jeudi 31 mars 2016



Bonjour tout le monde ! Me voici aujourd'hui avec mon bilan livresque du mois de mars. Celui-ci est moins conséquent que les deux premiers mois, étant en pleine panne de lecture, mais j'ai néanmoins réussi à lire 7 livres dont une petite déception. J'espère pouvoir lire davantage pendant le mois d'avril, surtout quand je vois le prévisionnel que je me suis concoctée..


Mon top 3 :


         


La douce, Fedor Dostoïevski (chronique) 19/20
Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde (chronique) 18/20
La fortune des Rougon, Émile Zola (chronique) 15/20


Les autres livres lus :
      

Les études post-coloniales, Jean-François Bayart 15/20
 Demian, Hermann Hesse (chronique) 14/20


    

Cartes postales, Henry J-M. Levet (chronique) 13/20
La métamorphose, Franz Kafka (chronique) 12/20

Mes acquisitions :
    

Du côté de chez Swann, Marcel Proust
L'Appel de la forêt, Jack London
Cartes postales, Henry J-M. Levet

     

Les 120 journées de Sodome, Sade
Aphrodite, Pierre Louÿs
De force, Karine Giebel
Une pièce montée, Blandine Le Callet 


Mon prévisionnel :
          

Crime et châtiment Volume 1, Fedor Dostoïevski
 Fils-des-Brumes : L'empire ultime tome 1, Brandon Sanderson
Le père Goriot, Honoré de Balzac

              
          
Les Outrepasseurs : La Reine des neiges tome 2, Cindy Van Wilder
Le puits des mémoires : Les terres de cristal tome 3, Gabriel Katz
De force, Karine Giebel


Bon mois d'avril à tous/toutes, et régalez-vous avec vos prochaines lectures !

mercredi 30 mars 2016

La Fortune des Rougon
Issus de la paysannerie enrichie, les Rougon portent en eux l'avidité du
pouvoir et de l'argent. Une des branches de la famille, les Macquart, sera
marquée par l'hérédité de l'alcoolisme, du vice et de la folie. Le coup d'Etat
du 2 décembre 1851 entraîne les Rougon dans la conquête de Plassans,
la capitale provençale du roman. La haine de l'empereur pousse Silvère,
petit-fils de la matriarche, et Miette, sa femme, dans l'insurrection
républicaine. De ces passions et de ces fureurs naîtront cent personnages,
et celui, aux mille visages anonymes, de la foule et de la collectivité qui
préfigure le XXe siècle.
 
 
AVIS 
 
“Selon l’opinion commune, les Rougon-Macquart chassaient de
race en se dévorant entre eux ; la galerie, au lieu de se séparer,
les aurait plutôt excités à se mordre.”
 
 
 
On peut dire que j'ai un rapport particulier avec Zola. J'ai adoré Germinal, bien apprécié L'Oeuvre, mais je me suis profondément ennuyée avec Nana... Donc je me suis demandée : Est-ce que j'arrête avec cet auteur, ou je continue avec un risque de m'ennuyer encore une fois ou de tomber sur une pépite ? Étant en études littéraires, je me dit que ça ne me ferait pas de mal de lire davantage de livres de Zola, comme d'autres auteurs extrêmement reconnu dans la littérature française. Et tant qu'à me replonger dans la "saga" des Rougon-Macquart, autant commencer par le premier ! La Fortune des Rougon nous amène aux prémices de l'histoire de cette grande oeuvre constituée de vingt livres. Le moment où les Rougon et les Macquart se divisent et s'entre-déchirent, une haine qui va se perpétuer au fil des générations.

Adélaïde Fouque est celle par qui tout commence. En se mariant avec Rougon, un jardinier, elle donne naissance à son premier enfant, Pierre Rougon. Mais à la mort de son mari, Adélaïde retrouve un partenaire, le contrebandier Macquart avec qui elle aura deux enfants, Antoine et Ursule. Pierre Rougon, marqué par le désir de cette branche familiale, devenir bourgeois, va tout faire pour mettre à la rue Antoine et marier Ursule. Antoine Macquart, qui lui aussi aura pris les traits principaux de sa branche, est un homme feignant et ivrogne qui se fera entretenir par sa famille jusqu'à ce qu'il fuit son pays. Voici la première et deuxième génération de ces deux familles. Mais il serait trop long de présenter tous les protagonistes. Après ces quatre-là, les principaux sont évidemment Silvère Mouret, fils d'Ursule qui tombe amoureux de Miette, fille de bandit. Tous les deux vont se battre pour le coup d'État du 2 décembre 1851 et vont vivre malheureusement des événements désastreux.

Ce livre a été une très bonne lecture grâce à ses personnages intéressants et extrêmement bien développés. Zola en fait une parfaite description et les utilise d'une bonne manière. Néanmoins, j'ai été, particulièrement avec ce livre, ennuyée par les longueurs. Maître du naturalisme, Zola décrit tout : les personnages, les lieux, les faits,etc... Et dû à cela, les trois premiers chapitres ont été pénibles pour moi, car ça n'avance pas du tout. Il nous décrit entièrement Plassans et à cause de cette (trop) longue description, je n'ai pas réussi à rentrer facilement dans le récit. Mais la suite a été pour moi plus attirante. Le récit de ces personnages au temps de la révolution, désirant tous quelque chose de différent, a été très intéressant à suivre. Et malgré les points qui m'ont gêné, j'ai envie de lire la suite, avec La Curée. 


"On ne fonde une nouvelle dynastie que dans une bagarre. Le sang est
un bon engrais. Il sera beau que les Rougon, comme certaines illustres
familles, datent d'un massacre."
 
 
CONCLUSION
Une description initiale interminable qui amène par la
suite à un récit très bien construit avec des
personnages et un contexte attrayants.
 
 
AUTRES AVIS DE CET AUTEUR

vendredi 25 mars 2016

Cartes postales
C’est un tour du monde en dix poèmes exotiques. C’est le chef-d’œuvre
de Henry J.-M. Levet. Cartes Postales, c’est l’Égypte, l’Argentine, le Japon,
mais aussi l’irrémédiable lenteur des paquebots. Les poèmes de Levet, doux
et mélancoliques, ont influencé Valery Larbaud, qui les a édités avec Léon-Paul
Fargue en 1921.
 
 
AVIS 
 
"Le soleil se couche en des confitures de
crimes,
Dans cette mer plate comme avec la main."
 
 
Ne connaissant pas ce recueil avant la semaine dernière, j'ai pu le découvrir grâce à l'application 1livregratuit qui propose un livre numérique gratuit par jour (sauf week-end). Mais si j'ai apprécié certains poèmes, d'autres sont restés incompréhensibles pour moi.

Écrits entre 1900 et 1902 et édités en 1920 par Valéry Larbaud après la mort d'Henry J-M. Levet, ces poèmes proposent un tour du monde de cette époque. Japon, Égypte, pays colonisés par la France, l'auteur s'attache à ces paysages et lieux pour produire sa poésie. Mais ce ne sont pas ces endroits avec climats et cultures différents de la France ou de l'Europe qui sont finalement le plus mis en lumière. L'auteur va utiliser ce prétexte de voyages dans ces régions du monde pour présenter à chaque fois des êtres humains dans leur quotidien, dans leur joie ou dans leur détresse, comme cet homme au Japon qui avait perdu sa fille. Henry Levet s'accroche à l'humain qui peut nous sembler similaire, peint sur des paysages distincts du nôtre.

Malheureusement, je n'ai pas toujours réussi à comprendre le sens premier voire multiple de certains poèmes. Le poète a un style assez particulier et il a réussi à me perdre plus d'une fois. Étant novice dans ce genre, je trouve cela plutôt naturel de ne pas tout comprendre, mais lorsque je vois que j'arrive davantage discerner le fond de poèmes antérieurs au XXème siècle, je me dis que ce n'est peut-être pas moi la cause. L'écriture peut néanmoins se révéler à certains moments très délicate et plaisante à lire.


"Regrettez-vous le temps où le ciel sur
la terre
Marchait et respirait dans un peuple de
dieux"
 
 
CONCLUSION
Même si j'ai apprécié certains de ses poèmes pour leur
visée et le style de l'auteur, celui-ci m'a également
perdue de nombreuses fois ne comprenant pas toujours
ce que je lisais, ce qui a terni ma lecture.

mercredi 23 mars 2016

La Douce
"Figurez-vous un mari dont la femme, une suicidée qui s'est jetée par la
fenêtre il y a quelques heures, gît devant lui sur une table. Il est bouleversé
et n'a pas encore eu le temps de rassembler ses pensées. Il marche de
pièce en pièce et tente de donner un sens à ce qui vient de se produire."
Dostoïevski lui-même définit ainsi ce conte dont la violence imprécatoire est
emblématique de son oeuvre. Les interrogations et les tergiversations du
mari, ancien officier congédié de l'armée, usurier hypocondriaque,
retrouvent ici une force peu commune.
 
 
AVIS 
 
"certaines idées, dès lors qu'on les prononce, si on les dit avec des
mots, ça fait d'une bêtise terrible. Ça fait qu'on en rougit soi-même. Et
pourquoi ? Pour rien. Parce que nous sommes tous de la saleté, que
nous ne supportons pas la vérité, ou je ne sais pas pourquoi."
 
 
 
Après l'excellente découverte des Carnets du sous-sol, j'ai souhaité approfondir mon expérience avec cet auteur. Alors que le premier volume de Crime et châtiment m'attends gentiment dans ma bibliothèque, j'ai voulu y aller en douceur, préférant pour le moment des nouvelles, dont La Douce. La Douce n'a fait qu'amplifier mon appétit littéraire pour Dostoïevski et la littérature russe que je connais encore trop peu. À la lecture de cette nouvelle, j'ai retrouvé les mêmes impressions et sentiments que j'avais eu pour Les Carnets du sous-sol. Un monologue captivant, des émotions profondes, un ton tranchant et un style envoûtant, voilà ce que vous réserve les oeuvres de Dostoïevski.

Un homme, prêteur sur gages, va nous raconter par un long monologue, l'événement tragique qui l'assaille depuis le début de cette journée : le suicide de sa femme. Il arrive à comprendre son geste sans l'accepter. Il n'arrive qu'à remettre l'entière faute sur ses épaules à elle, en jurant à son public imaginaire qu'il l'a toujours aimé mais que malheureusement ces deux êtres n'étaient peut-être pas faits pour être liés. Dès le début, nous connaissons la fin de l'histoire, ce qui n'empêche pas de rester accroché au récit grâce au style de Dostoïeveski qui parvient à attirer et accrocher son lecteur dès les premières phrases pour le relâcher qu'à la dernière ligne. Au lieu d'actions, il nous présente la psychologie de ces deux personnages, leur union. Une vie de couple faite d'une multitude de silence, de froideur, de peur, de haine pour l'une et d'amour pour l'autre.

Ce monologue intérieur recèle une profonde humanité, un langage parfaitement retranscrit et stylisé. C'est un classique, comme tant d'autres, intéressant à lire, nullement ennuyant et soporifique. L'intemporalité de ce texte, comme d'autres nombreux de cet auteur, est réellement présente et produit une fascination encore aujourd'hui pour Dostoïevski et pour ses œuvres. Je pense maintenant que je ne vais pas attendre longtemps avant de commencer Crime et châtiment, un des livres les plus reconnus de cet auteur avec Le Joueur et L'Idiot.
 


"Car pourquoi est-elle morte ? La question est toujours là. La question me
vrille. Elle me vrille le cerveau. Je l'aurais bien laissée comme ça."
 
 
CONCLUSION
J'ai été encore une fois envoûtée par l'écriture et le style
de Dostoïevski et par l'évolution des relations entre ces
deux personnages différents qui forment un couple
dysfonctionnelle.
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

lundi 21 mars 2016

Bilan PAL d'Hiver + PAL de Printemps

Bonjour ! Ca y est, le soleil revient en force et nous fait déjà profiter d'une
 certaine chaleur les après-midis. Le printemps se fait sentir, et il est alors
 temps de faire un bilan sur les livres que je m'étaient "contrainte" à lire au
 chaud sous ma couette cet hiver. Mais il est temps également de vous
 faire découvrir ma PAL de Printemps, dix livres que j'espère réussir à
 lire à cette période. Voici pour commencer les livres de ma PAL d'Hiver
 que j'ai réussi à lire (cliquez sur les couvertures pour accéder aux chroniques) :

          
          
     


PAL de Printemps :


La couronne des sept royaumes : Le complot des magiciens tome 1


C'est avec une impatience doublée d'une légère angoisse que le jeune Tavis, fils du duc de Curgh, voit se rapprocher au-delà des remparts les joyeuses banderoles du festival. Lors de cet événement, en effet, les adolescents sont soumis à l'épreuve de la révélation, durant laquelle les Glaneurs Qirsi, de mystérieux magiciens dévoilent à chacun une partie de son futur destin. On a toujours répété à Tavis qu'il deviendrait Duc, puis roi, à la suite de son père. Et si la Révélation lui apprenait le contraire ? Lorsqu'il ressort de son entrevue avec le magicien Qirsi, Tavis n'est plus le même homme : ce que lui a révélé le Glaneur est si terrible, si effrayant qu'il refuse de le croire... Mais peut-on lutter contre sa destinée ?

Genre : Fantasy



La couronne des sept royaumes : Le prince Tavis tome 2


Le spectre de la guerre civile a étendu son ombre glaciale sur le royaume d'Eibithar. Le mariage qui devait sceller l'union entre les puissants duchés de Curgh et de Kentigern a versé dans l'horreur lorsque la jeune Brienne de Kentigern a été retrouvée assassinée, au lendemain du banquet de noce, dans le lit de Tavis de Curgh. Ce dernier à beau clamer son innocence, toutes les apparences sont contre lui. Mais Grinsa, le Glaneur qui a autrefois supervisé la Révélation de Tavis, et qui sait que le destin du jeune homme n'est pas celui d'un assassin, le croit. Lui seul sent que la guerre imminente fait partie d'un plan encore plus ambitieux...


Genre : Fantasy



Fils-des-Brumes : L'empire ultime tome 1

Les brumes règnent sur la nuit,
Le Seigneur Maître sur le monde.

La jeune Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

Genre : Fantasy




Le puits des mémoires : Les terres de cristal tome 3

Au cœur de Woltan, tandis que se lèvent les premières tempêtes de neige, Nils, Karib et Olen luttent encore pour survivre. La menace du complot pèse plus que jamais, dans cet immense royaume où les assassins règnent en maîtres. Loin, très loin au nord, s’étendent les Terres de Cristal, dont les glaces éternelles dissimulent un terrible secret.

Dans le luxe des palais où chacun pourrait être un traître, les fugitifs sans mémoire savent désormais qui ils sont. Mais le danger n’en est que plus grand, car la vérité se rapproche…


Genre : Fantasy





Les Outrepasseurs : La Reine des neiges tome 2



Les Outrepasseurs viennent enfin de capturer la dernière fée libre, Snezhkaïa la Reine des Neiges. Ils ignorent qu’ils viennent de déclencher une malédiction qui risque de les anéantir. Peter, qui supporte de moins en moins de se plier à la volonté de Noble, tente de retrouver le Chasseur pour mettre fin à cette lutte séculaire…



Genre : Fantastique, Jeunesse



Deuils de miel

Après le décès accidentel de sa femme et de sa fille, le commissaire Sharko est un homme brisé. Insomnies, remords, chagrin... Difficile dans ces conditions de reprendre du service. Mais une macabre découverte va brutalement le ramener à la réalité : une femme est retrouvée morte, agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes, ses organes ont comme implosé. Amateur d'énigmes, le tueur est aussi un orfèvre de la souffrance. Et certainement pas prêt à s'arrêter là. Pour Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à aucune autre, car elle va l'entraîner au plus profond de l'âme humaine : celle du tueur... et la sienne.



Genre : Thriller



La forêt des ombres


Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d'un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d'argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l'on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige...


Genre : Thriller



Last minute

Ex-agent de la CIA. Sam Capra voit sa vie basculer le jour où le cartel des Cinq Soleils kidnappe son fils. En monnaie d'échange, Sam doit éliminer un étudiant et un hacker qui possèdent des informations plus que compromettantes sur le cartel. Une vie contre deux... Les heures lui sont comptées. Aidé d'une jeune ingénieur en informatique dont la fille a aussi disparu, Sam se lance dans un contre-la-montre impitoyable. Lorsque Mila, bien connue de Sam, intervient dans cette traque, les menaces se multiplient. Qui sont les mystérieux individus qui ont mis à prix la tête de Mila ? En saurait-elle plus qu'il n'y paraît ? Sam n'a pas le choix, le temps presse, la vie de son fils est en jeu.


Genre : Thriller



La fortune des Rougon


Issus de la paysannerie enrichie, les Rougon portent en eux l'avidité du pouvoir et de l'argent. Une des branches de la famille, les Macquart, sera marquée par l'hérédité de l'alcoolisme, du vice et de la folie. Le coup d'Etat du 2 décembre 1851 entraîne les Rougon dans la conquête de Plassans, la capitale provençale du roman. La haine de l'empereur pousse Silvère, petit-fils de la matriarche, et Miette, sa femme, dans l'insurrection républicaine. De ces passions et de ces fureurs naîtront cent personnages, et celui, aux mille visages anonymes, de la foule et de la collectivité qui préfigure le XXe siècle.



Genre : Classique



Le père Goriot

Rastignac est un jeune provincial qui cherche à s'insérer dans la société parisienne. Il lui manque les manières et l'argent. Pour parvenir, il côtoie les femmes du monde, mais reste attaché à son voisin de la pension Vauquer, le père Goriot, vieillard malheureux abandonné de ses filles. Vautrin, forçat évadé, Marsay, politicien ambitieux, et Rubempré, écrivain talentueux, sont animés du même désir de pouvoir. Ils apprennent, chacun à leur manière, les complicités et les alliances indispensables dans une société gouvernée par les intérêts. Seules figures du désintéressement : le père Goriot, vaincu par son amour paternel, et Mme de Beauséant, abandonnée du Tout-Paris. La passion bout dans cette maison comme dans une cocotte-minute, les pages se tournent toutes seules ; c'est ce que chaque palier de la pension Vauquer est devenu.

Genre : Classique




Certains me font plus envie que d'autres, surtout les quatre premiers, mais j'ai hâte de 
 pouvoir tous les découvrir dans peu de temps, et arriver à faire descendre davantage
 ma PAL complète. 
Avez-vous lu ces livres ? Et vous, que pensez-vous lire prochainement ?

dimanche 20 mars 2016

Le portrait de Dorian Gray
Par la magie d'un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la
jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s'adonne alors à toutes
les expériences, s'enivre des sensations et recherche les plaisirs secrets et
raffinés.
 
 
AVIS
 
"Je suis jaloux de toute beauté qui ne meurt pas. Je suis jaloux du portrait
que vous avez fait de moi. Pourquoi garderait-il ce que je dois perdre ? Chaque
minute qui passe ajoute à son charme ce qu’elle ravit au mien. Oh ! que n’est-ce
le contraire ! Si le portrait pouvait changer et moi rester tel qu’aujourd’hui !"
 
 
Quelle poésie ! La beauté des mots m'a tout de suite charmé. Oscar Wilde a une plume splendide, et je comprend pourquoi son roman est aussi reconnu. Il présente dans celui-ci, par le personnage de Dorian Gray, un éloge à la jeunesse, la beauté, et la passion qui peu à peu va devenir une fatalité pour le personnage. Vivre seulement pour son propre plaisir sans jamais avoir de remords pour ses mauvaises actions amène à de lourdes conséquences qu'on ne peut parfois plus réussir à porter. Et Dorian Gray en est un parfait exemple.

On le rencontre par l'intermédiaire de son portrait peint par son ami dévoué Basil Hallward. Celui-ci présente le jeune homme comme une chose profondément belle et simple, candide. Mais la rencontre entre Dorian et Lord Henry va tout bousculer. Henry va ardemment l'influencer et lui faire prendre conscience de sa beauté et de son caractère éphémère. Dorian n'a alors plus qu'un désir en tête, garder indéfiniment sa jeunesse. Avec la présence constante de Lord Henry dans sa vie, Dorian va vite vivre dans la décadence et ne va jamais se remettre en question, même lorsqu'il paraît quelque peu responsable de certains crimes. Il ne vivra alors que pour le plaisir, les choses simples, tout en gardant la peur au ventre de la découverte de son secret. Car il s'en rend rapidement compte : son souhait de voler la jeunesse de sa réplique s'est réalisé. Et alors que lui garde la même apparence, son portrait absorbera les stigmates de la vieillesse et de la souillure de son âme.

Sa vie devient alors un drame. Entre meurtre et fuite pour sa vie, Dorian va vivre certains instants dans la peur de perdre la vie et la jeunesse qu'on lui a laissé, jeunesse qui paraissait être un cadeau mais qui devient alors une malédiction. Et même lorsqu'il essayera de se racheter et de revenir dans le droit chemin, il ne sera récompensé que par davantage de malheurs. Ce jeune homme candide qui attirait tous les regards par sa beauté naïve devient alors un homme froid et sans coeur. L'évolution du personnage est passionnante à suivre. On observe ses aventures avec attrait, même si quelques passages m'ont paru un peu trop long. Et même si je n'ai pas toujours tout compris des discours de Lord Henry, ils n'en restent pas moins captivants à lire, comme ceux des autres personnages. 


“Dorian, il faut garder votre beauté. Nous vivons dans un âge qui lit trop
pour être sage, et qui pense trop pour être beau.”
 
 
CONCLUSION
Une écriture splendide qui m'a charmé du début à la fin et un personnage dont
l'évolution est très intéressante. Certains sujets tel que l'influence du destin, la
beauté et la jeunesse sont parfaitement traités et retranscris dans ce texte,
qui souffre néanmoins de quelques longueurs.

mercredi 16 mars 2016

La Métamorphose
Lorsque Gregor Samsa s'éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel
et bien métamorphosé. Doté d'une épaisse carapace d'où s'échappent de
pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre
ceux qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites...
Les siens. Père, mère, soeur, dont l'ambition est de l'éliminer après avoir
contribué à l'étouffer... Ici, un homme se transforme en coléoptère monstrueux,
là, un engin pervers tue avec application... Dans la colonie pénitentiaire,
c'est l'expérimentation en direct. Une machine infernale s'acharne sur un
soldat soumis. Une machinerie hors pair, digne d'un inventeur à
l'imagination torturée !
 
 
AVIS 
 
Je ne croyais pas entièrement en cette lecture. Et en ce point, j'ai eu raison. Étant une de oeuvres les plus connues de Kafka, j'ai voulu la découvrir. Ayant déjà expérimenté une fois cet auteur avec Le procès, je me retrouve une fois de plus avec une touche d'incompréhension en ayant fini ce livre (ce qui avait été beaucoup plus fort dans Le procès tout de même). Nombreux ont encensé ou adoré ce livre, je ne suis malheureusement pas aussi enthousiaste qu'eux. Même si j'ai compris la démarche, je n'ai pas toujours apprécier la forme et la vitesse du récit.

Gregor se réveille un matin, qui a l'air tout à fait anodin, et découvre une transformation chez lui, sa nouvelle apparence d'insecte. Étant tout aussi perdu que le lecteur, il va tenter de cacher sa physionomie aux membres de sa famille. Mais le mensonge ne peut persister et bientôt les parents et la soeur de Gregor découvrent sa nouvelle apparence avec horreur et dégoût. Ils vont alors faire en sorte que Gregor ne sorte plus de sa chambre, pour ne révéler ce secret à personne et amener la honte sur leur famille. Mais celui-ci étant la personne qui ramène le plus de revenu dans le foyer, la famille va se retrouver rapidement en manque d'argent et va devoir accepter la présence de nouvelles personnes dans la maison, ce qui place en équilibre leur secret.

Alors que lui, malgré son apparence, reste le même, sa famille n'arrive plus à le considérer comme un membre de celle-ci. Le dégoût physique prend le pas sur les sentiments envers leur fils ou frère jusqu'à ne plus le juger comme un être humain mais comme un animal sans émotions et conscience. La thématique m'a beaucoup plu, mais dès le début, j'ai eu du mal avec l'écriture de l'auteur. Il ne décrit pas forcément beaucoup, mais son récit est lent et absent de vivacité. La transformation de Gregor n'a aucune cause, ce qui n'est pas surprenant dans l'univers absurde de Kafka, mais il m'a manqué néanmoins un élément de réponse pour que je sois complètement convaincue. Les autres personnages présents arrivent à être détestables, surtout la petite soeur, mais j'aurais apprécier que ce point soit encore davantage appuyé. Et pour ce qui est de Gregor, j'aurais voulu qu'il se pose plus de questions, qu'il cherche des solutions, car je l'ai souvent trouvé passif. 


"Un matin, au sortir d'un rêve agité, Grégoire Samsa s'éveilla
transformé dans son lit en une véritable vermine."
 
 
CONCLUSION
Un peu déçue par ce livre que j'ai trouvé assez lent.
J'aurais aimé que les personnages soient encore plus
accentués et découvrir au moins un élément de réponse
sur la nouvelle nature de notre personnage principal.

samedi 5 mars 2016

Demian
Demian est le roman d'une adolescence, roman d'initiation, de formation, et l'un des
chefs-d'oeuvre du genre. Demian enseigne à Emile Sinclair à ne pas suivre l'exemple
de ses parents, à se révolter pour se trouver, à s'exposer à la fois au divin et au
démoniaque, à traverser le chaos pour mériter l'accomplissement
de sa destinée propre.
 
 
AVIS 
 
 "Chaque homme n'est pas lui-même seulement. Il est aussi le point unique,
particulier, toujours important, en lequel la vie de l'univers se condense
d'une façon spéciale, qui ne se répète jamais."
 
 
 
Je dois dire que je suis tombée réellement par hasard sur ce livre. Errant dans la bibliothèque de ma fac, je me suis arrêté devant les livres d'Hermann Hesse, dont Le Loup de steppes que j'avais adoré. Et je me suis dit qu'il serait bien de découvrir davantage cet auteur avec, un peu au pif, Demian. Si le thème de la découverte du monde et de l'être humain est également mis en avant, ici, une tournure philosophique est beaucoup plus apparente.


"Il faut toujours questionner, toujours douter."


Ce livre relate l'évolution de l'enfance à l'âge adulte d'Émile Sinclair qui va apprendre au fil du temps à prendre confiance en lui et à se découvrir. Dès le début, il va différencier deux mondes, celui de sa famille rempli d'amour et de respect, et un autre de violence et d'interdits qui va rapidement l'attirer. Et il se rend rapidement compte qu'il ne peut aller contre cet univers dont il fait partie.

Il va rencontrer à l'école Demian qui va devenir son guide spirituel lors d'étapes importantes de sa vie. Cet ami va aider Sinclair à découvrir et suivre sa propre voie par l'intermédiaire souvent de la religion, ce qui malheureusement ne m'a pas touché. J'ai apprécié de découvrir l'aide fraternel de Demian pour Émile et l'évolution de vie et de pensée de ce dernier. Mais, ne sachant pas vraiment pourquoi, j'ai été partiellement à l'écoute des besoins d'Émile et pas toujours intéressée par l'histoire, la religion prenant sans doute une trop grande plac pour moi. Néanmoins, ce livre reste intéressant à découvrir pour son approche philosophique et cette grande place apportée à la découverte de soi. 


"L'homme que vous voudriez tuer n'est pas monsieur Untel ; il n'est qu'un
déguisement. Quant nous haïssons un homme, nous haïssons dans son
image quelque chose qui réside en nous. Ce que nous ne portons pas en
nous, ne peut nous toucher."
 
 
CONCLUSION
Un livre constitué de raisonnements et réflexions intéressants, mais
 je n'ai pas été totalement convaincue. J'ai de loin préféré Le Loup
 des steppes qui explore au maximum cet univers de noirceur et
 d'interdits.
 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

mercredi 2 mars 2016


Mon top 3 :

        

Corniche Kennedy, Maylis de Kerangal (chronique)
La septième face : Et la Grande Coasseuse créa le Cube tome 1, Svetlana Kirilina (chronique)
Charley Davidson : Sept tombes et pas de corps tome 7, Darynda Jones (chronique)

Les autres livres lus :

Vie de Saint Louis, Joinville
L'étranger, Albert Camus (chronique)
Antigone, Jean Anouilh



Le trône de fer : Un festin pour les corbeaux tome 12, George R.R Martin (chronique)
L'adolescence clémentine, Clément Marot
Le silence de la mer, Vercors


Keleana : L'assassineuse tome 1, Sarah J. Maas (chronique)
Le trône de fer : Les sables de Dorne tome 11, George R.R Martin (chronique)
S'amuser au Moyen Âge, Jean Verdon (chronique)

Mes acquisitions :


Mon prévisionnel :