jeudi 20 avril 2017

Le Dernier Jour de ma vie, Lauren Oliver
Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous
 embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ?
 Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois
 meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait
 dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de
 février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt
 six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir
 la vraie valeur de tout ce qui l’entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam.
Ou le premier ?



AVIS 


« Peut-être que vous pouvez vous permettre d'attendre. Peut-être que pour vous
 il y a un lendemain. Peut-être que pour vous il y en a mille, trois mille ou dix mille,
 tant que vous avez le luxe de vous y prélasser, de vous rouler dedans, de les laisser
 filer telles des pièces de monnaie entre vos doigts. Tellement de temps que vous pouvez
 le gâcher. Mais pour certains d'entre nous, il n'y a qu'aujourd'hui. » 


Je dois dire que dès le début de ma lecture, j'ai eu très peur. Après avoir adoré, lu et relu la trilogie dystopique Delirium de l'auteure, j'avais très envie de découvrir la plume de cette dernière dans un tout autre style. Et dès le premier chapitre, lors de la présentation de Sam, jeune adolescente faisant partie des populaires de son lycée, et de ses amies, je me suis rapidement dit que j'allais être loin d'apprécier la narratrice. Sam, Lindsay, Ally et Elody sont le parfait cliché des adolescentes populaires aux États-Unis : superficielles, arrogantes, moqueuses jusqu'à humilier ceux qui sont différents et qui ne sont pas à la mode ou qui n'ont pas la "hype". Alors, après ce premier chapitre introducteur où l'on nous décrit des pimbêches qui ne regardent pas plus loin que leurs petits problèmes personnels en essayant de toujours être la plus belle ou la plus tendance, je me suis demandé pourquoi j'irai plus loin. 

Je me déshabitue des romans jeunesse, préférant de plus en plus les livres avec davantage de maturité, avec des personnages plus vieux. Alors, pourquoi avoir envie de continuer cette histoire qui semble ne répertorier que cliché sur cliché ? Parce que dès leur départ de la fête de Kent, de leur retour en voiture, ces filles vont être destinées à mourir, et c’est là que l'auteur va prendre l'histoire à contre pied et va nous mettre face à nos préjugés et à notre subjectivité. Sam est-elle si mauvaise ? Ses agissements contre les autres lui font-il mériter la mort ? Après tout, ce n'est encore qu'une adolescente qui aurait eu tout le temps d'évoluer et de grandir, pour comprendre que la vie ne nous fait pas toujours de cadeau, qu'elle est parfois injuste, et qu'il faut parfois se battre pour obtenir ce que l'on veut. Malheureusement, la jeune fille ne va se rendre compte de cette réalité qu'après sa mort, ou plutôt dans cet espace transitoire où elle va revivre cette dernière journée de différentes façons. À elle de faire ce qui lui semble juste pour elle et/ou pour les autres, de comprendre la manière dont elle en est arrivé là, et pour finalement assumer ses choix et ses actes. Pendant une bonne partie du roman, je ne pouvais m'empêcher d'être énervée par cette gamine qui, la plupart du temps, fuit face à ses responsabilités en mettant la faute sur les autres. Néanmoins, au fil du temps et de ce retour constant en arrière, Sam va comprendre ce qui est réellement important et ce qui lui a toujours manqué, faute de le voir. 


« Tant de choses deviennent belles quand on sait les regarder. » 


Les sentiments de Kent, le harcèlement constant de Juliet Sykes, etc... tout cela est réel et amène parfois à des répercussions épouvantables. Malheureusement, la moitié du roman n'exploite pas au maximum ces questions-là, ne provoquant pas un flou mais pour moi une perte d'intensité dans le récit. J'aurais aimé que Lauren Oliver aille encore plus loin, qu'elle démontre d'une manière encore plus forte les dérives de certains agissements, qui malheureusement sont présents au sein des écoles. Malgré tout, si un des thèmes est très bien exploité est bien celui sur le jugement de l'autre basé parfois uniquement sur l'apparence, sur des agissements dans un certain contexte sans prendre en compte la personne dans son entièreté, en la laissant ancré dans un système complètement manichéen.

Rien n'est tout blanc ou tout noir. Et par le récit de Sam, par le chemin qu'elle traverse jusqu'à une certaine forme de rédemption sans chercher à aller par delà les lois universelles, le lecteur peut en prendre pleinement conscience. Je n'ai pas toujours été en accord avec ce personnage, même plus souvent en désaccord, et avec l'histoire en elle-même, mais je reconnais un certain talent de l'auteur pour cette histoire qui transmet un véritable message. Je ne me tourne pas souvent vers des livres jeunesse, mais celui-ci, sans être une lecture formidable, aura été une surprise et une lecture sympathique, surtout au vu de la fin qui ne se veut pas forcément gentille. Merci à Hachette et à NetGalley pour m'avoir permis de le lire. 


« Je suis morte et je n'arrive pas à cesser de vivre. »



CONCLUSION
Une histoire qui manque parfois de dynamisme, avoir une
 première moitié vraiment introductive. La narratrice m'a
 parfois exaspéré par son immaturité mais la fin de ce roman et
 le message que ce dernier transmet m'a bien plu.

5 commentaires:

  1. Et bien je vois que les avis sont un peu mitigés à propos de ce livre, mais j'ai tout de même envie de me faire mon propre avis dessus et ensuite pouvoir regarder le film ! **

    RépondreSupprimer
  2. Je garde un bon souvenir de ce roman, mais je comprends que le début puisse rebuter avec les clichés...

    RépondreSupprimer
  3. Je serais curieuse de le découvrir, surtout depuis que j'ai vu la bande-annonce du film! Bon après, je n'ai jamais fini la saga Delirium donc j'espère plus apprécier si je me lance.

    RépondreSupprimer
  4. Il est dans ma PAL, j'espère l'aimer un oeu plus que toi :/

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais bien aimé mais je ne m'en rappelle pas plus que ça, il faudrait que je le relise ^^

    RépondreSupprimer