samedi 5 juillet 2014

L'Éducation sentimentale
Gustave Flaubert
GF Flammarion
28 Aôut 2003
1ère parution : 17 Novembre 1869
601 pages
Classique


En septembre 1840, à bord de la Ville-de-Montereau qui glisse sur la Seine, Frédéric Moreau, fraîchement reçu bachelier, rêve à sa vie future dans la capitale et aux succès qui l'attendent. Soudain, il aperçoit la belle Mme Arnoux... L'Éducation sentimentale (1869) retrace l'histoire d'un jeune homme qui n'aspire qu'à l'amour, à la richesse et à la gloire, mais qui, dans une époque de profonds bouleversements dont l'apogée est la révolution de 1848, se révélera incapable de s'engager pour une cause. À travers le parcours de ce héros velléitaire, Flaubert propose, dans un souci constant de perfection formelle, une réflexion subtile sur le politique et sur la nature humaine.








Ayant été subjuguée par l'écriture de Flaubert dans Madame Bovary que j'ai lu l'année dernière, j'avais vraiment envie de me laisser tenter par ce livre dont on m'a dit beaucoup de bien. Et je n'ai pas été déçue, retrouvant l'écriture belle et travaillée de l'auteur, et découvrant l'histoire d'un personnage presque aussi complexe qu'Emma Bovary.

Frédéric, jeune bachelier à Paris, va rentrer dans un nouveau cercle bourgeois, spécifique à l'art, où il va rencontrer le couple Arnoux, l'homme qui va devenir son mentor, et la femme qui va devenir son inaccessible désir. Il va alors mettre tout en œuvre pour se rapprocher de cette femme tout en se faisant un nom et une richesse dans la capitale.

J'ai retrouvé en Frédéric beaucoup d'Emma Bovary : ne rêvant uniquement de ce qu'il n'a pas, égoïste quelques fois, gagné aussi par la passion qui devient de temps à autre de la haine, de la rage, une mauvaise foi consternante. Mais comme sa "grande sœur" il n'en reste pas moins très intriguant et en devient pour ça emblématique. Même s'il est agaçant, on veut savoir la suite de ses aventures sentimentales, sociales et politiques.

Car l'histoire se déroule aux prémices de la Révolution de 1848. L'auteur maîtrise parfaitement le sujet dans le roman, qu'il connait d'expérience. Il crée une fresque d'une époque et de la fin du romantisme. Les différentes opinions politiques sont ici énoncées par les nombreux personnages. Frédéric va devoir choisir son camp et choisir comment il va vivre cette bataille.

L'écriture est minutieusement travaillée, quelques longueurs tout de même (comme souvent dans la majorité des classiques) mais je ne me suis pas ennuyée un seul instant dans cette histoire d'amour, d'amitié et de position sociale.


CONCLUSION
Très bon classique si vous êtes adepte du genre, et/ou pour ceux
 qui veulent en connaitre plus sur les mœurs sociales,
 économiques et politiques du XIXème, avec une écriture fluide
 et très belle.
16/20




AUTRE AVIS SUR CET AUTEUR
http://entournantlespages.blogspot.fr/2015/06/salammbo-gustave-flaubert-le-livre-de.html

2 commentaires:

  1. C'est un de ces livres qu'il faut avoir lu ... J'en garde un très bon souvenir, même si ça fait déjà quelques années maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que je ne l'aurais pas lu si je ne faisais pas des études de lettres, pour avoir entendu beaucoup plus parlé de Madme Bovary. Mais je ne regrette pas du tout de m'être lancée, j'adore vraiment l'écriture de Flaubert.

    RépondreSupprimer