mercredi 1 octobre 2014

Germinal
Émile Zola
Le Livre de Poche, Les classiques de Poche
Janvier 2000
1ère publication : Mars 1885
608 pages
Classique


Germinal est le récit d'une grève de mineurs sous le Second Empire, mais également de leurs souffrances et de leurs amours, de leurs révoltes et de leurs espoirs, de leur fraternité et de leurs dissensions.
Et, dans ce treizième volume des Rougon-Macquart, si Zola n'hésite pas à peindre au plus noir cette vie ouvrière, c'est qu'il souhaite conduire ses lectures de 1885 au sursaut nécessaire pour qu'advienne un avenir moins sombre.
 

C'est ainsi l'espérance qui éclaire la fin du livre et que son titre annonce : dans le calendrier révolutionnaire, Germinal était le mois du printemps, celui du renouveau.





"Puisqu'on leur avait promis l'ère de la
justice, ils étaient prêts à souffrir pour
la conquête du bonheur universel."
 


Ça faisait un bon moment que je voulais me plonger dans ce roman très reconnu de Zola. J'ai mis du temps mais ça y est je l'ai finis et je n'ai pas du tout été déçue.

Voici l'histoire de mineurs, principalement celle de la famille des Maheu et d'Étienne, qui vivent comme ils peuvent grâce aux maigres revenus qu'ils reçoivent de leur travail éreintant dans ces mines. Avec ce livre, et c'est ce qui m'a beaucoup plu, Zola va mettre en avant le contraste entre les conditions de vie de ces travailleurs forcenés et celles de la famille Hennebeau, cette dernière possédant le Voreux, ayant donc une certaine fortune.

Après une baisse des salaires, la grève va être déclarée. Si au début elle ne fait pas beaucoup de bruit, les mineurs vont rapidement former un grand groupe solidaire et seront prêts à mourir de faim pour défendre leur cause. Et de les voir aussi fraternels les uns envers les autres était intéressant à lire, ressentir cette grande humanité dépeinte dans ce roman...jusqu'à la limite du supportable.

Car oui, après des mois sans travail, sans argent pour se nourrir, pour faire vivre ses enfants, arrive le moment où la misère et la folie prend le dessus sur la réalité. Ces pauvres gens sont alors prêts à tout pour survivre, même du pire (et surtout du pire).

Alors pour ceux qui connaissent déjà Zola, vous savez que cet auteur ne fait pas dans le joyeux. Il aime dépeindre la fatalité, la réalité sur les parts les plus sombres de l'humanité. Il joue avec ses personnages, les rendant de plus en plus misérables. Tous ont quelque chose à revendiquer (que ce soit les riches ou les pauvres) pour être enfin heureux.

Ce livre est formidable, ça ne m'étonne pas qu'il ait été adapté autant de fois en film. Des personnages bien approfondis, très réalistes, et cette histoire au ton grave m'a fait oublier les quelques longueurs du livre et les quelques personnages que je n'ai pas pu apprécier (Catherine, son petit ami, au final Étienne non plus ne m'a pas fais grand effet). 


"Fichez-moi donc la paix, avec votre
évolution ! Allumez le feu aux quatre coins
des villes, fauchez les peuples, rasez tout,
et quand il ne restera plus rien de ce monde
pourri, peut-être en repoussera-t-il un meilleur."




CONCLUSION
Un grand classique que j'ai adoré. Réaliste, qui représente deux
 classes sociales opposées, avec leurs drames et leurs faiblesses.
 Il est loin d'être joyeux, mais il est juste merveilleux.
18/20
 


Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune créée par sophix42.



AUTRES AVIS SUR CET AUTEUR
http://entournantlespages.blogspot.fr/2016/03/issus-de-la-paysannerie-enrichie-les.html     http://entournantlespages.blogspot.fr/2014/10/nana-emile-zola-le-livre-de-poche-les.html

2 commentaires:

  1. Comme toi, j'ai adoré Germinal ! C'est le premier roman que je lisais de Zola, c'était en seconde, il y'a exactement dix ans et j'en garde encore un formidable souvenir ! C'est grâce à ce roman que j'ai découvert Les Rougon-Macquart. Depuis, je suis une fan absolue de Zola, je relis régulièrement ses romans ! C'est un auteur incontournable. Et il a produit une oeuvre incontournable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour le moment celui que j'ai préféré de l'auteur. J'ai aussi beaucoup aimé L’œuvre, mais moins La fortune des Rougon et j'ai vraiment été déçue par Nana. Par contre, je viens de commencer La bête humaine que je pressens être une très bonne lecture, tout comme Germinal.

      Supprimer