents hommes. On comprend rapidement, même elle le fait souvent remarqué, que Juliette se coltine souvent le plus gros du travail face à des hommes timides ou indécis. Tout le profil d'une femme forte et moderne !

Plus les rencontres avec ces différents hommes avancent et plus l'histoire devient intéressante. Alors que certains personnages restent en retrait, d'autres sont exploités au maximum tel que Guillaume et Achille. Chaque homme a le droit à son chapitre personnel même si parfois l'un deux revient dans la vie de Juliette, ce qui peut casser cette idée de redondance et apporter un surplus de fluidité et de dynamisme. C'est étonnant la façon avec laquelle j'ai pu parfois me retrouver moi-même dans certaines de ces histoires amoureuses sans forcément réagir tel que Juliette qui n'a jamais peur de dire ce qu'elle pense ou d'agir en conséquence. Certaines situations sont délicates, voire quelques fois cauchemardesques. L'auteure laisse place à toutes sortes de relations, de la plus mignonne à la plus farfelue et destructrice. Donc, même en étant loin d'être une fan de ce genre de lecture, Mes 7 ex a été pour moi une bonne dose de fraîcheur entre deux de mes lectures fantastique ou de science-fiction. Mêlé de moments drôles, touchants, crispants et humains, le combo final est convaincant et ne manque pas de réalisme.



CONCLUSION
Une romance contemporaine et extrêmement moderne du point
 de vue de la femme et de ses interrogations lorsqu'il s'agit de sa
 vie amoureuse. Juliette est une femme forte qui n'a pas peur de
 faire des choix et de redécouvrir ses ex en espérant trouver
 parmi eux le bon.



AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2015/10/powerful-le-royaume-dharcilor-tome-1-s.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/shewolf-lapprivoisement-tome-1-s.html

mardi 16 mai 2017

Sans issue : Le Silence tome 1, Svetlana Kirilina
La guerre a laissé des traces. Des traces qu'on a tenté d'effacer. Des
 traces qu'on a tenté de camoufler. Avec succès.
La vie est devenue meilleure. La vie est devenue simple.
Mais tout le monde ne semble pas de cet avis.




AVIS 


Il est très difficile de juger une histoire sur un si petit nombre de pages. N'étant pas fan des nouvelles dû le plus souvent à l'absence d'approfondissement des personnages et de l'univers, j'ai pourtant eu très envie de lire ce court texte qui s'inscrit comme le premier épisode d'une nouvelle saga. Et c'est bien pour cela que j'ai souhaité tenter le coup, et je remercie Svetlana Kirilina pour m'avoir une nouvelle fois fait confiance, m'imaginant que le manque d'informations que je pourrais ressentir dans ce premier épisode serait compenser par la suite. Le défi de l'auteur est simple : produire une nouvelle pour chaque premier du mois sur des thèmes similaires telles que la recherche de liberté, la dictature ou les mouvements autoritaires. Chacune est par contre indépendante, ce qui m'a surprise à la fin de ma lecture. Je suis directement rentrée dans l'histoire, dans cette ville où la société materne réellement ses habitants jusqu'à devenir indispensable pour eux. Par l'intermédiaire de la radio allumée continuellement, Gul, comme tout autre membre de la ville, vit en fonction de ce que lui enseigne cette voix étrangère devenue néanmoins familière depuis la fin de la guerre quelques années auparavant. Elle prend réellement le pas sur sa vie en l'éloignant des autres pour lesquels ils ne portent aucune attention. Mais un jour, Gul et les autres habitants sont réveillés par le silence. Et lorsque le bruit s'efface, les interrogations commencent à naître jusqu'à ne plus réussir à partir avant d'avoir réussi à résoudre ce casse-tête. Comment continuer à vivre de la même manière lorsque la chose qui nous aidait à avancer a disparu ? Comment ne pas craindre sa perte définitive ? Comment réagir lorsque l'on se rend compte qu'on aurait pu réfléchir par nous mêmes et faire un pas vers l'autre depuis le début ? 

Par l'intermédiaire de Gul mais également de Jo et Tal qui se posent différentes questions et dont j'ai apprécié la dynamique, l'auteur nous met face à des protagonistes qui réagissent différemment à la société mise en place. Soit endormis, soit envieux d'action ou de renouvellement, ils avancent jour après jour en se questionnant sur ceux qui les dirigent. Sur cette société où une élite est toujours privilégiée, où la blancheur des murs et de son environnement ne réussit pas à convaincre tout le monde sur la pureté de ce monde après la guerre, où la peur reste toujours le meilleur moyen de garder entre ses mains l'avenir de toute une ville. Je ne suis donc pas déçue de cette nouvelle tout en sachant que la prochaine racontera l'histoire de nouveaux personnages dans un nouvel environnement. Je n'ai pas réellement ressenti de frustrations après la fin de cette histoire qui se clôt très bien, ne nous laissant comme questions que celles que l'on pourrait également se poser au sein de notre réalité. J'ai retrouvé avec plaisir quelques thèmes communs avec Les Pâtes froides avec des protagonistes tout aussi intéressants même si évidemment moins fournis. Ce texte peut aider à réfléchir sur ce qui nous entoure et la relation que l'on entretient avec autrui, ce qui m'a particulièrement frappé lors de la scène du métro qui pourrait très bien se retranscrire dans notre quotidien actuel. 


« Dans la rue, les gens étaient silencieux. Gul ne savait pas si c’était normal.
 En général, le trajet jusqu’au travail se faisait avec la radio. Il ne savait pas si
 les gens parlaient. Il n’y avait jamais fait gaffe. Mais maintenant, ils
 se regardaient et ils n’osaient rien dire. »



CONCLUSION

Une nouvelle convaincante qui dispose de réflexions
 intéressantes sur la liberté de chacun au sein d'une
 communauté plus ou moins réfractaire à l'individualisme
 ou à une quelconque forme de protestation.
AUTRE AVIS SUR CETTE SAGA
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/sans-issue-le-lac-tome-2-svetlana.html



AUTRES AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/les-pates-froides-svetlana-kirilina-des.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2016/02/la-septieme-face-et-la-grande-coasseuse.html

dimanche 14 mai 2017




Les livres :

 



La Voie des oracles : Thya tome 1 (2014) d'Estelle Faye : J'ai apprécié l'univers empreint de magie et d’histoire à cette époque qui me plait particulièrement mais je n'ai pas réussi à me faire à l'écriture de l'auteure qui m'a plus d'une fois bloqué. Ma lecture a été alors saccadée, surtout que je ne voyais pas où l'intrigue voulait me mener. De plus, je n'ai pas été intéressée par les personnages principaux, étant davantage intriguée par ceux dans l'ombre, les dieux et leurs seconds.
--> 12/20



Les chroniques :
Corps d'État (2016) de Christophe Martinolli
Shewolf : L'Apprivoisement tome 1 (2016) de S.N Lemoing



Les acquisitions :



Les films :

 


Insaisissables (2013) de Louis Leterrier : J'ai revu ce film avec un autre ressenti. Lors de ma première diffusion, j'avais adoré les premières aventures des Quatre cavaliers, des magiciens capables de braquer des banques pendant leur spectacle. Mais en ayant vu le deuxième film à sa sortie cinéma, revoir le premier m'a fait voir toutes les incohérences et invraisemblances. Parfois, je me disais que ces magiciens étaient prêts pour Poudlard ! Ça reste un bon divertissement dont j'ai hâte de voir le troisième film.
--> 16/20


 






Zodiac (2007) de David Fincher : J'avais beaucoup entendu parler de ce film et le trio Gyllenhaal/Ruffalo/Downey m'a donné très envie de le regarder. Au final, c'est un film bien ficelé, qui gère bien les ellipses tout au long de cette enquête policière qui prend le pas sur la vie privée de ceux qui s'y intéressent. J'ai ressenti un bon moment de flottement et de lenteur à la moitié du film, mais celui-ci se rattrape par la suite grâce à ses acteurs et à l'intrigue qui arrive à se renouveler.
--> 16/20



Les séries télé :





Girlboss saison 1 (2017) épisode 1 : Cette série m'a été recommandée par ma meilleure amie qui l'a beaucoup apprécié. Pour moi, ça n'a pas été une réussite. Une scène en particulier m'a plu par son côté un peu absurde, mais à part ça, je n'ai pas accroché. Britt Robertson ne m'a pas convaincue dans ce pilot, son rôle ayant l'air d'être vraiment exaspérant et le peu qu'on voit de cette série avec le premier épisode ne m'a pas donné forcément envie de continuer.
--> 11/20





 
Santa Clarita diet saison 1 (2017) épisodes 1 et 2 : Avec le premier épisode de cette nouvelle série, je me suis vraiment demandée où j'avais débarqué. C'est complètement absurde, irréaliste, très loin d'être crédible. Mais j'ai voulu voir le deuxième épisode parce que les acteurs et la production s'éclatent réellement et ça se ressent. Voir Drew Barrimore dans ce rôle est assez rafraichissant et j'ai adoré dès le début Timothy Olyphant qui joue son mari. La suite promet des dialogues et des scènes complètement surréalistes et souvent à mourir de rire. C'est clairement un ovni décalé et déjanté. Après, je ne sais pas si ça va tenir sur la longueur, mais pour le moment, j'ai bien envie de continuer même si j’espère accepter davantage le contrat de base.
--> 14/20


 
Riverdale saison 1 (2017) épisodes 9 à 13 : Je ne sais pas si c'est moi ou la série mais j'ai trouvé la deuxième partie de celle-ci moins bonne. En même temps, j'ai repris Riverdale après avoir regardé 13 reasons why, et j'ai donc pu remarqué la différence de jeu d'acteurs dans ces deux séries qui mettent en scène des adolescents. Tout d'un coup, je me suis rendue compte de tout le côté théâtral qu'utilise certains personnages. Le meurtre de Jason est réellement au second plan pendant plusieurs épisodes où c'est le calme plat. Il faut attendre les deux derniers pour qu'il se passe une multitude de choses et de rebondissements. Je regarderai la suite avec plaisir en espérant que les nouvelles intrigues ne seront pas forcément que centrées sur des problèmes d'ados.
--> 14,520


13 reasons why saison 1 (2017) épisodes 1 à 13 : Je n'ai pas pu m'arrêter avant la fin. Au départ, on peut penser que les raisons pour lesquelles Hannah décide de se suicider sont minces et sa décision extrême. Mais au fil de la saison, les problèmes s'intensifient et progressent jusqu'au point de non retour pour cette jeune fille qui ne trouve plus de bouée de sauvetage. Assez étonnamment, tous les acteurs sont bien choisis et jouent très bien leur rôle. Beaucoup de personnages sont vraiment exaspérants, même Hannah a réussi à la longue à me gonfler, mais on ne peut pas, je pense, rester de marbre avec tout ce qui lui arrive, surtout avec cette réalisation qui ne cache rien aux téléspectateurs. Je me suis par contre profondément attachée aux parents d'Hannah qui sont complètement désœuvrés et qui tentent de comprendre, et à Clay qui m'a fait de la peine tout au long de la saison. Comme lui, on doit faire face à la fatalité, ne pouvant rien changer au passé lorsque l'on sait déjà la finalité pour Hannah. Les épisodes sont parfois inégaux mais je suis contente d'avoir découverte cette série triste mais très bien réalisée. Avant de finir, je n'étais pas du tout pour une deuxième saison mais c’est vrai que le final laisse des ouvertures, des interrogations sur certains personnages qui m'intriguent.
--> 16,5/20



 Et vous, qu'avez-vous lu/vu cette semaine ?

jeudi 11 mai 2017

Shewolf : L'Apprivoisement tome 1, S.N Lemoing
Stéphanie est une jeune femme comme une autre, jusqu'au soir où elle se fait enlever
 par un serial killer. Elle tente désespérément de s'enfuir quand une mystérieuse créature
 la mord à la jambe...



AVIS 


« Il y a des gens à qui il arrive toujours des choses extraordinaires ou drôles,
 des coups de chance incroyables. Mais moi, ce genre de péripéties, ça ne m'arrive
 pas vraiment. Du moins, ça ne m'était pas encore arrivé. À l'heure d'aujourd'hui,
 bien que je sois allongée par terre avec deux balles dans le ventre, baignant dans une
 mare de sang, je ne sais toujours pas si je regrette ce changement ou non. »


Moi qui ne suis généralement pas spécialement branchée loup-garou, j'avais bien envie de savoir ce que donnerait ce premier tome après avoir adoré Powerful, un roman fantasy de la même auteure. Je remercie donc S.N Lemoing pour m'avoir tournée vers Shewolf qui a été une lecture brève mais très sympathique. Lors des deux premiers chapitres, je m'attendais à passer un bon moment sans pour autant entièrement rentrer dans le récit. Le début de cette lecture ne regorge pas d'originalité ; néanmoins, j'avais envie de savoir si l'auteure choisirait de nous emmener sur un chemin inconnu, loin des autres livres sur les loup-garous. Et je n'ai pas été déçue sur ce point-là. Stéphanie, jeune parisienne travaillant dans une maison de retraite, se fait kidnapper par un inconnu lors de son jogging en forêt. Enfermée dans la voiture de son ravisseur, elle est sur le qui-vive, prête à décamper le plus loin possible. C'est alors qu'essayant de le distancer en pleine forêt, Stéphanie et son poursuivant se font attaquer par une mystérieuse bête. Les jours suivent et Stéphanie reprend sa vie quotidienne après quelques jours à l'hôpital. Seulement, sa vie, sans qu'elle ne sache pourquoi, a changé. Elle guérit plus vite, sa vue est intacte, ses sens sont amplifiés. Il ne manquera plus que la nuit de pleine lune pour lui faire prendre conscience de sa nouvelle condition : par la morsure de cette bête, elle est devenue un loup-garou. La jeune femme va alors tenter de vivre avec, de rencontrer des personnes comme elle afin de l'aider à se maîtriser et à ne blesser personne. Avec l'aide de Steve et de Marina, une ancienne amie de lycée fraîchement retrouvée, Stéphanie va devoir faire face à sa nouvelle condition, apprendre à se défendre, et à tout faire pour qu'aucun humain ne découvre son secret. Mais, il est assez compliqué de cacher sa nature lorsque le policier en charge de retrouver son agresseur, qui serait également un serial killer, fouine de plus en plus vers la piste de cette mystérieuse créature. 

Ce premier tome qui s'inscrit comme une très bonne mise en bouche ne manque pas de dynamisme. Entre les nouvelles capacités de Stéphanie qu'elle doit contrôler et cette affaire d'enlèvement en série, la jeune femme n'a pas le temps de s'ennuyer. Le personnage principal n'est pas une combattante née, même si elle fait rapidement des progrès, et n'est pas une super héroïne dès le début, et on peut dire que ça fait du bien face à toutes ces femmes super fortes et indestructibles dans la plupart des livres du genre. Le lecteur peut facilement s'identifier à Stéphanie qui s'interroge sur elle-même et sur ses nouvelles aptitudes comme une personne lambda le ferait et qui réagit le plus souvent de manière réaliste face aux nombreuses situations qui sortent de l'ordinaire. Les autres protagonistes ne sont également pas similaires à ce qu'on rencontre habituellement, entre Marina, l'humaine qui n'a ni froid au yeux ni sa langue dans sa poche, et Steve, ce jeune homme protecteur et combatif qui ne dégouline pas de bons sentiments ou d'un trop plein de testostérones. Les pages défilent toutes seules tellement il est agréable de suivre les découvertes quotidiennes de Stéphanie sur sa condition de loup-garou, de suivre ses entraînements avec Steve, ou même de prendre le temps d'apprécier les quelques brefs échanges entre Stéphanie et les habitants de la maison de retraite où elle travaille. Le style est plus simple et classique que celui que j'ai rencontré dans Powerful, mais la fluidité et le dynamisme dans l'écriture m'a bien convenu. Les personnages secondaires n'ont pas encore pris beaucoup de place, restant néanmoins pour certains dans ma mémoire comme Norah, et j'espère les retrouver dans la suite des aventures de Stéphanie. Cette fin rapide mais non précipitée me donne évidemment envie de découvrir la suite de cette histoire sans prise de tête, sympathique et le plus souvent drôle.


« Si seulement quelqu'un pouvait me sauver, me sortir de cette galère, déplorai-je.
- Ne cherche pas un sauveur, sois ton propre héros. »



CONCLUSION
Un premier tome qui pose les bases de l'histoire tout en se
 révélant très dynamique. L'héroïne simple et attachante se
 démène afin de réussir à comprendre sa nouvelle nature tout
 en essayant de la dissimuler aux humains et surtout à ses
 proches.



AUTRE AVIS SUR CETTE AUTEURE
http://entournantlespages.blogspot.fr/2015/10/powerful-le-royaume-dharcilor-tome-1-s.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2017/05/mes-7-ex-s_17.html

mardi 9 mai 2017

Corps d'État, Christophe Martinolli
Erwan est un jeune assistant parlementaire. Du jour au lendemain, le cours de sa vie
 bascule dans l'angoisse. La campagne électorale de la présidentielle a été éreintante.
 Il comptait se reposer, et avait promis de prendre soin de sa femme Claire : ils attendent leur
 premier enfant. Le soir-même de sa réélection, le chef d’État s’est effondré sur l'estrade de la
 Concorde, foudroyé par une attaque cardiaque... Paris est en état d'urgence. Le lendemain, sa
 meilleure amie et collègue Ambre découvre qu'il ne s'agit pas d'une mort naturelle. Elle
 devient la seule témoin d'un complot contre le président de la République française.
 Menacés et traqués par des hommes d’État, Erwan et Ambre, ne peuvent compter
 que sur eux-mêmes...



AVIS 


Le soir des élections présidentielles, Erwan, assistant parlementaire, est celui qui apporte en main propre l'enveloppe à Laurent Terrier afin de savoir s'il renouvelle son mandat ou s'il laisse sa place à son concurrent. Les votes étaient serrés mais le résultat est indéniable : Laurent Terrier a été réélu Président de la République. Malheureusement pour lui, son second mandat va se révéler extrêmement court, car le soir-même, le Président va mourir devant les caméras d'une crise cardiaque. En attente d'un nouveau vote, l'ex-femme du défunt, Michelle Desrivières va prendre sa place. Erwan et sa femme Claire, presque arrivée au terme de sa grossesse, comptent reprendre le cours de leur vie ensemble après les mois éreintants de campagne auxquels Erwan a pris part. Cependant, la vie du jeune assistant parlementaire va être rapidement chamboulée par la découverte d'une horrible complot. Ambre, sa collègue et meilleure amie, a été malgré elle le témoin d'une conversation qui ne laisse aucune place au doute : la mort du Président n'était pas accidentelle. Ambre, maintenant en danger, va laisser des indices de toute cette manigance à Erwan afin qu'il l'aide à tout dévoiler. Malheureusement, les événements ne vont pas être enclins à les aider, les deux assistants devant survrire à cette nouvelle traque dont ils sont les victimes. Erwan va tout tenter afin de rester en vie et de garder les indices trouvés à sa portée pour laisser place à la vérité. 

Lorsque que Christophe Martinolli m'a proposé de découvrir son livre, j'ai tout de suite accepté au vu du résumé. C'est bien le genre de récit qui me plait, et l'intrigue est bien menée. Seulement, elle n'est pas assez exploitée selon moi. Quand j'ai aperçu le nombre de pages du roman avant le début de ma lecture, j'ai déjà commencé à avoir peur. Car les idées sont bonnes, mais pourquoi l'auteur n'a pas tenter d'approfondir son histoire, que ce soit du coté des péripéties, du déroulement de l'intrigue, ou des personnages et leurs liens entre eux ? J'ai apprécié la lecture mais elle a été tellement rapide que je n'ai pas réussi à m'imprégner de l'histoire, à la vivre en même temps qu'Erwan et Ambre. Moi qui aime particulièrement les récits détaillés et poussés, il est vrai que Corps d'État ne répond pas à cette demande. Il n'en reste pas moins vraisemblable et sensé, avec des éléments très intéressants. Ce court thriller pourra plaire à beaucoup de lecteurs qui recherchent principalement de l'action et un dynamisme indéniable tout au long du récit, et non pas une enquête qui met du temps à se mettre en place.



CONCLUSION
Par le faible nombre de pages, je n'ai malheureusement pas
 réussi à m'intéresser suffisamment à cette histoire qui est
 pourtant intéressante à suivre avec une intrigue qui tient la
route.