jeudi 15 octobre 2015

Perceval ou le Conte du Graal

Chrétien de Troyes
GF Flammarion
Mars 1997
501 pages
Aventure

Perceval vit à l'écart du monde, ignorant de tout, et même de son nom. Un jour dans la forêt, il croise, émerveillé, cinq chevaliers revêtus de leur armure et décide de rejoindre la cour du roi Arthur pour se faire à son tour armer chevalier. Ainsi débutent les aventures de Perceval qui affrontera cent ennemis, rencontrera l'amour et tentera de percer le mystère du graal.

Comment un enfant rustre et naïf va-t-il devenir un parfait chevalier ? C'est toute l'histoire de ce roman d'apprentissage avant la lettre. Car Perceval ne parviendra au plein épanouissement de sa personnalité qu'à condition de connaitre les codes en vigueur. Et même alors, il lui restera à s'en détacher pour accéder à une plus haute vérité.







"Il lui dit qu’il lui a conféré
Avec l’épée l’ordre le plus élevé
Que Dieu a créé et commandé,
C’est à savoir l’ordre de chevalerie,
Qui ne souffre aucune bassesse."
 



Après avoir La Quête du Saint Graal, il a bien fallu que j'approfondisse mon savoir sur cette littérature médiévale. Et donc, j'ai du lire ce livre, dédié à Perceval, un des chevaliers de la Table Ronde les plus connus et redoutables. Après avoir perdu son mari et deux de ses fils, une femme se cache dans la forêt afin de préserver son dernier enfant, Percevaus, de toute cette vie de chevalier et de combat. Mais un jour, le jeune garçon s'aventure une nouvelle fois dans la forêt et tombe sur des chevaliers du roi Arthur et s'émerveille de ce statut. Il va alors laisser sa mère et se rendre à la cour du roi pour devenir chevalier.

Mais si Arthur lui promet un grand avenir, Perceval va devoir apprendre les lois de la chevalerie et l'honneur. Car ce jeune homme nous est présenté comme quelqu'un de rustre, naïf dans ses manières et ses pensées, faisant le mal sans le savoir. Néanmoins il se fait déjà remarquer par sa bravoure et ses victoires. La deuxième partie du récit s'intéresse principalement à Gauvain, un autre chevalier de la Table ronde, l'égal de Lancelot. On suit, comme avec Perceval, ses aventures qui amènent parfois à des merveilles. Il apporte le parfait contraste avec le premier jeune chevalier, Gauvain étant un chevalier courtois. 


"- Mais, ma mère, fait-il, qu’est-ce qu’une église ?
- Un lieu où on célèbre le service
De Celui qui a créé le ciel et la terre
Et y plaça hommes et bêtes."
 


Je n'aurais peut-être pas du lire ce livre juste après La Quête du Saint Graal, car si déjà j'avais été lassée du caractère religieux proéminent, j'ai été régalée ici aussi. Les chevaliers se retrouvent toujours à cours de réponses et vont donc reposer dans une abbaye ou chez un ermite où ils vont trouver leurs réponses, toujours empreinte de la croyance chrétienne.

Ce que je n'ai pas compris non plus, c'est la fin de ce récit qui se termine par les aventures de Gauvain sans revenir sur Perceval. On ne sait ce qui lui arrive après sa rencontre avec une vieille femme qui lui révèle sa responsabilité face à une malédiction et la vie du roi. J'aurais apprécié au moins un chapitre sur ce dernier.


"La lâcheté, la honte, la paresse
Ne risquent pas la chute, elles ne le peuvent !
Mais les bons, c’est leur destin que de tomber."




CONCLUSION
Le récit intéressant de deux chevaliers de la Table Ronde, un
 naïf, l'autre courtois, mais les deux se montrent vaillants et
 valeureux. Mais je suis toujours lassée par le caractère
 religieux qui se montre trop insistant.
14/20
 85/100


AUTRE AVIS SUR CET AUTEUR
http://entournantlespages.blogspot.fr/2015/10/romans-de-la-table-ronde-chretien-de.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire