dimanche 24 janvier 2016

Gloire tardive
 
Arthur Schnitzler
Albin Michel
Février 2016
159 pages
Classique



Edouard Saxberger, un vieux fonctionnaire confit dans une vie de routine, trouve un soir en rentrant chez lui un jeune homme qui l’attend. Il prétend avoir déniché un vieux livre écrit par Saxberger des décennies auparavant. Il brûlait d’envie de faire la connaissance de celui qu’il considère comme un Maître. Saxberger, qui a presque oublié qu’il a un peu écrit dans sa lointaine jeunesse, est surpris, puis amusé. Le jeune homme l’invite à le rejoindre un soir où se réunissent régulièrement ses amis, un cercle de jeunes poètes. Le vieux monsieur est accueilli avec respect et admiration et ne peut bientôt plus se passer de cette ambiance. À ses risques et périls.




"Aussi longtemps qu'on est jeune, on peut éventuellement donner forme à pas
 mal de choses...et plus tard..plus tard, ça passe, on ne sait comment."
 
 
Découvrir une nouvelle traduction d'Arthur Schnitzler, que j'avais découvert deux ans auparavant avec Mademoiselle Else, m'a beaucoup intéressé, surtout au vu du résumé. Je voulais pénétrer dans l'intimité de cet homme, Saxberger, qui va vivre une deuxième jeunesse auprès d'un groupe de jeunes poètes.

Cela fait des dizaines d'années que Saxberger n'a pas repensé à son recueil de poèmes, les Promenades, paru pendant sa jeunesse. Devenu maintenant fonctionnaire, il est surpris de rencontrer Wolfang Meier, adorateur de son oeuvre et envieux de l'ajouter à son cercle d'amis. Saxberger va alors essayer de revivre sa période d'inspiration littéraire auprès de ces jeunes gens inspirés mais encore méconnus.

Mais à côté de cette histoire, je n'ai pas réussi à être bien captivé dû au personnage principal que j'ai trouvé passif, très influençable et parfois pleurnichard. Il attend que les autres fassent les choses à sa place puis ensuite se plaint que ça ne soit pas fait comme il l'entend. À cause de ça, ma lecture a été parfois laborieuse, surtout que les autres personnages sont représentés comme des jeunes écrivains arrogants et antipathiques pour certains. Néanmoins la fin m'a particulièrement plu et la petite révélation est assez drôle si on se réfère à l'ensemble de l’œuvre. 


"Et il lui parut incompréhensible à cet instant que tant de choses profondément
 vécues, tant d'expériences intimes pussent être tout simplement effacées par le cours
 misérable de l'existence, comme si elles n'avaient jamais eu lieu."
 
 
CONCLUSION
Dû au caractère du personnage principal que j'ai trouvé
 exaspérant, je n'ai pas toujours pu apprécier sa nostalgie de ses
 débuts littéraires autour de ses jeunes poètes qui est pourtant 
intéressante.
12/20
 
 
Je remercie Babelio et aux éditions Albin Michel pour ce partenariat. 
 
AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR

Aucun commentaire:

Publier un commentaire